Après avoir réalisé quelques épisodes de séries TV, Jean-Marc Rudnicki, se lance dans les longs métrages avec Les Reines du Ring. Sur le papier, rien de très alléchant et une peur sévère d’avoir devant nous la grosse catastrophe française de 2013. La réalité aura-t-elle était autre ?

Rose, 30 ans, n’a qu’une idée en tête : renouer avec Mickaël, son fils de 11 ans dont elle a été séparée pendant plusieurs années. Lorsqu’elle découvre la passion de Mickaël, Rose pense avoir trouvé le moyen de briser la glace : elle va monter une équipe de catch avec ses trois collègues caissières.

C’est un peu par hasard qu’on s’est retrouvé à Cabourg et dans la petite salle de la ville pour découvrir ce drôle de film là. Ayant du temps et une curiosité vis à vis du casting (Marilou Berry exclue) on a donc laissé sa chance aux Reines du Ring n’étant fan ni de catch ni de supermarchés du Nord.

Et dieu que tout ceci partait mal. Des clichés en veux-tu, en voilà, à ne plus savoir ou donner de la tête, un pathos un peu trop recherché sur fond de “Mais oui allons faire du catch les meufs”, ces reines du Ring aura mis cinq minutes à nous exaspérer. Il faut dire que le réalisateur n’aura fait aucune entrée en matière et nous jette directement dans cette histoire qu’on n’imagine alors pas une seule fois crédible. Et puis dans le genre, mère qui cherche à regagner sa place dans la vie de son jeune fils, on aura déjà tout vu avec Suzanne qui nous avait littéralement arraché le coeur. Difficile donc de faire mieux, les deux films ne jouant clairement pas dans la même cour.

Si on passe ce côté assez agaçant et sa volonté (ratée) de tirer un peu sur la corde sensible, on aura quand même été bien surpris par ces Reines du Ring qui finit par se regarder. L’histoire, un peu tirée par les cheveux, aura su nous séduire par son côté très assumé et sa liberté de ton. On est très loin du naufrage annoncé et on trouve à ces Reines du Ring un petit charme naturel qui le place très loin du navet Bowling.



D’abord parce que finalement cette histoire de caissières un peu bancales chacune à sa manière nous aura gentiment émue. Entre la bombasse qui ne cherche finalement que l’amour, la bouchère qui en a marre d’être méchante ou la mère de famille trompée et désabusée on a devant nous une belle bande de bras cassés qui vont trouver autour du catch une nouveau départ. Ou du moins une nouvelle aventure dans leur vie. D’ailleurs, l’histoire d’amitié qui se crée entre ces femmes qui n’avaient rien en commun est tout aussi séduisante et quelques beaux moments d’émotions donneront un peu de hauteur au film. Un feel-good movie qui devrait convaincre toutes les générations.

Les Reines du Ring fonctionnera si bien grâce à son casting absolument génial. Si on a toujours un peu de mal avec Josiane Balasko Marilou Berry, on retiendra surtout les trois autres comédiennes absolument saisissantes. On passe évidemment sur Natalie Baye toujours géniale et capable de tout jouer, ce sont Audrey Fleurot et Corinne Masiero que l’on retiendra. L’une jouant la carte de la Bimbo femme fatale jusqu’au bout des ongles, l’autre en plein contre-emploi, dans la peau d’une presque gothique sanguinaire.

Les_reines_du_Ring_2

Bien sur le scénario est faible et on devinera tout très vite, mais les Reines du Ring nous aura fait sourire quelque fois et nous aura donné une vraie bouffée d’air frais. Un encourageant premier film qui devrait se casser les dents au box office la faute à une affiche absolument immonde et à un synopsis qui devrait désintéresser les mères de famille autant que les plus jeunes.

Author

Cinéphile aux lacunes exemplaires, mon coeur bat aussi pour la musique, les chaussures léopard et les romans de Bret Easton Ellis. Maman de 2muchponey.com, niçoise d'origine, parisienne de coeur, je nage en eaux troubles avec la rage de l’ère moderne et la poésie fragile d'un autre temps. Si tu me parles de Jacques Demy je pourrais bien t'épouser.

Comments

  1. WildGunslinger Reply

    Pour ma part, c’était bien un naufrage…et je dois dire que la bande-annonce m’avait pourtant au contraire laissé un espoir…

  2. WildGunslinger Reply

    Pour ma part, c’était bien un naufrage…et je dois dire que la bande-annonce m’avait pourtant au contraire laissé un espoir…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :