Le ciel est toujours bleu à Cabourg pour ce troisième jour des 28ème Journées Romantiques. Au programme 3 films et si tout va bien une soirée pour clôturer la journée !

Capture d’écran 2014-06-14 à 11.39.06

On l’avait placé parmi nos attentes de ce festival, voici Liberal Arts ou le deuxième film de Josh Radnor alias Ted Mosby. Sur le papier le film avait tout pour nous plaire de son affiche clairement indé à son pitch en passant par son casting et la présence d’Elizabeth Olsen. Malheureusement, le film ne sera jamais à la hauteur de nos espérances. Trop écrit, trop prétentieux, trop ambitieux aussi, Liberal Arts aura fini par nous agacer en ne racontant absolument rien. Juste l’histoire d’un professeur adulescent qui doit grandir mais qui préfère tomber sous le charme d’une fille de 17 ans sa cadette… Si l’histoire aurait pu fonctionner, on voit ici que cette histoire d’amour n’est pas le sujet principal puisqu’on n’y croit jamais. La faute à des sous-intrigues trop présentes et à une mise en scène qui n’apporte rien à son propos. Difficile aussi de décoller l’étique Ted Mosby de Josh Radnor… Bref, une belle déception !

liberal_arts_lg

Après un rapide déjeuner et une crêpe Nutella avalée rapidement, il est l’heure d’aller découvrir Everyone is Going to Die. Ce film anglais qui sortira en juillet chez nous. Commencé comme un film indépendant tel qu’on l’imagine, Everyone is Going to Die nous surprendra par quelques scènes vraiment originales et bien pensées. Joli mais bancal et pas toujours compréhensible, ce film aura eu du mal à nous toucher tant son rythme est saccadé. Imaginez l’histoire de deux individus qui n’ont rien en commun à part leur solitude dont le chemin va se croiser pour vivre des aventures plutôt atypiques. Parfois drôle, souvent touchant, Everyone is Going to Die ne parviendra jamais à nous émouvoir complètement et à briser la distance entre l’histoire à l’écran et nous dans la salle. On retiendra néanmoins la très belle Nora Tschirner la grande révélation de ce film.

Everyone-s-Going-to-die_portrait_w858

Quelques minutes au soleil et nous voilà à patienter pour l’événement de la journée : L’art de la Fugue. Réalisateur méconnu derrière mais casting qui pèse derrière : Lafitte, Bedos, Biolay, Jaoui, Belaïdi ! Entouré en rouge à notre arrivée à Cabourg c’est l’un des films français qu’on ne voulait absolument pas rater. Finalement on aurait dû… La première phrase du générique final résumant globalement le niveau du film “Le film que vous avez vu est le fruit de ses difficultés de tournage”. OK on a compris ! Pourtant adapté d’un roman, l’Art de la Fugue représente ce qu’on fait de pire au cinéma en 2014. Mal réalisé et mal joué, ce film choral rate toutes les marches pour se vautrer quelques minutes plus tard. Il n’y a rien à sauver et on comprend pourquoi malgré son casting le film n’a bénéficié d’aucune sortie en France… Quel distributeur voudrait de ça ? Un drame d’autant plus consternant que le casting derrière fait rêver et que sur le papier il y avait matière. Douche froide donc pour le réalisateur venu défendre comme il le peut avec Elodie Frégé cet Art de la Fugue…

Capture d’écran 2014-06-14 à 11.44.01

Si côté cinéma, cette journée aura été bien pâle, notre tête est maintenant à la fête. Ce soir nous avons rendez-vous avec les Premiers Rendez-Vous. Après avoir récompensé Flore Bonaventura (que vous avez aperçu dans Casse tête chinois) et Paul Hamy (Suzanne) comme jeune espoir romantique du festival, la soirée peut alors commencer. Buffet froid et chaud absolument divin où le champagne nous sert de vin de table. On est émerveillé devant l’assemblé et on sourit bêtement quand le beau Samuel Théis (réalisateur et acteur de Party Girl) est assis à la table à côté de nous au côté de sa maman. Déjà on parie sur un Prix du Jury demain soir… Si le repas est délicieux c’est un autre événement qui attire les foules. Même de l’autre côté de l’Atlantique et en plein festival romantique, Cabourg n’y échappera pas et pour mettre tout le monde d’accord allumera ses écrans pour diffuser la douche espagnole ! Pendant ce temps, on réfléchit à comment demander un selfie à Pio Marmaï et à dire à Alice Belaïdi tout le bien qu’on pense d’elle. La fête se poursuivant sur le danceflor, on ne trouvera jamais le moment de les embêter… Sur Get Lucky, on réalise encore la chance qu’on a de vivre des moments comme celui-ci…

Author

Cinéphile aux lacunes exemplaires, mon coeur bat aussi pour la musique, les chaussures léopard et les romans de Bret Easton Ellis. Maman de 2muchponey.com, niçoise d'origine, parisienne de coeur, je nage en eaux troubles avec la rage de l’ère moderne et la poésie fragile d'un autre temps. Si tu me parles de Jacques Demy je pourrais bien t'épouser.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It