Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > Culture > Cinéma > Critique de film > Critique cinéma : Des Hommes et Des Dieux

Critique cinéma : Des Hommes et Des Dieux

Des Hommes et Des Dieux nouveau film de Xavier Beauvois, Grand Prix du Festival de Cannes 2010.

Très bon démarrage pour le film cette semaine, avec plus de 400 000 entrées. Le nombre de copies a été augmenté suite au succès.

Synopsis: Huits moines français et chrétiens vivent dans un monastère de l’Atlas. Ils passent leur temps entre prière, jardinage et aide aux habitants du coin qui sont musulmans. Un groupe Islamiste commence à faire des morts dans la région, les moines refusent la protection de l’armée et décident de rester malgré le climat de terreur… Le film est inspiré de la vie de moines Cisterciens de Tibhirine en Algérie qui vécurent là bas de 1993 à 1993 (leur enlèvement).

Casting: Lambert Wilson, Michael Lonsdale, Olivier Rabourdin

J’ai été voir le film parce que bon, c’est quand même un film récompensé et qui avait l’air admirable.

Début du film, la messe, du jardinage, la messe, des gens malades, la messe… erf la première heure du film j’ai du faire 5/6 micro sommeil, j’étais plus du tout emballée. Mais après avoir passé la première heure, j’ai été attentive et j’ai accroché.

L’histoire des moines devient vraiment prenante quand la terreur s’installe et quand il commence à se passer quelque chose. Toute la première partie c’est répétitif, ennuyant (mais en même temps c’est leur vie).

Lambert Wilson m’a un peu énervé dans son rôle de gentil moine un peu trop « chef » mais j’ai beaucoup aimé Olivier Rabourdin et Michael Lonsdale qui avaient des personnages plus intéressants.

Au niveau des décors, j’ai trouvé très sympa le petit monastère de l’Atlas, les grands espaces presque vides. J’ai pas mal aussi aimé la scène du repas avec la musique du Lac des Cygnes en fond.

Donc bon voilà, Première heure soporifique mais très très bonne deuxième partie. Des moments très « humains », de la dureté et de la réalité.

Ma note : 5/10 une fois la première heure passé ça s’arrange

Public : Ca sert à rien d’emmener les enfants, ils comprendrons pas et euh… renseignez vous bien avant d’y aller enfin c’est à vous de voir

Générique : On peut voir apparaître 2 stagiaires « Beauvois » dans le générique… vive le piston :p D’ailleurs sympa l’intitulé ‘Stagiaire AK47’ :)

Bande annonce :

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 Responses

  1. gas

    La 1ère est remarquable de silence et d’attente ; riche comme une méditation ; le fait de ne pas en avoir conscience n’est pas à blâmer mais le commentaire qui en découle est dommage car cette heure de partage de la vie ascétique d’un monastère est une très grande chance de pouvoir approcher la plénitude qu’elle doit apporter ; en bref, faut accepter et entrer en sympathie avec ce moment pour pouvoir le sentir.

    Traduction en langage de tous les jours : C’est ni people ni bling bling et ces moines n’auront jamais de rollex car ils sont admirables et remarquables.

  2. Robinet

    Un très beau film.
    Du beau, que du beau.
    La vie de ces moines leurs chants, leurs interrogations, qui souvent sont les nôtres devant les choix de notre devoir et la Foi en la vie. Oui tout simplement en la vie !
    Quel bonheur que le public ne s’y trompe pas.
    C’est l’espoir que l’homme est en recherche de spiritualité, pas celle des gouroux, ni forcément celles des religions. C’est l’espoir que l’homme est bon et aime le bon et le beau, même dans cette société qui ne nous abreuve que de catastrophes.
    Merci au producteur, merci aux acteurs qui incarnent parfaitement leurs personnages, on s’y croirait, Merci au public qui adhère au beau.
    Jean Robinet

  3. Nicole Le Frêne

    Des hommes et des Dieux ou comment un dangereux gourou peut entraîner des hommes, malgré leur volonté profonde, vers le sacrifice et la mort.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :