Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > Culture > Cinéma > [Cinéma] On a vu The Neon Demon de Nicolas Winding Refn

[Cinéma] On a vu The Neon Demon de Nicolas Winding Refn

Vous l’aviez peut-être remarqué, mais par ici, nous sommes de grandes fans du cinéma de Nicolas Winding Refn

Naturellement, on attendait donc son nouveau film « The Neon Demon » avec beaucoup d’impatience même si à la façon d' »Only God Forgives », il a été plutôt froidement accueilli à Cannes. M’enfin heureusement, pour avoir déjà fait le festival, on sait très bien que Cannes n’est pas toujours très représentatif de l’avis général sur une oeuvre…

the neon demon models

On a eu la chance d’assister à une avant-première en présence du réalisateur et de la toute mignonne Elle Fanning. Si je le précise, ce n’est pas (uniquement) pour me la péter, mais parce que la session des questions/réponses en fin de projection a servi à étudier plus en profondeur cette nouvelle oeuvre dérangée du réalisateur danois. Malgré tout, une deuxième vision du film s’impose car comme toujours, NWR aime jouer avec nos cerveaux et met dans son film de nombreuses métaphores et images qu’il va falloir décrypter en profondeur pour tout saisir.

Petit rappel du synopsis pour ceux qui seraient passés à côté : « Une jeune fille débarque à Los Angeles. Son rêve est de devenir mannequin. Son ascension fulgurante et sa pureté suscitent jalousies et convoitises. Certaines filles s’inclinent devant elle, d’autres sont prêtes à tout pour lui voler sa beauté.« 

Oui ça parait simpliste comme histoire, tout comme le synopsis de « Drive » ne vendait pas du rêve. Et pourtant… « The Neon Demon » est surement le film le plus abouti de NWR. Abordant de très nombreux thèmes, toujours du point de vue dérangé de son réalisateur sur la nature humaine, le film est esthétiquement irréprochable. Ça tombe plutôt bien pour un film qui parle de beauté et de vanité de l’esthétisme d’ailleurs… Pour cette troisième collaboration avec Cliff Martinez, on est également forcément convaincus par la bande son envoûtante, comme le visage d’ange/démon d’Elle Fanning, bluffante.

the neon demon elle fanning nicolas winding refn

Malgré tout, c’est le film du réalisateur qui m’aura le moins embarquée dans son univers, me laissant spectatrice de l’ensemble avec peu d’empathie pour ces fifous de personnages. Mais pour un film narrant la superficialité de la beauté et parlant de narcissisme, n’est-ce pas normal que de rester simple voyeur des personnalités se regardant sans cesse dans le miroir ?

En tout cas, comme à son habitude, NWR pose de nombreuses questions, sans laisser les réponses de façon accessible, et il vous faudra creuser et être attentifs à la symbolique pour saisir entièrement le caractère incroyable de ce « Neon Demon », qu’il vous faudra littéralement digérer. A vous d’ailleurs de vous faire vos propres théories sur ce qu’est vraiment ce démon, et je serais ravie d’en débattre avec vous ici…

Le réalisateur quant à lui, nous avouera qu’il a fait tous ses films précédents pour mener à celui-ci, d’où les liens que l’on semble percevoir avec ses dernières oeuvres et précédents personnages principaux. Nicolas WInding Refn voulait également faire un mélodrama, un film d’horreur comme dans les années 70-80 qui se rapproche pourtant du film de science-fiction, un film léger sur les « paillettes » de la mode, un film vulgaire…et pour tout ça, on peut dire qu’il a réussi.

On adore le message passé sur le milieu de la mode et de la célébrité, et même si « The Neon Demon » est certainement le plus soft de la filmo du réal en terme de violence et de sang, il n’en reste pas moins 1 ou 2 scènes qui risquent de choquer les plus sensibles ou de vous mettre bien mal à l’aise comme il faut. Et on ne sait pas vous, mais nous bizarrement…on adore ça ;)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.