7038432-10770069Après Shutter Island ou Mystic River, c’est au tour d’Animal Rescue d’être adapté au cinéma avec The Drop ( titre français, Quand vient la nuit ). A croire que les livres de Dennis Lehane sont tous tellement bons que leurs adaptations se multiplient comme des petits pains. Ici, le romancier a écrit lui même le scénario du film. L’histoire est la suivante : Bob Saginowski, barman solitaire, suit d’un regard désabusé le système de blanchiment d’argent basé sur des bars-dépôts – appelés « Drop bars » – qui sévit dans les bas-fonds de Brooklyn. Avec son cousin et employeur Marv, Bob se retrouve au centre d’un braquage qui tourne mal. Il est bientôt mêlé à une enquête qui va réveiller des drames enfouis du passé…

Un scénario de qualité donc, et un casting 4 étoiles : Tom Hardy, Noomi Rapace, Matthias Schoenhaerts et  James Gandolfini dans son dernier rôle au cinéma. A la réalisation, Michael Roskam habitué aux films noirs après Bullhead. Que du bon donc.

A l’écran, les promesses sont tenues : dans ce Brooklyn cruel et froid, on assiste à la tentative de survie d’un homme dans un milieu contaminé par la violence et l’appât du gain. Et il ne s’agit pas uniquement de survie au sens propre, mais on voit le personnage de Tom Hardy tenter de garder la part d’humanité qu’il a en lui,  il lutte contre ses blessures et ses fautes du passé, contre son milieu. Il essaie même de nouer des liens profonds, ce qui est tout nouveau pour lui.

Car si l’histoire est banale sur le papier, elle est magnifiquement transfigurée par des personnages intenses et sincères et surtout par des interprètes de talent. Ce thriller se révèle être une sublime allégorie sur l’animalité et l’envie de se créer son propre destin. Loin des aspects manichéens habituels à ce genre de film, Quand vient la nuit livre une galerie d’enjeux complexes et riches. Et même si on peut avoir l’impression d’un air de  déjà vu ( le guetto, la mafia… ), le réalisateur arrive à nous surprendre au fur et à mesure que le film avance, jusqu’à un dernier acte complètement glaçant et un final émouvant et plein d’espoir.

C’est là l’énorme réussite du film : parvenir à faire transparaître la tendresse ( l’innocence du chiot ) au milieu d’un film noir. Noomi Rapace montre aussi cette délicatesse qui vient entrer en opposition avec le thème du métrage même si on aurait souhaité la voir dans un rôle moins classique. Sans surprise, c’est Tom Hardy qui porte le film et sa crédibilité sur ses épaules : à la fois fragile et solide, son personnage de Bob fascine et l’acteur arrive à laisser planer une once de mystère jusqu’à la fin.

( Tout ça sans parler du degrés de cuteness du duo principal ). Quand vient la Nuit sort au cinéma aujourd’hui, courrez-y !

Author

Maman de Films-horreur.com, et cinéphile contradictoire. Aime Tom Hardy et le Roi Lion. Dans la vie, s’enflamme très vite pour tout et rien, caractérielle à plein temps et parisienne de coeur. Aime le vernis à ongles et les labradors

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :