Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > Culture > Cinéma > Critique de film > Critique cinéma : Tête de Turc (avant première)

Critique cinéma : Tête de Turc (avant première)

Hier j’ai pu assister à l’avant première de « Tête de Turc » invitée par l’agence Way To Blue dans les locaux de la Warner à Paris.

Tête de Turc est le premier film de Pascal Elbé qui est un très bon acteur et scénariste (Romaine par moins 30, Mauvaise Foi,…).

Synopsis: Un geste fait basculer la vie d’un adolescent, d’un médecin, d’un homme marié, d’un policier, d’une mère de famille, … des destins se trouvent liés dans cette ville où tous les quartiers ne sont pas aussi bien vus.

Pour son premier film c’est pas mal! Ca ne vaut pas « La Haine » de Mathieu Kassovitz qui traite de sujets un peu similaires mais le film a du potentiel même si il fait un peu docu/fiction.

Tout d’abord le choix des acteurs est bon, on retrouve le réalisateur ainsi que Roschdy Zem(Go fast, Indigène,…), Samir Makhlouf, Ronit Elkabetz(Prendre femme, Mon trésor,…) … des acteurs de toutes origines ethniques qui pourtant jouent des rôles de personnages d’une autre ethnie.

Le mélange est bon et le jeu des acteurs est assez bien. On ressent bien la relation entre la mère immigrée et ses jeunes enfants qu’elle veut protéger. Par contre la relation entre les frères flic/médecin est mal reproduite, on a pas toujours l’impression que leur lien est le même, un peu brouillon au niveau de l’histoire de leur famille.

L’histoire est inspirée de fait divers et le thriller tente de nous montrer ce qu’il se passe là-bas, derrière les barres d’immeuble mal vues… et le résultat est bon. On voit vite ce qu’il se trame au dessus du jeune Bora après qu’il ait lancé le cocktail molotov , on comprend aussi l’espèce de peur de la rébellion et le danger qu’il existe de se balader là-bas… quand on a un gyrophare bleu…

Le mélange de histoire, dues au geste presque mortel du jeune homme, est assez cohérent même si parfois on passe un peu trop rapidement d’une histoire à une autre en ne récupérant peu être pas assez d’informations. En voyant le peu de dialogue (un choix du réalisateur/scénariste) on comprend que le film soit si court (1h27) mais pourtant intense. On n’est pas habitué à ne pas avoir tous les détails de chaque histoire, c’est un peu gênant parce qu’au final j’ai l’impression d’être restée sur ma faim…

Autre bémol tant qu’on y est, notre jeune Bora a un problème d’ouïe à une oreille et porte un appareil, je trouve que c’est un petit détails de trop, certes ça permet de faire un très bel effet de son à la fin mais je pense que sinon c’est inutile ou alors ça nous force à nous attendrir sur le pauvre petit gars.

Mais un gros bravo pour 2 choses dans ce film: le son et les couleurs. Certains éléments du film sont rendus réels grâce au son : un coup de poing sur une table, une gifle, … qui offrent à nos oreilles la force de la chose, assez surprenant d’ailleurs! Au niveau des couleurs, il y a de beaux effets de saturations, surexpositions, … assez sympa dans la liaison entre certaines histoires.

Ce film est une sorte de surprise, pour un film français parlant des problèmes de « racailles » et autres on pouvait s’attendre à tout. Je trouve que Elbé s’en sort bien, il est bien entouré et le résultat est au delà de mes attentes.

Ma note: 6/10 pas mal pour un premier

Public: Avertit, y a un peu de violence

Bande Annonce:

Tête de Turc – Bande Annonce
envoyé par WarnerBrosPicturesFrance. – Regardez des web séries et des films.

Crédits Photos – © Warner Bros Pictures France , ce billet n’est pas un billet sponso

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 Response

  1. C’est dingue, je n’ai pas du tout fait gaffe que le film durait à peine 1H30. Il est tellement intense qu’il paraît plus long.

    J’ai bien aimé les trous de scénario personnellement, je préfère ça à un film trop lourd.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :