Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > Culture > Cinéma > Critique de film > Critique Cinéma : Un jour de chance

Critique Cinéma : Un jour de chance

Un jour de chance (La chispa de la vida) est le nouveau film de Álex de la Iglesia (Balada Triste). Il sortira en France le 12 décembre 2012.

Synopsis : Ancien publicitaire à succès désormais sans emploi, Roberto ne supporte plus d’être au chômage. Désespéré, il veut faire une surprise à sa femme en l’invitant dans l’hôtel qui fut le théâtre de leur lune de miel. Mais l’établissement a laissé sa place à un musée, sur le point d’être inauguré et présenté à de nombreux journalistes. Au cours de sa visite, Roberto fait une grave chute… En quelques minutes il devient l’attraction numéro 1 des médias présents et comprend que cet accident pourrait finalement lui être très profitable.

Casting : Jose Mota, Salma Hayek, Blanca Portillo

L’histoire a tout pour plaire, une vision désabusée de la société actuelle, une critique de l’aspect charognard des médias, des dialogues bien écrits emplis d’humour noir, un casting à la hauteur de ses ambitions, pourtant dans tout cela quelque chose ne colle pas. La musique grandiloquente qui ressemble plus à celle d’un film épique, la réalisation et la direction très « sérieuses » du film font tomber le tout à plat.

L’image est belle, la musique aussi, tout est bien filmé, mais les pièces ne vont pas ensemble. Les rouages ne s’accordent pas et l’étincelle ne survient pas. Tout l’aspect du « cirque médiatique » voulu par le réalisateur entre en conflit avec l’aspect froid et sérieux de la direction et de la réalisation. Seule la fin, attendue mais la seule fin possible à cette histoire, satisfait car les éléments collent enfin ensemble, la tristesse avec le sérieux.

J’ai eu l’impression que Alex dela Iglesia avait voulu faire du Pedro Almodovar, mais qu’il n’avait pas réussi à trouver ce grain de je-ne-sais-quoi qui fait un bon Almodovar.

Le film m’a laissé la même impression qu’un groupe de musique croisé dans le métro en rentrant de la projection. Tout le monde paraît faire de son mieux, la sincérité a l’air présente, mais il manque quelque chose, l’alchimie n’est pas là.

Note de Gorbak : 5/10, Les éléments du film ne s’accordent pas ensemble ; réalisation, direction et musique s’entrechoquent avec le scénario et les dialogues. Et Salma Hayek est superbe, forcément.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.