Après le cinéma la semaine dernière, c’était à la musique de décerner samedi soir ses récompenses. Une 27ème cérémonie des Victoires placée sous le signe du changement et du renouveau. Et pour la cinquième année consécutive on y était et on vous dit tout !

Depuis quelque temps on trouvait que les cérémonies des Victoires de la musique se suivaient et se ressemblaient inlassablement. En 2011 déjà, France Télévisions tentait une nouvelle formule (Deux soirées et non plus une), un nouveau lieu et de nouveaux présentateurs. Une édition qui, malgré de gros défauts, avait mis la chaine sur de nouveaux rails. Alors en 2012, quand on apprend qu’Alexandra Sublet (la jolie brune animatrice de C’est à vous) aura les commandes de l’émission accompagnée du trop rare Jérémy Michalak, on se dit que l’édition se présente bien et cela malgré des nominations plus que contestables.

Arrivés vers 20h dans l’enceinte du Palais des Congrès, on se demande très rapidement ce qu’on fait là ! A notre droite cinq adolescentes qui ne jurent que par Christophe Maé, à notre gauche des gens qui se demandent qui est bien ce Thiéfaine écrit partout sur le programme et derrière nous un quadra père de famille qui ne voit que Guetta gagner en Electro car “Justice c’est nul”. Voilà voilà. Le décors est planté et on se sent vraiment pas à notre place. Un constat qui ne fera que se confirmer au fur et à mesure de la soirée. Laurent Voulzy ouvre alors le bal avec Jeanne, chanson phare de son nouvel album, accompagné d’un orchestre philharmonique. Classe tout simplement.

Alexandra Sublet fait son boulot et, sans être très drôle, est plutôt bonne en maitresse de cérémonie. On lui excusera ses déguisements et interventions pas forcément réussis, son côté très “Foresti” et on lui offrira la prochaine fois un dictionnaire de synonymes pour l’aider à ne plus prononcer mille fois le mot “magnifique”. On ne pardonnera par contre pas la présence de Thomas VDB, toujours aussi lourd et à côté de la plaque. Bref, retour aux lives avec du bon (Aubert, Brigittes, Cœur de Pirate, L, Biolay, Thiéfaine) du moins bons et de l’excellent ! Côté catastrophe on commence par Mika qui passe parmi les premiers avec son insupportable Elle me dit qu’il chante un peu moins faux que d’habitude mais qui nous agace toujours autant. Évidemment autour de nous le public est debout et acclame le chanteur pop tout de violet vêtu. Alors forcément quand Camille débarque sur scène, pieds nus, et pose joliment et délicatement sa voix sur L’Etourderie, l’ambiance n’est pas la même.. Pourtant, la géniale Camille prendra le taureau par les cornes et surprendra tout le monde en rendant un merveilleux hommage à Michael Jackson. Jouissif ! On retrouve la Camille talentueuse et intenable du Fil qu’on aimait tant ! A côté d’elle, seul Skip The Use réussira à se démarquer avec son Ghost. Les lillois se déchainent et donnent un peu de vie à ces victoires en faisant monter sur scène une chorale d’écoliers et une cinquantaine de fans survolté. Un véritable choc qui nous donnera bien envie d’aller faire un tour du coté de la Défense le 31 mars prochain…

Malheureusement malgré ces deux exceptions le niveau des autres performances fera un peu sourire. Oreslan d’abord vient définitivement de nous démontrer que le rap français n’est pas encore au point, Izia viendra hurler sur scène comme à son habitude et Stromaé, même accompagné d’Arno ne nous donnera pas moins envie d’être européens … Enfin, la palme de l’horreur reviendra sans doute à l’enchainement Nolwen Leroy/Zaz. Tri Martolod ne nous aura jamais paru aussi long et ne nous aura jamais tant fait regretter Manau. Quand à Zaz que dire à part qu’on apprécie l’effort qu’elle se soit lavé les cheveux cette fois-ci… Ha oui les Victoires auront re-tué Michel Berger avec un hommage très limite par Julien Clerc, Isabelle Boulay, Amel Bent, Corneille, Nolwen Leroy et Alain Chamfort qui semblait avoir oublié sa voix à la maison … Même constat pour l’hommage à Barbara malgré la présence de Raphaël et de Jean Louis Aubert.

Côté prix, là aussi, pas de grosses surprises. Thiéfaine grand favori repartira logiquement avec deux prix (Meilleur Album et Artiste masculin), Catherine Ringer sera sacrée Artiste féminine de l’année. Oreslan embauchera la Révélation du public et l’album de musique urbaine. Logiquement M et Vanessa Paradis remporteront le meilleur clip avec la Seine (plus le DVD musical pour M) et Justice le meilleur album électro. D’ailleurs, on appréciera beaucoup ce prix (Toc David dans les dents et toc le monsieur derrière) entre pensée à Dj Mehdi, petit mot via Skype et images de leur tournée folle folle folle qui nous refera penser avec émotion à un certain Olympia du 04 février 2012. On est aussi très heureux de ne pas avoir vu Elle me dit devenir chanson de l’année 2012 et de voir le sympathique J.L Aubert repartir avec la meilleure tournée. Mais quoi penser de l’album rock remis à Izia dans une catégorie WTF contenant Keren Ann, Shaka Ponk et Archimède et du vol des Brigittes en révélation scène devant Skip The Use ?

Cette édition 2012 aura été marquée par la suprématie des “vieux” de la chanson française mais enfin très justement  récompensés (Thiéfaine et Ringer) ! Côté spectacle impossible de ne pas remarquer les gros efforts de mise en scène et une qualité acoustique indéniable (sauf pour Zaz mais là ils y sont pour rien…) ! Une soirée finalement très fluide qui confirme le tournant encourageant pris en 2011. Cependant on reste encore perplexe au sujet des nominations et l’absence presque irréelle d’artistes comme Emilie Simon, The Shoes, François and The Atlas Mountains ou encore Housse de Racket tous auteurs d’albums qui ont marqué 2011 ! Peut-être qu’un jour les Victoires intégreront ce genre d’artistes à leur nomination donnant enfin un aperçu complet et plus intéressant de la musique française actuelle. En tout cas, on l’espère.

M.

Author

2 Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :