Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > Culture > Cinéma > Critique de film > Critique cinéma: Black Swan

Critique cinéma: Black Swan

Vendredi dernier l’UGC Bercy proposait une avant première du film Black Swan en présence du réalisateur Darren Aronofsky. Au départ je ne pensais pas y aller mais j’ai vite craqué, j’adore la danse classique et les films d’Aronofsky (The Fountain, Requiem For A Dream).

Habituellement, quand un réalisateur vient avant la projection il dit 2/3 mots et il repart. Pour une fois on a pu poser quelques questions, pas facile avant d’avoir vu le film mais il fallait en profiter! Aronofsky a répondu avec humour, a critiqué certains accents et à même renvoyé l’interprète, la grande classe ! J’étais un peu loin mais j’ai filmé ce que j’ai pu : http://www.youtube.com/watch?v=EW68rIoI8XQ

Synopsis : Black Swan raconte l’histoire de Nina, une jeune femme danseuse étoile qui aimerait cette fois ne pas se cantonner à un petit rôle et obtenir les rôles tant désirés du Cygne blanc et du Cygne noir du ballet Le lac des Cygnes de Piotr Ilitch Tchaïkovski (connu aussi pour Casse-Noisette et la Belle au bois dormant). Mais l’arrivée de la nouvelle recrue Lily s’annonce comme une menace pour son avenir.

Casting: Natalie Portman, Vincent Cassel, Mila Kunis, Barbara Hershey

Etant petite j’étais assez fan de ballet, surtout après avoir vu le Prince Casse Noisette et lu les livres “Danse ! Nina graine d’étoile”. Et puis j’avais adoré l’adaptation pour enfant de l’histoire du lac des Cygnes par Richard Rich (Rox et Rouky, Taram et le chaudron magique): Le Cygne et la Princesse.

Voir un peu de ballet au cinéma ça me branchait bien (mon dernier film de ballet c’était le film “Ballet Shoes” avec Emma Watson), bon j’avais cru comprendre que ce n’était pas qu’un film avec des nanas qui dansent mais surtout un film qui fait peur… chose que je ne raffole pas!

Premières impressions en sortant de la salle… c’est beau mais ça fait peur! Mais de la peur genre Saw, Esther. De la vrai peur, de la folie, des sursauts!

Je me suis cachée dans mon écharpe une fois, je n’en ai pas manqué une miette. J’ai été portée par l’histoire de cette pauvre danseuse qui a peur que son rêve s’écroule, par son désir si fort d’être parfaite.

Parfois j’ai été surprise de certaines scènes mais elles étaient essentielles dans le film (les scènes très privées avec Natalie Portman en vue de sa libération…), parfois même un peu gênée. La caméra est juste, elle est partout et on partage beaucoup de choses avec Nina. Au début du film on la suit, caméra derrière sa tête histoire de lui rajouter la pression de nos regards.

Natalie Portman joue magnifiquement bien, elle est un peu trop maigre par contre, son personnage est fort, fou, plein de mystère et on le ressent réellement bien. C’est une très très grande prestation!

Mis à part Natalie on retrouve aussi Vincent Cassel dans le rôle du chef de la troupe de danseuse, du metteur en scène du ballet. Il a un personnage fort et déroutant, j’ai beaucoup de mal avec Cassel, je n’arrive pas à oublier ses personnages dans Sheitan, du coup j’ai un peu été paumée et je ne savais pas trop quoi penser de lui!

On retrouve aussi Mila Kunis, qui fait la danseuse concurrente. Très sympathique, très provoquant… pourtant on a l’impression quelle cache quelque chose. Un personnage très mystérieux et très sexy qui colle très très bien à l’actrice.

Durant le film on a beaucoup d’extrait du célèbre ballet, beaucoup de scène où on voit Natalie danser. Elle a réalisé plus de 90% des chorégraphies (un sacré entrainement) et une vrai troupe de ballerines l’accompagnait sur scène et dans les coulisses. Les scènes de ballet sont très belles, on retrouve la force des ballerines, l’univers un peu dur dans lequel elles vivent. C’est magnifique.

Le film est vraiment découpé en 2 genres qui se mélangent à merveille. D’un côté on a l’enchantement du ballet et de l’autre l’horreur de l’histoire de Nina. Le réalisateur a trouvé le juste milieu et il nous offre des scènes magnifiques (en particulier celle de la transformation avec les ailes).

J’aimerais décrypter chaque scène, vous parler des relations mère/fille, des rêves brisés, vous dire que j’avais vu des trucs venir… mais je suis déjà en train de spoiler. Je m’en excuse !

Black Swan est un film à voir, j’ai eu peur et j’ai les yeux qui ont brillé. Merci encore Aronofsky!

EN SALLE LE 9 FEVRIER 2011 !

Ma note:  9/10

Public: Plus de 12 ans !

Bande Annonce:

4 Responses

  1. Skeptic

    “Natalie Portman joue magnifiquement bien, elle est un peu trop maigre par contre” WTF ??

  2. Scoobi Woopi

    Pour commencer, Aronofsky signe un somptueux dyptique avec The Wrestler, qui traitait du catch … ça n’est pas un hasard s’il a souhaité dans son dernier film exprimer la féminité, la grâce, l’imaginaire .. (On reconnaît tous à Aronofsky ses thèmes récurrents, comme la folie (Requiem for a Dream), la noirceur psychologique, l’engouffrement, la frénésie,etc. Il serait d’ailleurs bien “pote” avec Polanski, si l’on parle de cinéma de genre…Quoique Polanski est à la base un comique).

    Aronofsky met donc en scène ici le ballet de New-York, avec une ballerine, en totale et parfaite contradiction avec Mickey Rourke qui incarne un catcheur de l’Amérique Profonde, loin de la tétostérone s’exprime ici la grâce iiluminée, qui transparaît comme miracle et antithèse à The Wrestler.

    Les techniques d’Aronofsky dans ce film sont plaisantes à retrouver : Snorrycam, Caméra subjective, travail poussé en terme d’éclairage, tout y est pour plaire ..

    Je ne voudrais également pas spoiler, mais ajouter que oui, ce film vaut le détour, et qu’effectivement, c’est l’un des films les plus abouttis de Darren Aronofsky selon moi.

    Il y a tant à dire sur cette perle cinématographique .. a juger selon vos dires!

    Signé : Un cinéaste averti.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :