Six ans après avoir rencontré la bande à Mumble et avoir tapé du pied avec elle, là voilà de retour sur nos écrans. Fini la danse (ou presque) et place aux questionnements existentiels sur fond de comédie. Une vraie réussite.

Mumble, le roi des claquettes, est bien ennuyé quand il découvre que son fils Erik est allergique à la danse. C’est alors que ce dernier s’enfuit et rencontre Sven Puissant, pingouin capable de voler ! Mumble comprend qu’il ne peut nullement rivaliser avec ce personnage charismatique qu’Erik tente d’imiter… Mais la situation ne fait qu’empirer quand le monde est menacé par des forces telluriques… Erik prend conscience que son père ne manque pas de cran lorsqu’il mobilise le peuple des pingouins et d’autres créatures fabuleuses, du minuscule Krill au gigantesque éléphant de mer, Elephant Seals, pour rétablir l’ordre…

Si le premier épisode nous avait un peu laissé de glace fautes de chants trop nombreux et d’une histoire au final pas inoubliable, on attendait pas grand chose de ces manchots tapeurs de pieds. Pourtant dès le début du film, on sent qu’un vent nouveau à souffler. George Miller nous montre des planètes, le cosmo, la galaxie, le tout sur une voix off des plus sérieuses. Dans notre tête on pense à Melancholia et à Tree Of Life. Jamais on aurait pensé y voir un lien… Finis donc les films d’animation un peu débile à destination des tout petits et place à des dessins-animés intelligents et réfléchis. Le succès foudroyant de Pixar semble avoir porté ses fruits.

Dès la première vraie scène du film, le décors est planté. Si Mumble beau et adulte semble enfin avoir trouvé sa place au sein de sa communauté il en est loin d’être le cas pour son fils Erik. A l’opposé de son père, Erik n’aime pas danser et se trouve très vite exclu. Première rencontre avec ces manchots et première claque. Le réalisateur ne perd pas de temps pour poser les bases de son histoire et nous emmène en une dizaine de minutes seulement sur la banquise au côté de ce petit bout terriblement mignon et touchant.

Le tour de force de Georges Miller c’est de proposer un film à double voir triple interprétation. Si pour les plus jeunes Happy Feet 2 sera synonyme de rire et de chants, pour les plus grands, Happy Feet 2 sera le reflet incroyablement réussi de la société des Hommes. Derrière ces chants (parfois un peu pénible), ces scènes comiques et ce côté un peu niais propre au cinéma américain, se cache une véritable réflexion sur l’état du monde. D’abord parce que le réchauffement climatique n’est jamais oublié et cette scène déchirante dans laquelle un ours voit sa banquise fondre et devenir le repas d’un montre marin restera ancrée dans notre tête longtemps après le générique de fin. Ensuite par l’incroyable questionnement existentiel que se pose chacun des protagonistes du film. Qu’il soit gourou hippie, oiseau volant déguisé, ou père voulant être un héros pour son fils,  chacun cherche sa place, son rôle sur Terre. D’ailleurs sous la banquise les mêmes questionnements existent à l’instar de cette paire de krills (sorte de crevettes) bien décidée à quitter leur banc pour aller à la découverte des océans pour donner un sens à leur vie.

De l’infiniment grand à l’infiniment petit, George Miller propose une fresque humaine sur fond de drame écologique. La cohésion, le sens du partage et de l’aide et la solidarité nous donneront nos premiers frissons. Premiers frissons qui seront vite accompagnés par l’histoire émouvante du petit Erik qui hurle son amour à son père au travers d’une chanson magnifique.

Sur fond de réflexions profondes, Happy Feet 2 n’en reste pas moins une fantastique comédie où l’humour reste prédominant. Les gags et répliques (notamment celles de Will et et Bill les Krills) sont absolument esquisses et nous feront souvent sourire, rire parfois.

Drôle et touchant Happy Feet 2 est la bonne surprise de cette fin d’année. Un film qui ravira petits et grands qui auront le loisir d’interpréter à leur guise cette touchante aventure.

M.

Author

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It