The Bay est un film de Barry Levinson (Rain Man, Good Morning Vietnam) qui sortira le 19 juin 2013 en France.

Synopsis Dans la baie de Chesapeake, la pollution fait des ravages, malgré les propos rassurants des autorités. Deux scientifiques qui étudiaient les eaux de la baie sont bientôt retrouvés morts. La vie des habitants de la petite ville de Claridge va bientôt basculer dans l’horreur…

Casting : Kristen Connolly, Jane McNeill, Christopher Denham, Michael Beasley, John Harrington Bland

The Bay marque le retour de Barry Levinson (Good Morning Vietnam, Rain Man, Des hommes d’influence, Man of the year,…), quatre ans après “Panique à Hollywood”. Cette fois il tente de revigorer le concept du “found footage”, c’est à dire ces films basés sur des vidéos d’amateurs supposément trouvées sur les lieux d’un crime ou d’une catastrophe.

Une catastrophe s’est déroulée dans la petite ville de Claridge et la reporter qui y était présente narre par Skype le déroulement de l’histoire grâce à des vidéos qu’elle a récupéré et à ce qu’a filmé son cameraman.

On suit ici le développement classique du film d’épidémie, d’abord une attaque, des symptômes étranges, puis la propagation et les gens qui tombent comme des mouches, pendant que l’on découvre peu à peu la cause de tout cela.

Assez peu de séquences font peur, deux ou trois passages sont faits pour faire sursauter, mais rien de plus. Levinson se concentre surtout sur le message écologique qu’il tente de faire passer. La baie de Chesapeake est réellement dans une situation écologique désastreuse. Dans les années 70, 40% de sa surface a été déclarée « marine dead zone » (zone marine dans laquelle l’oxygène est devenu tellement rare que rien ne peut se développer). Depuis, les choses ont continué à empirer.

Barry Levinson sacrifie à la mode du found footage qui donne un film pas cher rempli d’images volontairement de mauvaise qualité, d’extraits audio grésillants,  de recherches Google, pendant que la reporter fait son compte rendu à une personne dont l’identité est inconnue durant un appel Skype d’une qualité désastreuse.

A la sortie de la salle, que reste-t-il de ce message ? Si l’idée de se faire bouffer par un isopode contaminé est plus frappante qu’un simple appel à respecter l’environnement, le message est loin d’être nouveau. Excepté le fait que chacun regardera soupçonneusement la viande de poisson et le verre d’eau de son prochain repas, les images choc ont pris le pas sur le message écologique. Les facilités de l’histoire en font un film à faire peur basé sur un désastre écologique, plutôt que la mise en garde que Levinson dit vouloir présenter.

Note : 5/10 Si le concept du faux documentaire écolo-horreur est intéressant, le but d’éveiller les consciences peine à être atteint. The Bay reste un film d’anticipation/épidémie honnête si l’on aime le found footage.

Author

Blogueuse spécialisée dans les écrans. Partage son temps entre les bouquins, les jeux vidéo, les séries TV, le cinéma et les podcasts.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It