Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > Culture > Cinéma > [Ciné] Matthew McConaughey, avec un grand M

[Ciné] Matthew McConaughey, avec un grand M

Certain(e)s ne connaissent de lui que ses abdos incroyablement bien dessinés. Beaucoup ne savent toujours pas prononcer son nom (le « ghey » de la fin se dit « hi »). Tout le monde se demande d’où peut bien lui venir cet accent incompréhensible qui le caractérise…

 

Pour l’accent, ça vient du fait que ce bellâtre débarque du fin fond du Texas. Pour le nom, c’est pas de sa faute, on ne choisit pas sa famille. Et pour les abdos…monsieur sait prendre soin de son corps et pendant des années, ce sont d’ailleurs ces mêmes abdos qui lui ont rapporté un salaire.

En effet, à Hollywood jusqu’à il y a peu, Matthew McConaughey était seulement connu pour sa plastique de rêve qui lui aura valu des rôles dans un nombre incalculable de films moyens. Souvent, il joue dans de mauvaises comédies romantiques type « Un mariage trop parfait », « Hanté par ses ex », « Comment se faire larguer en 10 leçons » (ah non, on l’aime bien celui là). Mais même si ses choix paraissent judicieux sur le papier (il tourne avec Spielberg, Al Pacino..) il se retrouve régulièrement dans des rôles oubliables, effacé par les têtes d’affiches ou bien victime d’une réalisation pourrie (« Sahara », sérieusement?!).

Mais ça, c’était avant comme dit la pub. Avant 2012. L’année du sacre de Matthew. L’année où on a finalement tous revu notre jugement sur cet acteur que l’on ne prenait pas vraiment au sérieux et qui nous a filé une grande claque.

Il y a d’abord « Magic Mike » de Steven Soderbergh en Août. Ok, ok…il y montre avant tout ses abdos, mais on n’y peut rien si le garçon aime tomber la chemise et on ne s’en plaint pas surtout. Mais Dallas, son personnage dans le film, marque les esprits avec sa douce folie et ses manières de légère grande folle. Il devient sympathique ET joue dans un bon film, good point, mais rien n’est gagné.

 1337193627_magic-mike-article

Mais un mois après, on revoit Matthew dans nos salles obscures, avec un rôle à l’opposé de la légèreté de Dallas, lorsqu’il incarne Joe dans « Killer Joe ». Réalisé par le papa de l’Exorciste, William Friedkin, « Killer Joe » nous montre un Matthew discret, mystérieux, tout en restant un cowboy fou, violent et provocant. Il surprend son monde par la densité de son jeu, et passe l’envie à de nombreuses personnes de manger du poulet… Deux bons films opposés coup sur coup, c’est que ça commence à faire dîtes-donc.

Un mois encore après, en Octobre, sort « Paperboy». Même si le film est loin de faire l’unanimité, une fois encore, Matthew est celui qui sauve le tout du naufrage, celui que l’on retient de l’histoire (et les beaux yeux de Zac Efron un peu). Et surtout, le film lui aura valu une présence au Festival de Cannes en Mai dernier pour Paperboy et pour le petit bijou qui va sceller définitivement le sort de l’acteur: « Mud ».

Même si « Mud » ne sort que ce mois ci (et qu’il faut absolument le voir), il a été présenté il y a un an sur la croisette. Avant Magic Mike, avant Killer Joe. Dire qu’à ce moment, je l’ai croisé sur la plage, et que je lui ai à peine adressé un regard, moi qui le voyais comme un pur cowboy écervelé. Aujourd’hui je le regrette… car quand on le découvre dans Mud, on découvre surtout une toute petite partie de l’immense talent qu’a cet homme. Touchant, drôle, amoureux, attachant, simple, Matthew se fait aimer de tous dans ce film juste pour lequel il n’a pas du approcher une brosse à dent et un peigne pendant des mois. Oublié le playboy, il fait place à l’acteur derrière le physique.

 Matthew-McConaughey-in-the-film-Mud

Pas de doute, 2012 était donc l’année de Matthew. A 43 ans, il serait temps, mais cela ne semble même pas déranger l’acteur qui ne cherche pas vraiment la reconnaissance et continue à brouiller les pistes et à jouer des rôles complètement différents. Avec « The Dalles Buyers Club » prévu pour cette année et dans lequel il joue un malade atteint du Sida, il s’annonce une nouvelle fois grandiose et abandonne définitivement les lois de l’attraction physique puisqu’il a perdu plus de 3Okgs (et ses beaux abdos) pour ce rôle.

Malgré tout…j’ai hâte, et je m’excuse profondément Matthew de t’avoir sous-estimé toutes ces années. J’ose même le dire désormais: Matthew, je t’aime. Aujourd’hui c’est un peu une renaissance pour toi à Hollywood, et surtout une reconnaissance aux yeux de tous. Et j’ai envie de dire tant mieux, parce que tu le mérites.

 

Comme j’aime le dire: Matthew McConaughey est mort…longue vie à Matthew McConaughey!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.