Sorti en France en novembre 2010, Welcome to the Rileys avait séduit la presse par sa grande sensibilité et son humanisme. Véritable petit bijoux du cinéma indépendant américain, Welcome to the Rileys est un film profondément bouleversant porteur de messages forts.

Au cours d’un déplacement professionnel, Doug Riley rencontre Mallory, stripteaseuse dans un club de la Nouvelle-Orléans. Très vite il s’aperçoit qu’elle est complètement perdue et lui propose son aide. Méfiante d’abord, Mallory va accepter l’aide de Doug et le laisser aménager chez elle. Doug s’occupe d’elle, de sa maison, et tente de remettre de l’ordre dans sa vie. L’affection paternelle qu’il ressent pour elle bouleverse le mariage de Doug et Loïs, huit ans après la mort tragique de leur fille unique.

Jake Scott fait parti de ces réalisateurs qui parviennent à traiter de sujets graves sans jamais se prendre les pieds dans le tapis et propose un film doux-amer sur les rapports pères-filles et le difficile retour à la vie après la mort d’un enfant. Bien que le sujet traité soit grave, Jake Scott arrive à nous sortir du banal pathos et livre un film touchant, plein d’espoirs et profondément humain.

Jake Scott réussit aussi à prendre Kirsten Stewart et de nous faire oublier son rôle de Bella dans Twilight. Kirsten Stewart, qu’on avait déjà fortement apprécié dans The Runaways, nous prouve qu’elle peut facilement casser l’image qui lui colle à la peau et nous démontre qu’il y a une vie après Twilight de la plus belle des manières. Dans Welcome to the Rileys, elle est d’une justesse incroyable, à la fois sévère et insouciante,  tendre et cassante. Une vraie révélation ! Enfin il faut dire qu’elle donne la réplique à deux grands acteurs: James Gandolfini (les Soprano) et Melissa Léo ( qu’on avait adoré dans The Fighter ).

Malgré quelques imperfections, Welcome to the Rileys est un second film très prometteur. Une chronique modeste, simple, délicate couronnée par un duo d’acteurs  qui fonctionne à merveille.

Coté bonus pas grand chose à se mettre sous la dent, ne serait ce que la vidéo de la conférence de Presse de Deauville où le film était présenté en compétition. Un petit Making-off ou une interview des acteurs aurait été appréciable…

Le film est disponible en DVD depuis le 14 juin 2011 et édité par Bac Vidéo.

M.

Author

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :