Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > A la une > Rencontre avec Alison Brie pour Jamais entre amis

Rencontre avec Alison Brie pour Jamais entre amis

Le nouveau film de Leslye Headland, Jamais entre amis, a été présenté ce lundi 07 Septembre au Festival du film américain de Deauville. À cette occasion, nous avons eu la chance de rencontrer l’actrice principale du film, Alison Brie (connue pour ses rôles dans les séries Mad Men et Community), autour d’une table ronde. Un moment privilégié que nous partageons avec vous.

AlisonBrie

  • C’est seulement la seconde fois, après Save the date, que vous obtenez un premier rôle dans un film. À quel point est-ce différent d’un second rôle au niveau de la préparation ?

Alison Brie : Un premier rôle, c’est beaucoup plus de préparation. Mais j’étais très excitée par ce rôle, j’aime beaucoup le personnage de Lainey, qui est très intéressant, très profond. Elle est capable d’être drôle et charismatique mais aussi parfois triste et angoissée. Avoir un premier rôle, c’est plus de responsabilité oui mais ça demande aussi plus de temps. Pour un second rôle on vient tourner quelques jours et puis on s’en va. Là, on bloque notre planning pour des semaines mais ça nous permet aussi de davantage approfondir son personnage, de le faire évoluer, de l’accompagner durablement… Je ne dis pas qu’on ne prend pas un second rôle au sérieux, ce n’est pas ça mais Lainey est un personnage spécial pour moi, qui me tient à cœur. Elle a beaucoup de problèmes personnels, beaucoup de choses à traverser durant le film.

  • Comment avez-vous été castée ? Avez-vous passé un essai avec Jason Sudeikis, votre partenaire dans le film ?

Alison Brie : Jason a toujours été attaché au projet, le rôle a été écrit pour lui. Une autre actrice avait été choisie mais pour un problème de planning, elle a dû renoncer à interpréter Lainey. On m’a ensuite envoyé le scénario que j’ai lu en une nuit et que j’ai adoré. J’ai trouvé que c’était très bien écrit. J’ai très vite rencontré la réalisatrice et nous avons discuté pendant 2 heures, c’était une super rencontre. J’ai ensuite passé un entretien classique et ait passé en effet un test avec Jason Sudeikis, que je n’avais jamais rencontré avant. Je pense qu’on voit vite si il y a une alchimie entre deux comédiens ou pas… Avec Jason, nous avons dû improviser ensemble lors de cet essai et je pense que ça a plutôt bien marché vu que je suis ici aujourd’hui !

  • Quelle a été la scène la plus difficile à tourner pour vous ? Je pense notamment à celle où vous êtes sous drogue…

Alison Brie : Oh non, je ne pense pas. Le plus dur pour cette scène était d’apprendre la chorégraphie et de la faire faire aux enfants ensuite. C’était une journée très chargée, nous avons beaucoup tourné. Le challenge était peut-être là, dans le fait de pouvoir continuer à danser, à donner toute cette énergie. La scène la plus difficile pour moi a été la scène de sexe avec Adam Scott/Matthew parce qu’il y a beaucoup de sous entendus dans cette scène. Les scènes entre Lainey et Matthew sont toutes particulières, toutes spéciales, il y a beaucoup de sous-entendus. Mais celle où ils font l’amour l’est encore plus car c’est à ce moment qu’ils rompent et il faut faire passer beaucoup d’émotions. Pourquoi est-elle amoureuse de lui, pourquoi est-elle dépendante de lui sexuellement… Il fallait parvenir à décrire une relation complexe en très peu de temps. Nous avons pris beaucoup de temps pour tourner cette scène.

  • Jamais entre amis est une comédie romantique mais elle est différente des autres. Nous percevons des vrais passages dramatiques dans le film, presque tristes. Aviez-vous ressenti ça en lisant le scénario ?

Alison Brie : Oui, complètement et c’est ce qui m’intéressait tout particulièrement. J’adore le mélange des genres. C’est ce que je recherche en tant que spectatrice également. Je n’ai pas vraiment vu ça comme une comédie romantique à la base mais plus comme une dramédie indépendante, quelque chose qui ressemble davantage à la vraie vie. Je pense que Leslye a un vrai don pour sauter d’un genre à un autre. Nous avons commencé par tourner toutes les scènes avec Adam Scott puisqu’il devait ensuite partir. Toutes les scènes avec son personnage sont très intenses. On aurait pu penser qu’on tournait un thriller érotique. Après son départ, on a vite enchaîné sur les scènes comiques avec Jason. C’est très stimulant d’avoir à jouer des scènes aussi différentes.

  • Êtes-vous déçue que le film Community ne soit plus d’actualité ?

Alison Brie : Je ne suis pas sûre qu’il n’y aura jamais de film… C’est le genre de rumeur qui ne s’éteint pas et qui peut se transformer en réalité très rapidement. Je ne perds pas espoir pour ce qui est du film Community. J’ai adoré travailler sur la série Community, mes collègues étaient si drôles, c’est devenu des amis. Je me sens très heureuse d’avoir participé à ça et sait-on jamais, ce n’est peut-être pas terminé…

Propos recueillis par Nicolas Rieux (Mondociné), Mathieu Gayet (ONLIKE), Alexandre Loos (Cloneweb) et Anne-Laure Soyez (We are Girlz).

Jamais entre amis sort aujourd’hui même, Mercredi 09 Septembre, dans les salles françaises.

Affiche_Jamaisentreamis

Synopsis : Jake et Lainey ont perdu ensemble leur virginité sur un coup de tête à l’université. Quand ils se recroisent 12 ans plus tard à New York, ils réalisent tous les deux qu’ils sont devenus des champions de l’infidélité. Prêts à tout pour trouver des solutions à leur problème, ils s’engagent dans une relation platonique sans tabous afin de s’entraider dans leur quête du véritable amour.

Critique : Après le catastrophique Bachelorette présenté il y a 3 ans à Deauville, il y avait de quoi redouter la découverte de Jamais entre amis, le second long métrage de Leslye Headland. On retrouve bien le ton trash de la jeune réalisatrice, qui pousse parfois le bouchon un peu loin mais l’ensemble est bien plus cohérent, les personnages sont attachants et le duo Brie/Sudeikis fonctionne à merveille. Mention spéciale pour Jason Sudeikis, drôle et charmant, gros coup de coeur pour son personnage. Si le couple marche, qu’on rit plusieurs fois et qu’on passe un bon moment, on peut quand même reprocher à Headland le découpage étrange de son film,  à savoir une heure trash et une dernière demie-heure ultra cul-cul…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.