Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > Culture > Cinéma > Critique de film > Critique Cinéma : Jusqu’à ce que la fin du monde nous sépare

Critique Cinéma : Jusqu’à ce que la fin du monde nous sépare

Jusqu’à ce que la fin du monde nous sépare (Seeking a Friend for the End of the World) est le premier film de Lorene Scafaria (scénariste de Une nuit à New York) il sort au cinéma le 8 août 2012.

Synopsis : Que feriez-vous si la fin du monde arrivait dans 3 semaines ? C’est la question que toute l’humanité est obligée de se poser après la découverte d’un astéroïde se dirigeant tout droit vers notre planète. Certains continuent leur routine quotidienne, d’autres s’autorisent tous les excès, toutes les folies. Dodge est quant à lui nouvellement célibataire, sa femme ayant décidé que, finalement, elle préférait encore affronter la fin du monde sans son mari. Il décide alors de partir à la recherche de son amour de jeunesse, qu’il n’a pas vu depuis 25 ans. Mais sa rencontre avec Penny risque de bouleverser tous ses plans.

Casting : Steve Carell, Keira Knightley, Melanie Lynskey, Adam Brody, Gillian Jacobs, Connie Britton, Patton Oswalt, Derek Luke, Rob Corddry, Martin Sheen, Mark Moses

C’est la fin du monde, la voilà et elle est inévitable. Certains s’enferment, certains fuient, certains se rebellent… Dodge, lui, continue à aller travailler jusqu’au jour où il croise sa voisine la jolie Penny. Penny vient de larguer son copain, un de plus… et a un gros problème : elle dort pendant des heures et des heures alors qu’à ce moment de notre fin de vie on n’a pas que ça à faire !

Un duo charmant, d’un côté le pauvre type trop banal et de l’autre la jolie et douce jeune fille qui n’a jamais connu le véritable amour. Ça fonctionne parfaitement bien entre Steve Carell et Keira Knightley ! Ils portent très bien cette comédie dramatico-romantique. Une nouvelle vision de la fin du monde, pour une fois, on ne s’attarde pas sur la catastrophe mais sur les envies qui nous motivent quand notre dernière heure approche.

Le film montre différents états, différentes réflexions, actions face au drame. On ne saurait quel camp choisir mais le film ici se concentre un peu plus sur le duo qui va choisir de réaliser ses dernières envies : retrouver son amour de jeunesse et retrouver sa famille. Le film retrace donc cette rencontre et ce road trip vers la fin du monde.

Une histoire douce et touchante qui fait exactement son boulot. Une petite larme et beaucoup de rire ! Le film n’est pas la perfection incarnée c’est clair mais c’est une distraction parfaite pour cet été et surtout il est à voir en amoureux. Le film n’est pas niais ni pataud, c’est plus fin qu’on peut le penser, vraiment basé sur les rapports humains et non pas sur l’apocalypse approchante.

J’ai été charmée par cette comédie, par ce voyage vers la fin du monde, par cet instant d’humour et de douceur. On trouverait même du charme à Steve Carell :p surtout quand il est avec le chien Sorry.

Ma note : 7.5/10 Doux, beau, triste, drôle

Bande Annonce :

Mis à jour le

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.