Cette question peut s’avérer extrêmement cliché, mais il faut l’avouer : en matière de sacs comme de chaussures, on ne compte pas ! De mon côté, j’ai dans mon dressing des dizaines et dizaines de sacs. Des sacs à main, des bandoulières, des sacs à dos. Je les aime tous. Pourtant, au quotidien, je porte toujours le même ou presque, un sac marc jacobs hyper pratique que je trouve magnifique et va avec tout. À l’heure où on commence à se demander ce que papa Noël va nous apporter le 25 décembre (s’il te plait le petit sac saint laurent que j’aime d’amour depuis toujours), je pose une question existentielle : pourquoi aimons-nous tant les sacs ?

https://cache.cosmopolitan.fr/data/photo/w1000_ci/1jw/carrie-bradshaw-dressing.jpg

Pour ma part, je dirais que cette histoire commence par une frustration. Adolescente, je porte un Eastpack qui me fera 4 années de collège et une de lycée. Je le mets pour aller en cours. Pour les soirées pyjamas ou le prend pour la plage. Il est pratique. Rien à dire. S’ensuit une période où je suis pseudo-skateuse donc je renie systématiquement les signes de féminité (sauf si Avril Lavigne le porte) et pour mon anniversaire je ne demande pas un Longchamp pliable, mais un sweat Volcom.

Terminale ES. Prépa HEC. Je grandis et les gens autour de moi aussi. 20 ans. Mes parents cherchent un cadeau pour “marquer le coup”. N’ayant pas de beau sac, ils m’offrent un Gérard Darel 24 heures. Je le trouve beau et intemporel. Ma mère a le même. Du coup je me sens adulte, un peu. Je le prends partout même à la FAC où je porte du coup ma pochette de cours à la main.
C’est le plus bel objet de ma garde-robe et sans doute le bien le plus précieux que je possède étudiante. Je le chéris.

25 ans. Mes parents voient que je porte toujours le même sac et m’offre un Zadig et Voltaire. Je vais pouvoir alterner, mais comme j’ai un peu la flemme de vider mon sac à chaque fois, je reste sur le Zadig.
28 ans. Je vis à Paris, travaille en agence. Autour de moi, tout le monde s’habille très bien. Je veux suivre le mouvement. À ma première prime, j’achète le fameux Marc Jacobs avec une belle boucle dorée. Coup de foudre. Il m’accompagne en voyage. En concert. En soirée. Tout le temps. Au bureau, j’ai trois sacs dans lesquels rentre mon ordinateur. Je me sens Emily in Paris avant même qu’elle existe !

J’ai 34 ans et tous les ans, je demande un sac pour Noël ou mon anniversaire. Un sac à dos Rains pour le vélo. Une banane Levi’s qu’on ne porte plus à la taille. Un sac de voyage. Ou une nouvelle beauté à porter au quotidien.
Des fois, je les redécouvre comme des trésors oubliés. Ils dorment dans mon armoire et un matin je me dis “ho, mais il irait trop bien aujourd’hui”. Je les imagine comme dans Toy Story se parler mode et faire des paris sur les petits nouveaux qui rejoindront bientôt leur compagnie.

Mes sacs sont mon histoire. Chacun représente une période de ma vie. Chacun est associé à un évènement, un être aimé, une humeur. Et si au fond on mettait bien plus dans un sac que ses petites affaires matérielles ?

Author

Banlieusarde de souche, parisienne d'adoption, New-Yorkaise de cœur. S'épanche régulièrement sur La Bobine Sélective pour partager son amour du 7ème art. Aime la bière de toute sorte, le foot bourrin, les films d'horreur sanguinolents mais aussi le champagne avec des fraises, le vernis à ongles rose et les comédies romantiques pleines de clichés.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It