Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > A la une > [Jeux de Société] Test – Dixit & Extensions

[Jeux de Société] Test – Dixit & Extensions

À l’occasion de la sortie d’Harmonies, 8ème extension de Dixit, je vous parle aujourd’hui de ce jeu désormais classique qui fait le bonheur des petits et grands depuis 2009. Le principe ? Deviner parmi une série d’illustrations, celle choisie par le compteur… Facile ? Pas tant que ça. Fascinant ? Carrément ! À offrir à Noël sans modération !

Pour qui ? 8+

Pour combien de joueurs ? 3 à 6 (possibilité 12 avec l’édition Odyssey)

Durée d’une partie : 30 minutes à 1 heure

Genre : créativité, déduction

Prix : 26,99€ hors fdp

Date de sortie : Décembre 2008

 

Découverte, Packaging & Matériel

J’ai découvert Dixit lors d’un Lunch Game au travail. Une collègue l’avait apporté en nous promettant un jeu original qui nous permettrait de mieux nous connaître… Intriguant !

Quant on joue pour la première fois à Dixit il y a une chose qui saute aux yeux : la beauté des illustrations. Le travail de Marie Cardouat sur ce jeu est exceptionnel. L’illustratrice a imaginé 84 cartes images grand format toutes différentes et toutes uniques en leur genre. On est sous le charme et comme captivés par les graphismes. Cela tombe bien, le but du jeu consiste à scruter en détail ces cartes…

À l’intérieur de la boîte, vous trouverez les 84 cartes Images, 6 lapins en bois, Une piste de score et 36 jetons de vote.

Règles & Mise en place

Commençons par l’essentiel : c’est quoi l’objectif quand on joue à Dixit ? Les joueurs doivent trouver parmi une série de cartes celle qui a été posée par le conteur.

La mise en place est très simple : il suffit de distribuer à chacun 7 cartes. Une fois que tout le monde a ses cartes en main, les joueurs réfléchissent pour le premier thème qui sera énoncé. Mais c’est quoi un thème ? Ça peut être une phrase, un mot, une expression, un verbe, un titre de film, une onomatopée… Un peu tout en fait ! À la vue des cartes, l’un des joueurs va choisir une carte dans son jeu et énoncer ce fameux thème. Par exemple : « Le cœur a ses raisons » . Il devient donc le conteur. Sa carte choisie lui inspire donc ce thème. Les autres joueurs doivent sélectionner dans leur jeu leur carte qui se rapproche le plus au thème donné par le conteur. Les cartes sont remises au conteur qui les mélange puis va les afficher faces visibles à l’ensemble des joueurs. La carte du conteur fait également partie de la sélection. Une fois que tout le monde a pris connaissance des cartes, place aux votes. Tous les joueurs (à l’exception du conteur) doivent voter pour la carte qu’il pense être celle du conteur. Quand tout le monde a voté, la carte du conteur est dévoilée et il est l’heure d’attribuer les points.

  • Si tous les joueurs retrouvent l’image du conteur, on considère que son énigme était trop facile. Le conteur ne marque aucun point et tous les autres joueurs marquent deux points.
  • Si aucun joueur ne trouve la bonne image, c’est que l’énigme était trop difficile. Le conteur ne marque pas et les autres joueurs marquent deux points.
  • Dans les autres cas, le conteur ainsi que les joueurs désignant la bonne carte marquent trois points.
  • Chaque joueur ayant induit les autres en erreur, et donc reçu un ou plusieurs votes pour sa propre carte, marque un point supplémentaire par vote recueilli.

À la fin du décompte, les joueurs avancent leur lapin sur le plateau. Le gagnant étant celui qui arrive le premier à cumuler 30 points.

Déroulement d’une partie & Avis

Une fois le premier tour passé, tout le monde devient conteur à tour de rôle (ça tourne dans le sens des aiguilles d’une montre). Les cartes utilisées pour le thème précédent sont défaussées et de nouvelles cartes sont distribuées de manière à toujours avoir 7 cartes dans les mains. Cela permet de renouveler son jeu et de découvrir à chaque tour de nouvelles cartes. Et donc de réfléchir tout le temps à des nouveaux thèmes possibles.

Après un tour complet (où tous les joueurs de la table sont devenus conteurs) le jeu devient vraiment intéressant. En effet, si lors du premier tour chacun essaye des thèmes assez évidents, petit à petit tout le monde a compris le truc. Place maintenant aux propositions de thèmes loufoques.

Si j’apprécie tant Dixit c’est parce que le jeu demande de réfléchir en fonction de ses partenaires de jeu. Si vous connaissez les personnes avec lesquelles vous jouez, vous verrez que leur personnalité va se refléter dans les cartes choisies. Il sera donc plus facile de démasquer leur carte. En revanche, si vous jouez avec des personnes que vous connaissez peu, la tache s’annoncera plus difficile mais permettra à la fin de la partie de mieux se connaître !

Les extensions

Pour enrichir le jeu, Libellud, l’éditeur, sort très régulièrement des extensions. Celles-ci se composent de 84 nouvelles cartes pour permettre au jeu de se renouveler tout le temps. À chaque extension, c’est un nouvel illustrateur qui est appelé. De quoi varier les plaisirs ! À l’heure actuelle, 8 extensions sont sorties. La dernière, Harmonies, a été imaginée par Paul Echegoyen, illustrateur de bande dessinée et d’albums jeunesse, il se distingue par un univers doux et nostalgique.

 

Pour résumer…

Les + : excellent rapport qualité/prix, la beauté des illustrations, un jeu qui plait à tous les coups, une nécessité de réfléchir et d’interpréter en fonction des joueurs présents, nombreuses extensions disponibles.

Le – : La boîte de base  avec « seulement » 84 cartes sur laquelle on a vite fait le tour. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.