Après le Discours d’un Roi, Tom Hooper change de registre et décide d’adapter pour la première fois sur grand écran le roman culte de Victor Hugo : Les Misérables. Et cela sous forme de comédie musicale inspirée du spectacle de Broadway et porté par un casting déjà convaincant. Le pari était osé, Hooper l’a-t-il fait ?

Les_Misérables_1

Dans la France du 19e siècle, une histoire poignante de rêves brisés, d’amour malheureux, de passion, de sacrifice et de rédemption : l’affirmation intemporelle de la force inépuisable de l’âme humaine.
Quand Jean Valjean promet à Fantine de sauver sa fille Cosette du destin tragique dont elle est elle-même victime, la vie du forçat et de la gamine va en être changée à tout jamais.

Si on avait lu ce synopsis là avant de voir le film peut-être y aurions-nous vu les premiers signes de la catastrophe qui nous attendait. A travers ces quelques lignes on sent déjà que le ridicule est là. “l’affirmation intemporelle de la force inépuisable de l’âme humaine” seriously ? Universal ne pouvait pas se limiter à un résumé clair et précis sur l’histoire de Valjean et Cosette traqués par Javert ? Apparemment non, on aurait du se méfier, ne pas considérer qu’en grand amateur de comédies musicales on aimerait forcément et que la présence de Russell Crowe au casting suffisait à faire notre bonheur. On aurait vraiment du se méfier. Chronique d’un film qui porte bien son nom.

Premières minutes de film et premier constat. Les Misérables sera entièrement chanté et jamais parlé. Et oui Tom Hooper ce grand monsieur n’a rien trouvé de mieux à faire que de nous pondre L’INTEGRALITE de la comédie musicale éponyme en 2H40 synonyme de véritable enfer pour nous pauvres spectateurs pris au piège. Si l’idée à l’origine n’était pas mauvaise (certains films uniquement chantés sont de véritables perles) Tom Hooper en aura rien absolument rien fait. Rarement on aura vu un réalisateur si fainéant qui se contente de filmer un music-hall et de nous le balancer tel quel au lieu de s’en servir comme matière car matière il y avait.

Les_Miserables_2

Lorsqu’on comprend qu’il n’y aura aucun dialogue dans le film on se dit qu’on est bien mal embarqué certes mais on garde encore un espoir de voir Hooper relever la tête. L’espoir se dissipera très vite quand on commencera à analyser le rythme du film : chanson / chanson / chanson / chanson. Oui car les Misérables c’est 2H40 de chansons. Ne pensez pas que les protagonistes vont arrêter de chanter à un moment donné, c’est peine perdue. Les haters vont alors pouvoir se délecter face à cette caricature qui nous est proposée. Au lieu de se déplacer tranquillement d’un endroit A à B ou de prévoir des évènements futurs naturellement, tous nos protagonistes décident de le faire en chansons pour notre plus grand malheur.

Si Hooper ne laissera aucun répit à nos oreilles (Chouette la chanson est finie. Ha non une nouvelle commence) il n’épargnera pas non plus nos pauvres yeux. Le constat que l’on avait établi au regard de la bande annonce se confirme bien : Les Misérables est un film laid. Les décors font tellement cheap (quand il y en a) qu’on se demande où sont partis les 61 millions de budget (sans doute pas non plus dans les cours de chants de Russell Crowe). On est assez consterné par le partis pris du réalisateur qui décide de filmer toujours de la même manière les personnages. Russell Crowe et son mono-plan cadré aux épaules hanteront longtemps nos esprits. Et comme Tom Hooper semble adorer faire bouger continuellement sa caméra on se demande si les comédiens ont effectivement joué ensemble à un moment donné ou si le monologue-chanté sur fond vert était sa technique de prédilection. Tom Hooper a aussi une bien drôle vision de Paris qui ressemble à tout sauf à la capitale de la France. Si j’ai un jour la chance de le rencontrer je lui montrerais peut-être une photo de la Seine pour qu’il m’explique le suicide de Javert.

Les_Miserables_3

Difficile de juger un casting sur des critères autres que le chant vu que vous l’aurez compris le film est étroitement lié à cette notion. Difficile alors d’être clément avec des acteurs qui ne sont nullement chanteurs et qui passent 2h40 à nous le prouver. Bien sur on retiendra la jolie voix d’Hathaway mais que dire du reste du casting ? Russell Crowe n’a jamais eu l’air si empoté face à un Hugh Jackman jamais crédible en Jean Valjean. Autour d’eux c’est la débacle entre une Helena Bonham Carter qui nous refait du Sweeney Todd et de la Amanda Seyfried qui nous rejoue Mamma Mia ! mais en pire, le tout dans une cacophonie inaudible et incompréhensible qui sonne faux. Les Misérables à qui l’on devait de nombreux sanglots ou serrements de coeur est bien loin maintenant grâce à un certain Tom Hooper qui décide de faire l’impasse sur l’essence même du roman : l’émotion. Oui car grâce au réalisateur on ne ressentira que de l’agacement pendant près de 2h40. A force de vouloir aller vite, Tom Hooper manquera l’essentiel si bien qu’on se foutra éperdument des gents qui meurent, des causes défendues ou de toute autre élément qui avait de l’importance à l’origine. Etrange sentiment alors d’avoir supporté péniblement un film de près de trois heures qu’on a eu l’impression de voir en accéléré.

On s’est donc bêtement fait avoir par Tom Hooper qui nous avait fait miroiter un plus joli dessein pour l’oeuvre de Victor Hugo. Si le film nous aura fait penser aux pires moments de Sweeney Todd (Johanna, Johanna, Johanna) on aura voulu en savoir plus sur le musical d’origine et découvrir ainsi la nature du mal. Il faudra chercher ailleurs car manifestement cette comédie musicale là est un excellent cru !

Les_Miserables_4

Author

Cinéphile aux lacunes exemplaires, mon coeur bat aussi pour la musique, les chaussures léopard et les romans de Bret Easton Ellis. Maman de 2muchponey.com, niçoise d'origine, parisienne de coeur, je nage en eaux troubles avec la rage de l’ère moderne et la poésie fragile d'un autre temps. Si tu me parles de Jacques Demy je pourrais bien t'épouser.

Comments

  1. “Le discours d’un roi” était déjà fortement surévalué …

  2. “Le discours d’un roi” était déjà fortement surévalué …

  3. Je te trouve très dure avec ce film, les acteurs sont d’excellents chanteurs, on sent qu’ils ont beaucoup travaillé et leurs vibratos sont très réussis. 2h40 de chant, certes, mais c’est avant tout une COMEDIE MUSICALE il est donc normal qu’ils chantent. Les quelques erreurs de décor n’affectent pas la qualité du film , on ne s’ennuie pas, c’est parfait!Cette adaptation respecte très bien la comédie musicale originale tout en surprenant le spectateur à la fois! 20/20 à Tom Hooper et à toute l’équipe!

  4. Je te trouve très dure avec ce film, les acteurs sont d’excellents chanteurs, on sent qu’ils ont beaucoup travaillé et leurs vibratos sont très réussis. 2h40 de chant, certes, mais c’est avant tout une COMEDIE MUSICALE il est donc normal qu’ils chantent. Les quelques erreurs de décor n’affectent pas la qualité du film , on ne s’ennuie pas, c’est parfait!Cette adaptation respecte très bien la comédie musicale originale tout en surprenant le spectateur à la fois! 20/20 à Tom Hooper et à toute l’équipe!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :