Après le bon divertissement Dark Shadows, Tim Burton revient avec Frankenweenie à l’animation et au noir et blanc. Les fantômes de Vincent sont-ils toujours là ?

Après la mort soudaine de Sparky, son chien adoré, le jeune Victor fait appel au pouvoir de la science afin de ramener à la vie celui qui était aussi son meilleur ami. Il lui apporte au passage quelques modifications de son cru… Victor va tenter de cacher la créature qu’il a fabriquée mais lorsque Sparky s’échappe, ses copains de classe, ses professeurs et la ville tout entière vont apprendre que vouloir mettre la vie en laisse peut avoir quelques monstrueuses conséquences…

En 1984 pendant qu’Apple sortait son 1er « Macintosh » un jeune réalisateur dans le vent réalisait son 4e court-métrage : « Frankenweenie ». Film produit par Disney qui mit deux ans à le sortir et qui ne l’exploitera même pas, les producteurs étant effrayés par la noirceur des personnages (et en plus c’était en noir et blanc). Le scénario était assez proche de l’original, bien que réalisé en live (avec des acteurs donc) l’image est assez proche du résultat de 2012, dans l’idée tout du moins. L’histoire veut qu’à la suite des multiples projets avortés Tim Burton quitta Disney ni trouvant pas sa place mais ça c’était avant.

Nous sommes en 2012 et même si Tim est mort depuis 2001 pour certains (date à laquelle « La Planète Des Singes » est sortie), le bougre a réussi à dépasser le milliard pour sa désastreuse interprétation d’Alice au Pays des Merveilles, ce qui fait qu’il peut présenter un peu n’importe quel projet et on lui signe un chèque. Bon le souci c’est qu’il n’a plus vraiment d’idées novatrices, son univers tourne un peu en rond et ses personnages deviennent très agaçants, conséquence son dernier film n’a pas vraiment fonctionné au box office, est-ce le début de la fin je ne sais pas mais une remise en question s’impose.

Le problème c’est qu’en Europe (en France particulièrement) on bave devant ses films, louant à chaque fois l’univers tortueux qu’il dépeint dans ces œuvres, ce qui fait que même si on critique plus ces film, ils existent toujours une tripoté de gens pour crier au génie.

Bon autant parler du film, l’histoire comme je vous ai dit est proche du support original, c’est à dire un court-métrage, le problème c’est qu’on sent que le scénario a été étendu sans réellement apporter de supplément, ce qui fait que la 1er partie est plutôt sympathique (la 3D ne servant à rien mais on a l’habitude) l’image en noir et blanc ainsi que le « character design » des personnages sont réussis mais il n’y a que peu d’innovation, même l’animation en Stop-Motion n’est pas au niveau de la concurrence actuelle (bonjour « Paranorman »). Ce film démontre si besoin est que Burton n’a plus grand chose à raconter, il crée des univers personnels mais ne sait plus se renouveler. Ce film sent la naphtaline, il n’apporte rien à son public, même les personnages secondaires sont sans saveurs, ils respirent le déjà-vu. La relation de Victor (le héros) avec son chien Sparky n’est qu’un faire-valoir et une fois que la première partie du récit est passé, le film s’engage dans un chemin dénué de sens et on a l’impression que les scènes sont ajoutés à la suite sans chercher à apporter une continuité logique.

Si on passe au dessus de cela et qu’on excuse à Tim Burton sa petite fainéantise de ne pas se renouveler, il faut quand meme reconnaître à ce Frankenweenie un certain charme et avouer qu’on aura passé tout de même un bon moment devant ce divertissement pour toute la famille. Dommage seulement que Tim Burton n’arrive pas à faire “plus” à pousser son histoire pour la transcender complètement comme il savait si bien le faire. On doit aussi avouer que c’est le premier film qu’on apprécie du réalisateur depuis Charlie et la Chocolaterie. Il faut dire qu’entre Sweeney Todd et Alice on avait l’impression d’avoir définitivement perdu l’ami Tim. On attend donc le prochain avec impatience.

Côté edition Blu-Ray il faut dire que Disney aurait fait un sacré boulot ! L’image est parfaite (le noir et blanc est magnifique) et le son a un coffre qu’on n’attendait pas. Grâce à cette technique parfaite, le spectateur sera plongé au cœur d’une mise en scène où chaque effet aura son impact avec des séquences millimétrées, et un point d’orgue final tout simplement majestueux. Côté bonus là aussi on ne sera pas en reste avec entre autre la présence de deux courts métrages à l’origine du film et un petit making off du film des plus interessants.

Frankenweenie est sorti en DVD et Blu-Ray le 1er mars dernier et est distribué par Disney.

Découvrez d’autres films sur Cinetrafic dans des catégories aussi diverses et variées que bande annonce ainsi que meilleur film.

Author

Cinéphile aux lacunes exemplaires, mon coeur bat aussi pour la musique, les chaussures léopard et les romans de Bret Easton Ellis. Maman de 2muchponey.com, niçoise d'origine, parisienne de coeur, je nage en eaux troubles avec la rage de l’ère moderne et la poésie fragile d'un autre temps. Si tu me parles de Jacques Demy je pourrais bien t'épouser.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It