Après deux essais à l’animation, Robert Zemeckis revient au drame. Douze ans après Seul au Monde, l’éternel réalisateur de Retour vers le futur, nous refait le coup de l’homme perdu après un crash aérien. Un film qui pourrait bien signer le grand retour de Denzel Washington.

flight_1Un matin d’Octobre, le commandant de bord Whip Whitaker doit faire face à la pire situation de sa carrière : son avion rencontre une défaillance technique et est au bord de la rupture. Le drame humain est proche et le crash semble inevitable. Pilote d’exception, Whip Whitaker parvient à réaliser l’impossible et  évite la catastrophe en posant l’avion tant bien que mal dans un champ. Sur les 102 personnes à bord, seules 6 vont y perdre la vie. Pour la compagnie aérienne il faut un coupable. D’abord considéré comme un héros, Whip va vite déchanter quand l’enquête va révéler son penchant pour l’alcool. Et si la condition physique du commandant de bord était à l’origine du crash ?

Sur le papier on doit avouer que Flight ne nous avait pas franchement séduit. Un film autour d’une sombre histoire d’alcoolisme sur fond d’avion qui s’écrase avec un Denzel Washington en haut de l’affiche ca nous parlait pas trop. Et malgré tout le respect qu’il mérite, on pensait Robert Zemeckis mort et enterré. On avait sans doute parlé trop vite puisque le réalisateur du cultissime et sublime Forest Gump signe ici un retour de grande classe.

Dès les premières minutes on sent qu’il se passe quelque chose. Embarqué à bord du vol 227 (grâce à une sorte de caméra embarquée qui nous fait vivre le crash comme si on y était) on est immédiatement propulsé dans le coeur du sujet. Alors qu’on vient de rencontrer le commandant de bord rock’n’roll Whip Whitaker qui marche à la vodka et à la coke voici notre enregistrement pour Atlanta validé. On sait que quelque chose va se passer, que le drame est inévitable. Robert Zemeckis a l’incroyable idée de brouiller les pistes au sujet du crash que la bande annonce nous avait révélé. Pourtant impossible de savoir à quel moment il va surgir. Est-ce pendant le décollage où le temps orageux semble complètement compromettre le voyage ? Est-ce un plein vol alors que Whip s’enfile ses vodkas ? Le réalisateur joue avec nos nerfs et nous laisse pendant une grosse demi-heure dans une tension qui ne diminue jamais. La chute précédent le crash devrait rester dans les mémoires très longtemps et vous empêcher de prendre l’avion calmement pendant un bout de temps.

flight_2

Après cette entrée en matière tonitruante on attendait un relâchement de Zemeckis. Encore une fois on a sous-estimé le réalisateur qui parvient avec une aisance irréelle à nous sortir des débris de l’avion pour nous emmener au coeur d’histoires d’addictions aussi glauques que fascinantes. Flight c’est au delà d’une enquête, un portrait de deux personnes dont la drogue a pourri l’existence. Nicole d’une part, dont la consommation d’héroïne rythme la vie et qui est prête à tout pour un shoot. Whip de l’autre côté, alcoolique qui ne veut pas voir la réalité en face et qui excuse ses agissements derrière les exigences de son métier. Deux personnages qui vont être rattrapé par la vie et les remords. Flight aurait pu s’appeler Fight tant le combat contre l’addiction va être un élément clef du film. Combat qui semble d’ailleurs pas gagné d’avance …

Pour un film américain on est aussi frappé par le manque d’américanisme. Alors qu’on est habitué à voir les drapeaux flottés ici et là, à voir une morale à toute épreuve qui fait toujours triompher le bon, on est surpris par l’objectivité de Flight. Bizarre sensation de voir un héros démonté de toute pièce avant même qu’il profite de son rang … Un héros presque plus détestable qu’attachant dont les comportements irresponsables nous agacent autant qu’ils nous troublent …

flight_3

Au delà d’un grand film sur la rédemption, Flight se révélera être un le portrait assez cynique d’une Amérique procédurière et intransigeante incapable de reconnaitre un héros national. Robert Zemeckis provoque, se moque de cette hypocrisie ambiante et envoie à l’Amérique puritaine un énorme doigt d’honneur en signe de protestation.

On attendait aussi une jolie morale sur le boire c’est mal et prendre de la drogue c’est dangereux mais Zemechis évite tous les pièges de la facilité et propose un film très riche et finalement très libre dans une Amérique qui semble de plus en plus conformiste. On regrettera seulement une fin un peu bizarre qui vient complètement remettre en question les propos du film. On comprend cependant que sans celle-ci le film aurait été un peu trop politiquement incorrect …

Côté casting on doit avouer que Denzel Washington accapare l’écran ! Lui qu’on avait pas vu aussi en forme depuis American Gangster livre une prestation absolument géniale dans la peau de ce pilote d’avion très borderline. On ne pensait pas à lui mais il pourrait bien créer la surprise aux prochains Oscars. Tour à tour séducteur, opportuniste et pathétique, il livre sans doute la plus complète et la plus incroyable performance de sa carrière. A ses côtés malheureusement les seconds rôles peinent un peu à convaincre. Kelly Reilly qu’on était ravis de retrouver joue ici un rôle sans réel intérêt si ce n’est de jouer une sorte d’alter-égo féminin de Denzel. Seul John Goodman réussira à se tirer la part du lion et apportera au film des moments de légèreté vraiment bienvenus.

flight_4

Magnifique fim sur la rédemption, Flight marquera surtout par sa critique d’une certaine Amérique puritaine. Un film aussi divertissant que déchirant qui vient redorer le blason de Robert Zemeckis. Un long courrier en classe affaire !

Author

Cinéphile aux lacunes exemplaires, mon coeur bat aussi pour la musique, les chaussures léopard et les romans de Bret Easton Ellis. Maman de 2muchponey.com, niçoise d'origine, parisienne de coeur, je nage en eaux troubles avec la rage de l’ère moderne et la poésie fragile d'un autre temps. Si tu me parles de Jacques Demy je pourrais bien t'épouser.

Comments

  1. film streaming Reply

    très bonne critique qui donne envie de voir le film, du grand denzel comme on l’aime

  2. Tout à fait d’accord avec toi : sur le fond le film est intelligent et différent des productions du même type.
    Il y a aussi de très bonnes trouvailles en matière de mise en scène.
    Deux défauts quand même : certaines longueurs et une surexposition de DW (d’où un manque de profondeur des seconds rôles …).

  3. Tout à fait d’accord avec toi : sur le fond le film est intelligent et différent des productions du même type.
    Il y a aussi de très bonnes trouvailles en matière de mise en scène.
    Deux défauts quand même : certaines longueurs et une surexposition de DW (d’où un manque de profondeur des seconds rôles …).

  4. Beaucoup aimé le film, surtout la toute toute première scène =)
    Non là où j’étais content c’est qu’il n’y avait rien de téléphoné, et le réalisateur n’est pas tombé dans la facilité…
    Finalement j’ai vu beaucoup de similitudes avec Ray.

    Jusque 10 minutes avant la fin du film le héros perd à peu près tout (sa femme, le lien avec son fils, certains de ses amis, sa maitresse, la confiance de ses proches) sauf deux ses deux addictions (musique et héroïne, vol et alcool), le dénouement est différent pour les deux films mais il pourrait très bien être inversé. Qu’en penses-tu Marine ?

  5. Beaucoup aimé le film, surtout la toute toute première scène =)
    Non là où j’étais content c’est qu’il n’y avait rien de téléphoné, et le réalisateur n’est pas tombé dans la facilité…
    Finalement j’ai vu beaucoup de similitudes avec Ray.

    Jusque 10 minutes avant la fin du film le héros perd à peu près tout (sa femme, le lien avec son fils, certains de ses amis, sa maitresse, la confiance de ses proches) sauf deux ses deux addictions (musique et héroïne, vol et alcool), le dénouement est différent pour les deux films mais il pourrait très bien être inversé. Qu’en penses-tu Marine ?

  6. Dazzling Pansy Reply

    J’ai était un peu déçu par ce film, je m’attendais à mieux même si j’ai passé un bon moment en le regardant. Pour moi, il vaut un petit 6.5/10.

  7. Dazzling Pansy Reply

    J’ai était un peu déçu par ce film, je m’attendais à mieux même si j’ai passé un bon moment en le regardant. Pour moi, il vaut un petit 6.5/10.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :