Cette année disney revient avec un idée détonnante : raconter la vie d’un auteur à l’origine d’un personnage à part, Mary Poppins !

Lorsque les filles de Walt Disney le supplient d’adapter au cinéma leur livre préféré, “Mary Poppins”, celui-ci leur fait une promesse… qu’il mettra vingt ans à tenir !

Dans sa quête pour obtenir les droits d’adaptation du roman, Walt Disney va se heurter à l’auteure, Pamela Lyndon Travers, femme têtue et inflexible qui n’a aucunement l’intention de laisser son héroïne bien aimée se faire malmener par la machine hollywoodienne. Mais quand les ventes du livre commencent à se raréfier et que l’argent vient à manquer, elle accepte à contrecoeur de se rendre à Los Angeles pour entendre ce que Disney a imaginé…

Au cours de deux semaines intenses en 1961, Walt Disney va se démener pour convaincre la romancière. Armé de ses story-boards bourrés d’imagination et des chansons pleines d’entrain composées par les talentueux frères Sherman, il jette toutes ses forces dans l’offensive, mais l’ombrageuse auteure ne cède pas. Impuissant, il voit peu à peu le projet lui échapper…

Ce n’est qu’en cherchant dans le passé de P.L. Travers, et plus particulièrement dans son enfance, qu’il va découvrir la vérité sur les fantômes qui la hantent. Ensemble, ils finiront par créer l’un des films les plus inoubliables de l’histoire du 7ème art…

Quand on me demande quel est mon Disney préféré, j’ai souvent tendance à répondre Mary Poppins. J’ignore encore pourquoi et comment cette fascination est née… Je me souviens juste d’une VHS qui tournait en boucle et d’une petite fille, qui pour s’endormir se récitait les dialogues dans sa tête… Ce film m’apparaissait alors comme une barrière enchanteresse d’un monde adulte pas toujours rigolo. Bref j’ai grandi , je n’ai plus besoin de me réciter les dialogues pour évacuer mes angoisses mais pourtant je vois encore aujourd’hui le film comme un Disney vraiment à part. Alors quand j’apprends qu’on va raconter au cinéma l’histoire de l’auteure qui a créé Mary Poppins ma curiosité est immense. Et si j’allais enfin comprendre les dessous de ce grand classique ?

Quel plaisir que de retomber dans l’univers de Mary Poppins ! De l’écriture des chansons à l’élaboration des décors, tout y est ! Même un très curieux personnage, P.L Travers, romancière britannique qui a traversé la manche pour s’assurer que son œuvre ne se transforme pas en fablette pour enfants ! Ici, on prend un immense plaisir à découvrir l’envers du décors et on se rend compte de la difficulté du projet. Par amour pour une histoire, Walt Disney aura du faire bien des concessions pour permettre à Mary Poppins de naître sur grand écran. Et à la vue du film, il semblerait que cette P.L Travers était un sacré personnage !

Si la sévérité avec laquelle P.L Travers est décrite ici peut agacer dans un premier temps, on comprendra plus loin la raison. Et si Derrière la nounou merveilleuse et fantasque se cachaient de lourdes blessures d’une enfant ? C’est alors là que Dans l’ombre de Marie se révèle passionnant, dans sa capacité à démonter le mythe pour faire en sorte que vous ne voyez plus jamais Mary Poppins comme avant ! Grace à des flashbacks joliment amenés, on comprendra que Mary Poppins a réellement existé et que sa magie résidait simplement dans le fait de vouloir remettre une famille sur pieds. Une famille qui semblait parfaite jusqu’à ce que le père tombe dans l’alcoolisme et la mère dans une dépression sans nom… L’idée que Mary Poppins (le film de Disney) raconte comment une nurse géniale a réussi à sauver un père est alors limpide. Mary Poppins n’était pas là pour les enfants mais pour un adulte égaré…

Si le fond est passionnant et se révèle très habile, on émettra quelques réserves cependant sur le niveau global du film. Malgré une formidable interprétation de ses acteurs, Dans l’ombre de Mary ressort parfois un peu cheap et un peu too much… Il y aura un peu trop de pathos pour permettre au film de s’envoler réellement. Dommage !


Quoi qu’il en soit Dans l’ombre de Mary se révèle des plus intéressants à condition d’aimer Mary Poppins. La décomposition du mythe pour le reconstruire est une merveille du genre !

Author

Cinéphile aux lacunes exemplaires, mon coeur bat aussi pour la musique, les chaussures léopard et les romans de Bret Easton Ellis. Maman de 2muchponey.com, niçoise d'origine, parisienne de coeur, je nage en eaux troubles avec la rage de l’ère moderne et la poésie fragile d'un autre temps. Si tu me parles de Jacques Demy je pourrais bien t'épouser.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :