Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > Culture > Cinéma > Critique de film > [Critique Cinéma] Tiens-toi droite

[Critique Cinéma] Tiens-toi droite

570099.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxTiens-toi droite est un film de Katia Lewkowicz

Date de sortie : 26 novembre 2014

Casting : Marina Foïs, Noémie Lvovsky, Laura Smet, Sarah Adler, Lola Dueñas, Jonathan Zaccaï, Michaël Abiteboul, Richard Sammel

Synopsis : Louise, Sam, Lili. Trois femmes qui ne se connaissent pas mais dont la volonté farouche d’évolution va les faire se rencontrer, se rejoindre, se juxtaposer. C’est l’histoire de Louise qui quitte le pressing de famille pour travailler dans une grande entreprise de fabrication de poupée où l’a pistonnée son amant. De Lili, Miss Nouvelle-Calédonie, qui fait la rencontre d’un riche industriel. De Sam, mère de famille nombreuse, qui décide de prendre son indépendance. Il y a la pression de leurs mères, de leurs sœurs, de leurs amies. Il y a leurs hommes qui disparaissent. Il y a leurs filles qui les regardent, les imitent. Et il y a la conception de ce nouveau modèle de poupée, enfin à l’image de la femme. Mais est-ce le modèle qui doit s’adapter à la femme ou l’inverse ?

070149.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Je n’avais pas eu de très bons retours sur le film, mais je suis têtue, j’aime ne pas écouter les autres et me faire mon propre avis. Je me suis donc pointée à 16h05 ce mercredi pour découvrir le film, la salle était assez pleine et étrangement j’ai senti qu’on était tous d’accord en sortant… ce film ne nous a pas plu du tout ! (entre soupirs et râles de désespoir)

Le film est complètement déstructuré au départ, une voix off nous raconte un bout du passé de plusieurs femmes, c’est rapide, survolé, et pas clair et avec un aspect très bâclé. Ensuite les histoires se déroulent pour se croiser au centre du film. Les femmes en question sont toutes assez spéciales et un peu névrosées. Entre la miss à la sexualité très exposée et au QI très bas, Sam la mère de famille qui cache le futur résultat de sa grossesse à son mari et qui n’arrive pas à gérer ses 3 gamines… et enfin Louise, grande névrosée dont les épaules soutiennent l’univers… enfin l’entreprise familiale, héritée avec sa bande de demi-sœurs (toutes filles du patron).

062023.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Les 3 femmes sont au centre de l’histoire mais pourtant le film ne leur rend pas service. Les dialogues sont mauvais, le rythme de leur présentation est bancal, résultat pas un seul instant on y accroche. De même pour les personnages secondaires, à savoir les enfants, les employées, les maris/copains, etc… aucun des personnages ne m’a plu. J’ai d’ailleurs été très surprise d’y voir Richard Sammel, le vampire allemand de The Strain qui a un rôle presque muet dans le film.

Des clichés, pas de subtilité, un final complètement foutraque et bancal comme le reste du film, des personnages qu’on n’a pas le temps d’apprécier, … le résultat n’est vraiment pas bon. Je n’ai pas compris le message derrière, un film avec des femmes qui pourtant sur le papier ont l’air fortes et qui à l’écran paraissent tellement effacées, oubliables, mauvaises. Je pensais pouvoir trouver de bons points mais je n’ai vraiment pas aimé de bout en bout.

Je ne pourrai pas empêcher les curieux d’aller voir ce film, mais accrochez vous, c’est vraiment pas bon. Mention spéciale à la mamie du fond de la salle et son magnifique « C’était nul! » hurlé à la fin de la séance !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.