Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > Life > Coup de coeur > Signs of the Sojourner, jeu de carte narratif sur Steam

Signs of the Sojourner, jeu de carte narratif sur Steam

Il y a des jeux qui vous emportent et qu’on a envie de revivre directement, Signs of the Sojourner en fait partie. Après avoir parcouru l’histoire une première fois, j’ai directement recommencé le voyage pour voir d’autres contrées, d’autres personnages. Signs of the Sojourner est un jeu vidéo indé qui est sorti sur Steam en mai 2020 et qui a pour particularité d’avoir pour gameplay un jeu de carte narratif. C’est à travers ces cartes que se dérouleront les conversations qui traceront la route de votre histoire.

Signs of the Sojourner, caravane de la vie

Dans Signs of the Sojourner, vous incarnez un personnage sans visage qui vient de perdre sa mère et qui se retrouve avec la charge de sa boutique sur le dos. Votre maman était un personnage pour la région, elle parcourait les villes avec la caravane pour glaner des articles incroyables. Tout le monde la connait, tout le monde avait son avis sur elle, et prendre sa place n’est pas aisé surtout quand on doit découvrir tant de nouvelles choses.

Vous laissez votre frère se charger de la boutique pendant votre premier voyage avec la caravane de Nadine, à vous les trésors et l’aventure… si seulement vous parvenez à vous faire comprendre et à comprendre les autres. Parce que oui, il va falloir converser avec toutes les personnes qui vont parsemer votre parcours et tout cela se fait à travers le jeu de cartes. Vous démarrez avec les cartes de votre ville, de votre expérience et rapidement c’est là que Sojourner devient magique, plus vous avancez, plus vous rencontrerez fréquemment des personnages qui jouent aux cartes avec des symboles inconnus.

10 cartes pour réussir à vous dépêtrer de situations graves, 10 cartes pour renouer des amitiés, 10 cartes pour ne pas ternir vos relations… Plus on avance, plus le jeu de cartes est modifié avec de nouvelles cartes. Par conséquent, plus il est difficile de parler aux gens de sa ville natale. Vos conversations se complexifient et le dialogue devient parfois impossible avec ceux qui étaient vos plus proches alliés. Bien maîtriser un style de communication ouvrira des opportunités, mais étouffera d’autres possibilités.

Une fois arrivé au bout du voyage, vous aurez envie de le relancer pour découvrir d’autres chemins, apaiser des crises, parcourir d’autres routes et même abandonner la caravane !

Un gameplay à base de jeux de cartes narratifs

Signs of the Sojourner démarre par un tuto. Vous êtes un enfant et votre mère va vous apprendre à réagir dans une situation de conflit. Vous découvrez à ce moment le mode de discussion à base de carte, le principe de base est assez simple il faut que les mêmes symboles se suivent pour former une conversation réussie. Si la ligne se brise, vous ne vous êtes pas entendus et la discussion prend fin.

Vous démarrez avec quelques symboles sur vos cartes : Rond et Triangle, qui représentent d’ailleurs des émotions. Rapidement vous allez débloquer d’autres signes, mais aussi des améliorations de cartes pour vous permettre de piocher dans votre deck, ou encore d’ajouter votre carte en deux déjà posées sur la ligne.

Avant la conversation on connait les formes qu’a la personne en face, la discussion se fait chacun à son tour. Le personnage en face n’essayera pas de vous piéger, s’il n’a pas de carte qui correspond pour former une suite alors il n’aura pas le choix, il la brisera. Si on arrive à former une chaîne de plusieurs symboles identiques, alors on peut générer un bouclier qui permet d’éviter de mettre fin à la conversation à la prochaine “erreur”. C’est un mécanisme expérimental et étrange pour un jeu qui fonctionne assez bien et qui donne un sens aux choses.

Votre deck n’a que 10 cartes, mais après vos rencontres vous abandonnerez une carte au profit d’une utilisée par votre partenaire. Un souvenir qui part et un nouveau qui arrive. 10 cartes c’est peu surtout quand le nombre de signes augmente avec le voyage. Puis plus vous passerez de temps sur la route, plus vous aurez des cartes «fatigue», qui occuperont une place précieuse dans votre deck. Vous finirez par irriter davantage les gens lorsque vous serez fatigué. Comme une histoire de réalité là-dessous.

Quand vous partez avec la caravane, vous avez accès à une carte qui représente la région ainsi que les routes et les villes dont vous avez entendu parler dans vos conversations. J’ai fait plusieurs parties et je n’avais pas toujours les mêmes villes ou chemins suivant les réussites que j’avais en discussion et les choix de cartes que j’avais faits.

Voyage, nostalgie, apprentissage, évolution, changement

Plus vous rencontrez de personnages dans vos voyages, plus vous gagnez de cartes, mais en apprenant de ces personnages (ajout d’une carte au deck), vous devez également leur laisser une partie de ce que vous savez (retirer une carte de votre deck précédent). C’est assez fascinant parce que cette mécanique reproduit la communication réelle, humaine.

Les symboles des cartes représentent l’empathie, le cynisme, la logique, la sagesse, le traumatisme après un évènement fort… Vous allez affronter les propres émotions de votre personnage, mais aussi celles de ceux que vous croisez, bonheur, tristesse, peur de l’avenir, inquiétudes, déceptions. Vous tracez votre route tout en vous accrochant à celle que vous avez connue.

En plus de la carte, vous avez un calendrier visible, il vous explique le parcours de la caravane, mais aussi les évènements en dehors du parcours. Votre choix de destination aura des répercussions, quel qu’il soit c’est votre choix, mais il faudra vivre avec ses conséquences. Vous n’avez aucune obligation de parcours, le monde continuera de vivre si vous ne passez pas et c’est ça aussi qui est bon dans ce jeu, car on est un personnage de l’histoire, mais il n’y a pas que nous.

J’ai vraiment beaucoup aimé cette narration de Signs of the Sojourner. J’ai eu besoin au départ de quelques traductions, car le jeu n’est disponible qu’en anglais et quelques termes de jargon me manquaient. Autre point, le style de dessin est vraiment magnifique, on dirait parfois une BD dessinée à la main. C’est doux, c’est chaleureux et ça aide à faire passer beaucoup d’émotions.

Il faut compter environ 2h pour une première partie, ensuite pour les suivantes vous verrez qu’on peut faire plus ou moins suivant l’envie de voyage et notre compréhension du gameplay. J’ai passé un moment incroyable sur ce jeu et j’ai beaucoup aimé sa poésie, sa version jouée de la conversation. Je suis quelqu’un qui parfois a du mal à poursuivre une conversation sociale de qualité parce que je manque d’empathie, et le jeu est assez aidant là-dessus. Il demande d’imaginer ce que l’autre a en main et donc ses émotions.

Un très joli coup de cœur, tant pour le gameplay, la direction artistique, que pour l’histoire !

Signes du Sojourner, toutes les informations

Signs of the Sojourner est le premier jeu du studio Echodog Games. Créé en 2018 par Dyala Kattan-Wright, le studio sort son premier jeu à 3 avec Holly Rothrock et Zach Vinless. Ce trio s’était rencontré chez Nix Hydra. Le jeu a eu une campagne indiegogo qui a permis de lever 11 000$ pour finaliser la création et lui donner un coup de pouce.

Signs of the Sojourner est disponible depuis le 14 mai 2020 sur Steam et GoG à 16,79€

ou sur Itch.io à 19,99$.

Configuration Minimale :

  • Système d’exploitation : Windows 7 SP1
  • Processeur : 2GHz
  • Mémoire vive : 2 GB de mémoire
  • Graphiques : 1GB VRAM
  • DirectX : Version 10
  • Espace disque : 1 GB d’espace disque disponible

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.