Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > Culture > Cinéma > [ Cabourg 2019 ] Bilans sur les films vus – 33e Journées romantiques

[ Cabourg 2019 ] Bilans sur les films vus – 33e Journées romantiques

Nous avons déjà partagé avec vous le palmarès du Festival du film romantique cuvée 2019 mais nous n’avons pas encore réellement parlé des films découverts sur place. N’est-ce pas le plus important pour un festival de cinéma ?

Avec 5 jours sur place, nous avons pu voir 11 films. Nous sommes malheureusement passées à côté du Grand Prix Tarde para morir joven mais nous avons pu découvrir le Prix du Public et le Prix de la Jeunesse. Retour sur toutes nos découvertes cinématographiques de ces 34èmes journées romantiques.

Découvrez mon avis sur tous les films que j’ai pu découvrir durant le festival.

Film 1 – Aurora de Miia Tervo

Synopsis : Un soir quelque part en Laponie finlandaise, Aurora, jeune femme désinvolte, rencontre Darian, un immigré iranien. Darian lui demande de l’épouser afin d’obtenir l’asile en Finlande pour lui et sa fille. Aurora refuse mais elle accepte de l’aider à trouver sa future femme…

Mon avis en quelques mots : Avec Aurora, la finlandaise Miia Tervo aborde les thèmes de la jeunesse, de l’immigration, de l’intégration, de l’alcoolisme ou encore de l’amour (évidemment) avec plus ou moins de subtilité. Le tout reste charmant mais le Prix de la Jeunesse trouvera-t-il pour autant le chemin des salles françaises ?

Date de sortie française : indéterminée

Film 2 – Yves de Benoît Forgeard

Synopsis : Jérem s’installe dans la maison de sa mémé pour y composer son premier disque. Il y fait la rencontre de So, mystérieuse enquêtrice pour le compte de la start-up Digital Cool. Elle le persuade de prendre à l’essai Yves, un réfrigérateur intelligent, censé lui simplifier la vie…

Mon avis en quelques mots : J’aime le cinéma qui ose et on a la chance d’être plutôt bien servi en France. Yves en est une nouvelle preuve. Derrière cette comédie loufoque à la Dupieux se cache une belle satire de la société de consommation qui fait mouche. William Lebghil et Doria Tillier y sont excellents.

Date de sortie française : 26 juin 2019

Film 3 – Luciernagas de Bani Khoshnoudi

Synopsis : Ramin se retrouve à Veracruz au Mexique, un peu par accident, alors qu’il cherchait à se rendre en Grèce pour fuir la répression dans son pays d’origine, l’Iran, où l’homosexualité est sévèrement réprimée. Perdu loin des siens, et en particulier de son petit ami qu’il a laissé derrière lui, il découvre pourtant une vie plus libre, et peut-être un horizon plus lumineux.

Mon avis en quelques mots : Si les thèmes sont déjà vus, le traitement apporté à Luciernagas est d’une rare pudeur si bien qu’on sort de la salle plutôt séduit, surtout par la belle amitié nouée entre Ramin et Leti.  Il vous faudra prendre votre mal en patience en attendant la sortie prévue en… 2020 !

Date de sortie française : 4 mars 2020

Film 4 – Yesterday de Danny Boyle

Synopsis : Après un grave accident de bus durant un mystérieux blackout, Jack se réveille pour découvrir que Les Beatles n’ont jamais existé… Il va donc faire face à un très grand dilemme.

Mon avis en quelques mots : Si vous nous lisez régulièrement, vous vous souviendrez peut-être que Yesterday figurait en Top 1 de nos attentes ciné de l’année. Pourquoi ? Parce qu’il réunit dans un seul film Danny Boyle, Richard Curtis et les Beatles. Le résultat est-il à la hauteur ? En grande partie oui, car le duo assume complètement le feel good movie plein de bons sentiments et truffés de raccourcis (petit bémol tout de même sur la fin). J’en suis ressortie avec un très large sourire et l’envie de réécouter toutes les chansons des Beatles en boucle. Pari réussi pour le Prix du Public.

Date de sortie française : 3 juillet 2019

Film 5 – Ricordi ? de Valerio Mieli

Synopsis : Ils se sont rencontrés à une fête et se sont aimés tout de suite. C’est une belle et grande histoire d’amour, racontée à travers les souvenirs du jeune couple – des souvenirs altérés par le temps, leurs états d’âme, leurs différents points de vue. Des souvenirs qui finiront par influer sur leur relation.

Mon avis en quelques mots : Ricordi ? est un long bourré de cinéma mais piégé par son ambition débordante et mal maîtrisée. On pense à Malick, aussi bien sur certains plans que dans la narration, mais si Mieli a un talent certain, il n’arrive pas à la cheville de l’américain (qui m’a pourtant perdu à plusieurs reprises).

Date de sortie française : 31 juillet 2019

Film 6 – Matthias et Maxime de Xavier Dolan

Synopsis : Deux amis d’enfance s’embrassent pour les besoins d’un court métrage amateur. Suite à ce baiser d’apparence anodine, un doute récurrent s’installe, confrontant les deux garçons à leurs préférences, bouleversant l’équilibre de leur cercle social et, bientôt, leurs existences.

Mon avis en quelques mots : À Cannes, Matthias et Maxime est passé quasi inaperçu, étonnant pour l’enfant chéri Dolan. Je n’attendais donc pas grand chose, surtout après la désillusion Donovan. C’est sans doute la meilleure façon d’être cueilli. Dolan reste Dolan, il a toujours un problème a régler avec sa mère, personnage qui n’a rien à faire ici et qui terni l’ensemble, mais les fulgurances dont lui seul connaît le secret emportent tout sur leur passage.

Date de sortie française : indéterminée

Film 7 – Romantic Comedy d’Elizabeth Sankey

Synopsis : Romantic Comedy est un documentaire qui explore quelques-unes des plus grandes comédies romantiques et tente d’en donner une meilleure compréhension. Films à succès adorés du plus grand nombre, les comédies romantiques sont pourtant souvent tenues à l’écart des analyses critiques.

Mon avis en quelques mots : Le documentaire Romantic Comedy décortique le genre et pointe du doigt tous les clichés qu’il véhicule, pourtant il ne peut s’empêcher de lui faire une belle déclaration d’amour. C’est bien résumer la contradiction des aficionados des romcom dont je fais partie.

Date de sortie française : indéterminée

Film 8 – Perdrix d’Erwan Le Duc

Synopsis : Pierre Perdrix vit des jours agités depuis l’irruption dans son existence de l’insaisissable Juliette Webb. Comme une tornade, elle va semer le désir et le désordre dans son univers et celui de sa famille, obligeant chacun à redéfinir ses frontières, et à se mettre enfin à vivre.

Mon avis en quelques mots : Un peu plus haut, je vous parlais du cinéma qui ose, et en voilà un nouveau. Pour son premier long, Erwan Le Duc tente plein de choses avec des acteurs très investis. Je suis malheureusement passée à côté de l’essence du film, perdue entre de multiples intrigues non abouties. Reste un cinéaste à suivre de près. On vous reparle de Perdrix très vite, car nous avons eu la chance d’échanger avec les acteurs.

Date de sortie française : 14 août 2019

Film 9 – Chambre 212 de Christophe Honoré

Synopsis : Après 20 ans de mariage, Maria décide de quitter le domicile conjugal. Une nuit, elle part s’installer dans la chambre 212 de l’hôtel d’en face. De là, Maria a une vue plongeante sur son appartement, son mari, son mariage. Elle se demande si elle a pris la bonne décision. Bien des personnages de sa vie ont une idée sur la question, et ils comptent le lui faire savoir.

Mon avis en quelques mots : Le cinéma d’Honoré est souvent passionnant. Chambre 212 n’échappe pas à la règle. Porté par des acteurs formidables, Honoré met en scène un sujet vieux comme le monde de manière originale. Malheureusement, on peine un peu rester captivé tout du long.

Date de sortie française : 9 octobre 2019

Film 10 – Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma

Synopsis : 1770 Marianne est peintre et doit réaliser le portrait de mariage d’Héloïse, une jeune femme qui vient de quitter le couvent. Héloïse résiste à son destin d’épouse en refusant de poser. Marianne va devoir la peindre en secret. Introduite auprès d’elle en tant que dame de compagnie, elle la regarde.

Mon avis en quelques mots : J’avais déjà pu découvrir le nouveau film de Sciamma lors de Cannes à Paris, mais j’avais envie de lui donner une seconde chance. Mes sentiments à l’égard du film sont restés les mêmes après ce second visionnage. J’ai une grande admiration pour la mise en scène de Sciamma tout comme pour Adèle Haenel, qui m’épate de plus en plus, mais l’ensemble reste trop froid pour que je crois à cette histoire censée être passionnelle.

Date de sortie française : 18 septembre 2019

Film 11 – J’ai perdu mon corps de Jérémy Clapin

Synopsis : À Paris, la main tranchée d’un jeune homme s’échappe d’une salle de dissection, bien décidée à retrouver son corps. Au cours de sa cavale semée d’embûches à travers la ville, elle se remémore toute sa vie commune avec lui, jusqu’à sa rencontre avec Gabrielle.

Mon avis en quelques mots : La projection du film d’animation de Jérémy Clapin a été précédée d’une solide réputation après Cannes et Annecy. J’ai été épatée par la capacité à humaniser cette main, certaines scènes sont d’une poésie folle et restent en tête. Je regrette que le personnage principal soit finalement un peu moins attachant que sa main. Mais je pinaille un peu, J’ai perdu mon corps est un très beau film, à découvrir dès novembre prochain.

Date de sortie française : 6 novembre 2019

 

Mis à jour le

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.