Depuis son Prix du Jury pour Tournée, on attendait le retour sur la croisette de Mathieu Amalric, réalisateur. C’est chose faite puisque le voici de retour avec La Chambre Bleue présenté dans la sélection Un Certain Regard.
170326Dis- moi Julien, si je devenais libre,  tu te rendrais libre aussi ?
– Tu dis ?…
Un homme et une femme s’aiment en secret dans une chambre, se désirent, se veulent, se mordent même. Puis s’échangent quelques mots anodins après l’amour.
Du moins l’homme semble le croire.
Car aujourd’hui arrêté, face aux questions des gendarmes et du juge d’instruction, Julien cherche les mots.
« La vie est différente quand on la vit et quand on l’épluche après-coup. »
Que s’est-il passé, de quel crime est-il accusé ?…

Difficile à la lecture du synopsis d’imaginer ce qui nous attend. Difficile aussi de vous en parler sans vous dévoiler le cœur de l’intrigue. La Chambre Bleue c’est l’histoire d’un homme, Julien pris au piège, entre sa maîtresse qu’il aime d’un amour fusionnel et sa femme à qui il n’a rien à reprocher. La Chambre Bleue c’est l’histoire d’un naufrage. D’une situation mal gérée qui entraîne avec elle bien des drames.

Au début, on aura eu bien du mal à se mettre dedans. Une mise en scène un peu trop saccadée, des dialogues qui manquent de naturel et deux amants auxquels on ne croit pas. À ce moment là, on se dit que Mathieu Amalric a poussé trop loin son sens de la mise en scène et qu’il n’est pas donné à tout le monde de joueur avec autant de flegme que lui. Plus tard on comprendra que le puzzle commence ici.

La_Chambre_Bleue
Oui car La Chambre Bleue est avant tout un immense puzzle dont on vous met au défi d’arriver à faire apparaître une image nette. Le film commence réellement quand Julien se fait auditionner par un juge d’instruction. Si il s’agit d’un meurtre, impossible de savoir avant un long moment de qui il est question. Habillement construit en flash back, La Chambre Bleue  devient passionnant à mesure que le film avance. Véritable enquête policière, on s’attache aux détails et on se prend nous aussi pour des inspecteurs essayants de comprendre quand tout ceci a dérapé.

Le point fort d’Amalric reste évidemment la mise en scène. Une précision des détails, une manière de filmer l’isolement et le mal-être d’un homme dont on ne peut dire s’il est innocent ou coupable. C’est peut être ce qui en déroutera plus d’un : comment un film raconté à la première personne peut-il autant semer les esprits ? Si on l’innocenterait volontiers, on repense à quelques scènes et à des mensonges qui ne peuvent pas y mener. Bref, attendez-vous à avoir l’esprit remué !

Contrairement à ce qu’on aurait pu penser, La Chambre Bleue raconte surtout l’histoire d’un père de famille qui veut sauver les apparences et fuir une liaison qu’il ne maitrise plus. Là où Almaric est très fort c’est qu’il arrive à communiquer l’angoisse de son personnage à l’écran et à prendre le spectateur à parti, qui devient quelque part témoin et acteur de tout ce qu’il voit. Sensation alors étrange d’avoir été pris en otage, contraints et forcés d’assister à sa plaidoirie sans jamais être Jury.

Le seul gros défaut qu’on peut faire au film c’est certainement la direction des acteurs. Si on exclu Amalric (avec lequel on est de toute façon pas objectifs) on est un peu perdu devant les prestations presque risibles de Léa Drucker et de Stéphanie Cléau. Ici, personne ne joue et semble réciter un texte que personne n’a l’air de comprendre. Bizarre donc…

Quoi qu’il en soit La Chambre Bleue reste une expérience à part, un moment de cinéma unique qui fascine autant qu’inquiète. On en ressort complètement troublé, incapable d’avoir les idées claires. Mathieu Amalric est décidément un grand monsieur du cinéma français.

Author

Cinéphile aux lacunes exemplaires, mon coeur bat aussi pour la musique, les chaussures léopard et les romans de Bret Easton Ellis. Maman de 2muchponey.com, niçoise d'origine, parisienne de coeur, je nage en eaux troubles avec la rage de l’ère moderne et la poésie fragile d'un autre temps. Si tu me parles de Jacques Demy je pourrais bien t'épouser.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :