Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > Culture > Cinéma > Critique de film > Critique Cinéma : 7 Psychopathes

Critique Cinéma : 7 Psychopathes

7 Psychopathes est le nouveau film de Martin McDonagh (Bons Baisers de Bruges) qui sortira le 30 janvier 2013.

Synopsis Marty est un scénariste hollywoodien en panne d’inspiration. Confronté à l’angoisse de la page blanche, il peine à écrire son nouveau projet de film au titre prometteur : 7 Psychopathes. Son meilleur ami Billy, comédien raté et kidnappeur de chiens à ses heures, décide de l’aider en mettant sur sa route de véritables criminels. Un gangster obsédé par l’idée de retrouver son Shih Tzu adoré, un mystérieux tueur masqué, un serial killer à la retraite et d’autres psychopathes du même acabit vont alors très vite prouver à Marty que la réalité peut largement dépasser la fiction.

Casting : Colin Farrell, Woody Harrelson, Abbie Cornish, Christopher Walken, Sam Rockwell, Olga Kurylenko, Gabourey Sidibe, Zeljko Ivanek, Tom Waits, Helena Mattsson, Kevin Corrigan

« 7 Psychopathes » est le deuxième film de Martin McDonagh, après « Bons baisers de Bruges ». A la fois réalisateur, scénariste et producteur, il a réuni un casting de rêve pour interpréter des dialogues ciselés dans lesquels ses origines venant du théâtre se font sentir.

Colin Farrell en scénariste irlandais alcoolique vivant à Los Angeles, Sam Rockwell en meilleur ami plus dangereux qu’il n’y paraît, Christopher Walken en psychopathe pacifiste, Woody Harrelson jouant un grand malade, ce qu’il sait faire de mieux et Tom Waits complètement dérangé ne quittant jamais son lapin domestique.

Il s’est permis d’y rajouter Olga Kurylenko, la JamesBondGirl de Quantum of Solace, Abbie Cornish, vue dans Sucker Punch et Bright Star, Zeljko Ivanek (Argo, Bons baisers de Bruges, Die Hard 4, la série The Event,…) et Gabourey Sibide, l’héroïne de « Precious » (qui lui a valu une nomination à l’Oscar, aux Bafta et aux Golden Globes) et… Bonny, premier rôle au cinéma pour ce Shih Tzu attendrissant.

Nous suivons une quête délirante menée par Sam Rockwell pour donner l’inspiration au personnage de Colin Farrell, une équipée foutraque aux alentours de Los Angeles, poursuivie par un gangster particulièrement allumé.

Tout cela est prétexte à une galerie de personnages et d’histoires imbriquées les unes après les autres et à des dialogues rythmés qui permettent de soutenir et de garder l’unité d’un film jubilatoire qui part dans tous les sens. Malgré des schémas d’histoires très classiques emplis de références cinématographiques, Martin McDonagh parvient à chaque fois à surprendre, que ce soit dans le dénouement des scènes ou dans sa façon de les traiter.

On sent que l’équipe du film s’est faite plaisir, les acteurs se régalent et le rire est toujours présent dans un hommage réussi au cinéma.

Note de Gorbak : 8/10 Jubilatoire. Un casting de rêve, des dialogues au cordeau et mon premier fou rire au cinéma depuis bien longtemps.

Mis à jour le

3 Responses

  1. esKq

    Avec un casting et un réal pareil ca aurait été dommage s’il avait raté leur coup !

    Au vu de la BA ca avait l’air promotteur, tu confirmes donc !

  2. Gorbak

    Je confirme donc!
    Il faut aimer les films un peu délirants évidemment, mais ça ne tombe pas suffisamment dans le bizarre pour paumer ceux qui n’ont pas l’habitude, ce n’est pas Las Vegas Parano.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :