Il y a quelque temps nous fêtions le triste anniversaire des 10ans des séisme et tsunami qui ont provoqué l’incident de Fukushima. Fukushima, chronique d’un accident sans fin, est une bande dessinée qui revient sur les premiers jours de l’évènement et en particulier sur ce qui s’est déroulé dans la centrale. La bande dessinée est publiée chez Glénat.

Un récit d’Histoire

Ce que je savais des évènements de Mars 2011 au Japon était très limité, je me souvenais des images de destructions, de l’incendie à la centrale et surtout de l’après avec la radioactivité de la zone. Je n’avais pas du tout en tête les détails et le déroulé. C’est là où la bande dessinée est importante et très détaillée.

Le récit retrace en détail chaque minute de l’évènement à travers le compte rendu du directeur du site Masao Yoshida. Il se focalise sur les 5 premiers jours, leur intensité, l’enchainement des évènements, les décisions prises et les répercussions à chaque instant.

Même si je connais le “final”, le récit reste haletant, détaillé, fort et surprenant. Il me fait beaucoup penser à la série Tchernobyl qui parle de l’incident de la centrale.

Au-delà de l’Histoire, mon avis

Baser une bande dessinée sur un évènement aussi proche et aussi important que Fukushima est un vrai défi. Il faut réussir à intéresser le lecteur tout en jugeant qu’il n’est pas spécialiste des risques nucléaires, ni fin connaisseur des réactions à risque.

C’est là où la BD est une réussite, la complexité est vite évacuée par des explications simples et surtout par l’intensité de l’action. On est emporté par le flot d’actions, de questionnement, de réflexions. J’ai trouvé le déroulé très clair et vraiment passionnant.

Une bonne partie de l’histoire se déroule à huis clos dans les bureaux de la centrale avec des discussions, des conférences avec l’extérieur. Pourtant, à aucun instant, je ne me suis ennuyée. La clarté des dessins de Roger Vidal s’associe parfaitement aux dialogues précis et émotionnels de Bertrand Galic.

Quand on arrive aux dernières pages, on reste un peu sur notre faim, car ce n’est que le début de la catastrophe ! En effet, aujourd’hui encore,  tout n’est pas réglé. Pour les lecteurs, comme moi, qui veulent poursuivre la découverte des dessous de l’accident, il y a des pages complémentaires écrites par Pierre Fetet, observateur de la catastrophe de Fukushima. On y trouve des plans, des rapports d’enquête, des détails sur certains points obscurs de l’affaire et enfin un point sur la situation 10 ans après.

Plus d’informations

Fukushima, chronique d’un accident sans fin fait 116 pages et le dossier complémentaire 11 pages. La bande dessinée est publiée chez Glénat, au prix de 18,50€ en librairie.

Auteur : Bertrand Galic (Acheter Les voyages de Gulliver, Acheter Violette Morris, à abattre par tous moyens)

Dessinateur : Roger Vidal (Yeux Gris)

Author

Blogueuse spécialisée dans les écrans. Partage son temps entre les bouquins, les jeux vidéo, les séries TV, le cinéma et les podcasts.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d bloggers like this: