Life is Strange : True Colors est le 5e jeu de la licence et le deuxième par le studio Deck Nine Games (avec Before The Storm). Même si j’ai clairement préféré le travail de DontNod sur la licence, je n’allais pas passer à côté d’une nouvelle aventure.

J’ai beaucoup d’affect pour la série de jeux Life is Strange, ce genre d’expérience narrative est, depuis quelques années, ce que je préfère.

Le jeu est sorti dans son entièreté le 10 septembre 2021, malgré le découpage en chapitres, c’est bien l’intégralité qui était disponible. Life is Strange : True Colors est actuellement disponible sur Microsoft Windows, PlayStation 4, PlayStation 5, Xbox One, Xbox Series X/S, Nintendo Switch et Stadia à partir de 49,99€.

Rencontre avec Alex Chen

Dans cette nouvelle aventure, nous incarnons Alex Chen, une jeune femme américano-asiatique qui rejoint son frère dans la ville de Haven Springs. Elle sort de plusieurs années dans des orphelinats, centres sociaux, familles d’accueil et se va enfin pouvoir se construire une vie accompagnée de la dernière personne qui lui reste, Gabe.

Suite à un accident, elle se retrouve seule dans la ville et va devoir enquêter sur la disparition de son frère et surtout faire connaissance avec les habitants. Ensuite, l’histoire se construira sur les choix qu’on fera pour elle. Ses relations avec les citoyens, avec les amis de son frère, son envie de creuser, de fouiller les espaces, et aussi ses dialogues facultatifs pour aider les personnes en dehors de l’arc principal.

Alex est une jeune femme très introvertie qu’on va pouvoir faire sortir un peu de son antre, ou alors la laisser dans sa timidité. J’ai beaucoup aimé la manière de faire évoluer la personne à travers les dialogues. Les grands choix de l’histoire, qui séparent l’arborescence du scénario en deux sont assez forts. J’ai d’ailleurs très souvent hésité sur quelle version je préfèrerai explorer.

Gameplay

Comme dans tous les Life is Strange, on a un personnage doté de pouvoir surhumain et c’est Alex. Elle est capable d’empathie psychique, elle peut lire et manipuler les émotions. On les perçoit dans le jeu à travers des auras colorées (d’où le titre du jeu). À travers ce pouvoir on va avancer dans l’histoire, débloquer des conversations, mais aussi faire basculer Alex dans des souvenirs ou des âmes très sombres.

Il n’y a pas de question de rapidité, sauf pour quelques réponses, mais ça reste minime dans le jeu. C’est plutôt calme et contemplatif à 90% du temps. J’ai trouvé d’ailleurs qu’on avait vraiment moins de pression que d’habitude, pas trop d’intensité mis à part une scène à la fin du premier chapitre et un peu dans le dernier. Sinon c’est quand même plutôt une balade.

Le jeu se déroule presque entièrement dans Haven Springs, on comprend assez vite le plan de la ville, composé d’une grande rue et d’un parc, après une première exploration, le terrain est facile. Il y a quelques boutiques ouvertes qui vont permettre de faire avancer l’histoire ou alors d’explorer un peu plus, un fleuriste, le bar et la boutique de vinyles particulièrement.

On fait aussi rapidement le tour des habitants, on repère vite ceux qui pourront poser problème et ceux à qui on va s’attacher. Il y a quelques bons personnages et d’autres que j’ai trouvé moins explorés comme la petite amie de Gabe ou la fille de la fleuriste. Des profils intéressants, mais n’étant pas les héroïnes de notre histoire.

Habillage graphique et musical

Quand on a déjà fait des Life is Strange, on sait que ce n’est pas le dernier cri en matière de visage d’humain, mais aussi on sait qu’on va avoir de beaux paysages, des belles scènes de contemplation qui vont permettre un bonheur visuel et auditif. Ça ne rate pas une fois de plus ici.

J’ai eu quelques bugs graphiques pendant le jeu, particulièrement un rectangle noir qui apparaissait sur le côté de l’écran pendant 2 secondes. Sur un jeu de tir, ça aurait été l’enfer, là ça passe, on ne perd pas l’histoire, c’est juste que ça nous sort totalement du scénario. Pour ce qui est des visages, j’ai trouvé que pour certains, le travail sur les émotions n’était pas incroyable. Alex est très réussie, mais ce n’est pas le cas de tous.

Comme dans les précédents, j’ai savouré les instants de pause, assise sur une chaise face à la ville, ou sur le ponton face au lac, ou encore sur le pont face à la rivière… Ces instants sont accompagnés de la sublime musique de Angus et Julia Stone, un groupe qui était sorti de mon esprit alors que c’est un immense bonheur auditif.

La BO se compose de plusieurs morceaux du groupe, mais aussi d’une reprise de “Creep” de Radiohead qui m’a presque fait verser une larme. L’album original de la bande originale d’Angus & Julia Stone, intitulé Life Is Strange comprend 12 chansons, dispo sur Spotify.

Mon avis sur Life is Strange : True Colors

Si j’avais à le classer, je le mettrai après le premier et le deuxième opus. True Colors est plutôt bon si on le compare à Before The Storm, mais j’ai trouvé qu’il n’atteignait pas le niveau émotionnel des deux précédents de DontNod.

Le voyage et l’intrigue d’Alex m’ont plutôt intéressés, mais le scénario est un peu bancal en termes de rythme et d’émotions. Vu le pitch de départ, je m’attendais à plus de colère, plus d’émotions fortes à gérer de son côté, mais finalement Alex l’empathique n’a pas eu tant de travail que ça.

Le revirement de l’histoire au 5ᵉ et dernier chapitre est très intéressant, mais le creux des épisodes 3 et 4 est assez dur à faire passer. Pourtant, y a des idées, ça parle de musique, de jeux de rôle grandeur nature, c’était bien inspiré.

Malgré tout je suis très satisfaite de l’histoire et surtout du final que j’ai pu avoir. J’ai pu me détacher des personnages que je n’aimais pas trop et me concentrer sur ceux qui étaient moins vides en apparence.

D’ailleurs le personnage de Steph (qui tient la radio et la boutique de Vinyles) a sa propre histoire dans un DLC intitulé “Wavelengths“. Il faudrait que je le teste, car je suis curieuse de voir ce qu’ils ont pu construire pour elle.

TIDU : J’ai platiné le jeu sur PS4, c’est assez facile de revenir en arrière dans les chapitres pour débloquer les quelques éléments qu’on aura pu rater pour la “collecte” ou pour les actions facultatives.

Life is Strange : True Colors est actuellement disponible sur Microsoft Windows, PlayStation 4, PlayStation 5, Xbox One, Xbox Series X/S, Nintendo Switch et Stadia à partir de 49,99€.

Author

Blogueuse spécialisée dans les écrans. Partage son temps entre les bouquins, les jeux vidéo, les séries TV, le cinéma et les podcasts.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :