Laurence Anyway est le nouveau film du jeune réalisateur Xavier Dolan (Les Amours Imaginaires, J’ai tué ma mère). Il sera en salle le 18 juillet 2012.

Ce film est présenté en Sélection Officielle Un Certain Regard au Festival de Cannes 2012.

Synopsis: Le jour de son trentième anniversaire, Laurence, qui est très amoureux de Fred, révèle à celle-ci, après d’abstruses circonlocutions, son désir de devenir une femme.

Casting : Melvil Poupaud, Suzanne Clément, Nathalie Baye, Monia Chokri, Karine Vanasse

Durée : 2h 41min

Le jeune réalisateur  de 23 ans est de retour pour défier Cannes, après avoir présenté “Les amours imaginaires” à un Certain Regard il y a 2 ans.

Le film raconte cette histoire d’amour impossible entre Laurence et Fred. Le jour de ses 30 ans Laurence révèle à Fred qu’il a toujours été une femme même si il est né homme et que désormais il veut l’accepter. Leur amour est voué à l’échec mais pourtant ils se retrouveront plusieurs fois malgré les transformations et le changement de vie de Laurence.

Les amours impossibles, les trios amoureux, … des sujets que Dolan a déjà traité dans son précédent film. Il reprend le même type de discours, le même genre d’acteur, la même ambiance et c’est reparti pour un tour.

2h40, sur les changements de cette homme en femme, sur ses problèmes de couple… beaucoup trop de longueur et film beaucoup trop long pour qu’on puisse apprécier l’instant. Heureusement quelques scènes avec Nathalie Baye redonnent un peu de peps à tout ça sinon je pense que je me serais facilement laissée porter par le sommeil.

Malgré le côté dramatique de l’histoire, le film est teinté d’humour avec les interventions de Nathalie Baye qui joue la mère de Laurence, une mère qui comprend ou qui s’en fout. Les autres rires de la salle sont dus soit au malaise des personnages face à Laurence soit aux expressions québécoises  qui sont toujours assez hilarantes.

Il y a quelques scènes très fortes dans le film qui me resteront en mémoire comme la scène du jour où il révèle son envie de vivre en femme, sa première fois au lycée avec sa tenue, la scène du restaurant où Fred pète un câble à cause des questions des autres et nous déclame un superbe texte teinté d’expressions québécoises impressionnantes.

Le film est pas mal en fait, mais vraiment trop long pour pouvoir l’apprécier. Les acteurs sont tous bon et surtout l’actrice qui joue Fred.

“Les Belges parlent lentement mais ils ont l’esprit de synthèse”

Le sujet est assez bien abordé, que ce soit les conflits amoureux ou le problème de l’identité sexuelle. Et même si certains aspects du film sont repoussant je ne regrette pas d’avoir subit les 2h40 car au milieu des ralentis, des scènes de contemplation, il y a du bon et beau boulot fait par Dolan et surtout de bon acteurs et une superbe BO.

Ma note : 6/10

Film vu dans le cadre du Festival de Cannes, et surtout rendez vous tous les jours sur le blog durant le festival car nous serons sur place grâce à Orange ! http://live.orange.com

Bande Annonce :

Author

Blogueuse spécialisée dans les écrans. Partage son temps entre les bouquins, les jeux vidéo, les séries TV, le cinéma et les podcasts.

1 Comment

  1. Laurence anyway est un trop long film composé de scènes esthétiquement très léchées, sophistiquées, parfois prétentieuses … Ces scènes s’enchaînent péniblement tandis que les personnages (très bien interprétés) tournent en rond. Le scénario devient poussif, les dialogues tombent dans le verbiage et l’ensemble lasse et irrite. De jolies scènes pour un film finalement bien raté ! Même la bande son faîte de super morceaux paraît finalement “tout much” et devient fatiguante. Un peu plus de modestie et de simplicité n’aurait pas nuit. Par ailleurs Melville Poupaud est bien trop viril et masculin pour être crédible dans le rôle …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It