Pour son premier film Anthony Marciano fait le choix de la comédie transgénérationnelle en réunissant à l’écran Alain Chabat et Max Boublil. Ces deux grands gamins vont-ils signer ensemble la comédie française de l’année ?

Les_Gamins_1Tout juste fiancé, Thomas rencontre son futur beau-père Gilbert, marié depuis 30 ans à Suzanne. Gilbert, désabusé, est convaincu d’être passé à côté de sa vie à cause de son couple. Il dissuade Thomas d’épouser sa fille Lola et le pousse à tout plaquer à ses côtés. Ils se lancent alors dans une nouvelle vie de gamins pleine de péripéties, persuadés que la liberté est ailleurs.
Mais à quel prix retrouve t-on ses rêves d’ado ?…

Si la Bande-Annonce nous avait donné sacrément envie, on était quand même un peu septique quant au résultat des Gamins. Il faut dire qu’avec son affiche sacrément moche et la présence de Max Boublil au casting, on avait vraiment des doutes. Et même si on est pas du tout objectif quand il s’agit d’Alain Chabat on doit avouer que nos doutes étaient malheureusement fondés …

Pourtant Les Gamins partait avec les meilleures ambitions. Le film s’ouvre comme une comédie romantique qui séduit par son côté autant actuel que romanesque. Ici on ne se dit pas je t’aime à longueur de journée mais on s’écrit sur des post-it et on fait une collection de photos avec des faux sosies. Ici, comme dans la vraie vie, le passage à l’âge adulte est difficile. Les responsabilités et l’engagement font peur. On se sent alors sacrément concerné par l’histoire de Thomas et Lola qui nous ressemblent. On se sent aussi concerné quand on fait la connaissance de Gilbert. Un époux et papa, qui, à la cinquantaine rêve de tout envoyer l’air pour casser la routine dans lequel il s’est enfermé.

Les_Gamins_2

Jusque là tout allait alors très bien. On reconnaissait dans Les Gamins une qualité d’écriture certaine (notamment dans les vannes), des idées ingénieuses à la pelle et un fond assez sérieux résolument d’actualité. Et jusqu’au moment où les deux gamins pètent les plombs on doit dire que le tout fonctionnait très bien grâce notamment à des seconds rôles absolument géniaux, Sandrine Kimberlain en haut de la liste.

Les problèmes arriveront par la suite. D’abord parce que même si c’est rigolo de voir Thomas et Gilbert tout envoyer en l’air et revivre leur 16 ans on se dit quand même que c’est sacrément simpliste et un peu trop terre à terre. Tous les clichés passent alors par là et on s’éloigne au fur et à mesure de la gravité du fond. On se fout que les deux hommes en crise fassent souffrir leur entourage, on se fout de voir Gilbert dilapider l’argent de sa famille et on passe donc complètement à côté de tout le côté dramatique qui existe pourtant. Le réalisateur faisant alors le choix du “C’est pas grave, c’est fun”. Bizarrement on voit pas vraiment les choses de la même manière mais bon …

Les_Gamins_3

A partir d’un certain voyage au Maroc les choses vont sérieusement se dégrader. On tombe dans la grosse farce qui pourrait ressembler à une mauvaise blague tant les facilités scénaristiques sont énormes et les clichés exacerbants (bonjour petite fille insupportable qui chante des chansons pourries, bonjour univers de la musique cliché). Au lieu d’aller complètement dans l’assumé et le n’importe quoi, Anthony Marciano voit sa conscience se réveiller en plein milieu du film pour changer complètement son fusil d’épaule. Là, la ballade Gendre / Beau-Père devient un cauchemar duquel il faut immédiatement s’extirper. Les Gamins fait alors dans le politiquement correct et décide de changer de cap pour finir sur une note honteusement fausse. La morale bien pensante et le “Je vous l’avais bien dit que vous serez pas plus heureux ainsi” tombant alors comme un cheveu dans la soupe.

Si on reste complètement abasourdi par le côté très misogyne du film (les femmes sont toutes des chieuses qu’il faut fuir à tout prix) on l’est tout autant face au jeu très moyen de Max Boublil. Bizarrement on se met très vite à penser que la seule présence de Boublil à l’écran est due à sa capacité à remplir les salles. On aurait pris Kev Adams, le résultat aurait été sensiblement le même tant Max Boublil n’a rien d’un acteur. Imposible de reprocher par contre quoi que se soit à Chabat tant le rôle lui colle à la peau.

Les_Gamins_4

Si l’on reconnait un bon abattage comique, on reste déçu par Les Gamins. Film bien trop léger sur des problèmes bien plus profonds à la morale trop simpliste.

Author

Cinéphile aux lacunes exemplaires, mon coeur bat aussi pour la musique, les chaussures léopard et les romans de Bret Easton Ellis. Maman de 2muchponey.com, niçoise d'origine, parisienne de coeur, je nage en eaux troubles avec la rage de l’ère moderne et la poésie fragile d'un autre temps. Si tu me parles de Jacques Demy je pourrais bien t'épouser.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It