Après l’excellente trilogie l’Age de Glace, Carlos Saldanha fait remonter la température et nous emmène à Rio avec un défi à relever: rester au niveau de la saga polaire. Verdict? Un film très plaisant mais qui n’a ni la poésie ni la portée d’un Pixar.

Blu, un perroquet bleu d’une espèce très rare, a été domestiqué et vit avec sa maitresse loin de son Brésil natal. Son petit quotidien va être perturbé le jour où on découvre qu’il est le dernier représentant masculin de son espèce et qu’il est attendu à Rio pour permettre la survie de l’espèce. Sous le soleil de Rio, il fait la connaissance de Perla avec qui il est censé s’accoupler. Celle-ci ne l’entend pas de la même oreille. Mais bien vite, les deux tourtereaux auront des problèmes bien plus graves à gérer: des chasseurs d’oiseaux rares les veulent à tout prix et seront prêt à tout pour les capturer… Mais difficile de fuir quant on n’a jamais appri à voler…

Dès les premières images, on est rassuré. Rio ne sera pas un énième dessin animé destiné exclusivement aux moins de 6 ans et s’inscrit dans la lignée de l’Age de Glace. L’humour est prédominant. Le même que nous avions tant apprécié de l’autre côté du pôle. Des personnages secondaires, comme la bande de petits singes voleurs, les deux oiseaux ami de Blu ou encore le méchant marchand d’oiseaux ayant un penchant pour le déguisement, permettent à Rio de prendre véritablement son envol.

Autre grosse surprise: le graphisme. Les personnages, les mouvements, les décors sont absolument magnifiques. Le tout rythmé par une musique incessante qui nous permet un beau voyage au Brésil en plein cœur du carnaval. La 3D, joliment exploitée, est très agréable, nous permet une immersion totale.

Seul bémol, un scénario vu et revu. On se doute dès le début que Blu et Perla vont tomber amoureux et que Blu finira par s’envoler pour de bon. Mais au final, est-ce si important? On savait aussi que Russel et Monsieur Fredricksen  finiraient par s’entendre et à amener la maison aux chutes du Paradis, de même qu’on devinait très vite que Raiponce et Flynn Rider tomberaient amoureux…  Pour autant ces films restent terriblement réussis et captivants.

Ce qui manque à Rio c’est peut être juste un peu de poésie et d’émotions, crédo des studios Pixar. On aurait aimé un peu plus d’engagement de la part du réalisateur dans les sentiments, peut être fallait-il jeter un œil du côté de l’arrivée de Blu en Amérique du Nord, de son arrachement à sa tribu ou alors du côté du petit orphelin des bidonvilles… Il y avait de quoi faire! Mais fallait-il encore être sur de savoir gérer…

Quoi qu’il en soit un film tout à fait plaisant, qui utilise pleinement la technologie 3D.  Rio ravira toute la famille et vous donnera envie de danser la Samba et surtout, de prendre des vacances!  Tudo bem !

M.

Author

Comments

  1. Trop bien ce film !
    Je suis assez d’accord avec toi sur le scénario mais cela ne dérange pas tellement au final. Et quel rire quand il se met à danser la Samba :D

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :