Blog lifestyle, culture, beauté, voyages
Home > Culture > Ciné > Critique cinéma > [Critique Cinéma] Les Enquêtes du Département V : Profanation

[Critique Cinéma] Les Enquêtes du Département V : Profanation

033990.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxLes Enquêtes du Département V : Profanation est réalisé par Mikkel Norgaard

Date de sortie: 8 avril 2015

Casting: Nikolaj Lie Kaas, Fares Fares, Pilou Asbæk

Synopsis: En 1994, un double-meurtre défraye la chronique. Malgré les soupçons qui pèsent sur un groupe de pensionnaires d’un internat, la police classe l’affaire, faute de preuve… Jusqu’à l’intervention, plus de 20 ans après, du Département V : l’inspecteur Carl Mørck, et Assad, son assistant d’origine syrienne, spécialisés dans les crimes non résolus. Ensemble, ils rouvrent l’affaire qui les amène à enquêter sur un des notables les plus puissants du Danemark.

467436.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Profanation est le deuxième épisode des enquêtes du Département V, toujours réalisé par Mikkel Norgaard et d’après la série littéraire de Jussi Adler-Olsen.

Après une intrigue relativement simple, plutôt linéaire dans le premier épisode, ce qui permettait de poser les bases, l’ambiance et de présenter les personnages principaux, le deuxième film s’attaque à plus complexe. Une enquête avec des ramifications importantes, plus de personnages et de nombreux flashbacks qui à eux seuls auraient pu constituer un film extrêmement fort sur la jeunesse aisée danoise, ses travers et la perversion inhérente à son système.

Nous avons deux films en un, le premier nous racontant pas à pas l’enquête policière sur cette affaire datant de plus de vingt ans et le deuxième nous présentant les faits tels qu’ils se sont déroulés à l’époque au fur et à mesure des découvertes des enquêteurs.

500625.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Nous avions eu un aperçu des grandes familles nordiques riches et dégénérées dans le formidable Festen de Thomas Vinterberg. Ici pas d’utilisation du Dogme, l’image de l’époque des faits est superbe, très lumineuse, très chaude, contrastant crûment avec la froideur et le glauque de la lumière de l’époque dans laquelle se déroule l’enquête. La période de l’insouciance, le sentiment d’impunité et d’invincibilité de leur jeunesse a disparu.

Les tabous, le silence et l’intimidation sont eux toujours présents. La réputation d’une grande institution, de familles importantes, la perversion, la violence, la contrainte, le mépris et l’argent roi qui achète l’innocence et la loyauté, tout cela fermente sous nos yeux jusqu’à l’explosion.

On en apprend toujours peu sur nos deux héros. Carl et Assad continuent de remuer inlassablement les poubelles de l’arrière-cour de cette classe dominante qui se pense insubmersible. Jusqu’à ce que la machine s’enraye et que ceux qui se voulaient au dessus de la foule se transforment en bêtes sauvages.

Profanation est le film qui fait prendre leur envol aux enquêtes du Département V. Leur champ d’action s’étend et la série montre de grandes ambitions, portée par sa photographie, son scénario et ses interprètes (c’était d’ailleurs un plaisir de retrouver Pilou Asbaek après l’excellent Hijacking). Vivement le prochain film.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire