Si vous habitez Paris, c’est actuellement l’événement à ne pas manquer ! Le musical de Broadway a posé ses valises à Paris pour une version française de la Belle et la Bête qui a tout pour séduire petits et grands !

Quand on apprend que le théâtre Mogador va réunir nos deux passions (les comédies musicales et Disney) le rendez-vous est pris. Surtout lorsque M6 vient de ressortir le film  de Cocteau et qu’on a jamais été aussi imprégné du conte de Madame Leprince de Beaumont. C’est donc tout naturellement qu’on s’est rendu mardi soir dernier à la représentation de la Belle et la Bête. Et à en voir le public présent, on réalise vite qu’on est pas seul à être passionné par cette histoire d’amour intemporelle !

Alors que la délicieuse voix de Catherine Deneuve nous replonge dans l’histoire, les frissons se font sentir quand on entend les premières notes jouées par l’orchestre. A partir de là tout s’enchainera très vite. Quand le premier tableau Belle prend vie devant nous on a à nouveau 5 ans et il nous faut déployer beaucoup d’efforts pour ne pas reprendre en coeur les “Bonjour, Bonjour, Bonjour” d’une chanson qu’on connait par coeur. Si visuellement l’univers est parfaitement reproduit sur scène, on se prendra aussi une belle claque musicale. Tout le casting ou presque est présent dans ce premier tableau et le niveau des artistes est impressionnant. On est clairement fasciné par la ressemblance entre Manon Taris (Belle) et la voix du Disney. La fête est alors totale.

Après une multitude de tableau et plus de 2h de show live, le rideau tombe alors. On reste totalement sous le charme de ce à quoi on vient d’assister et vraiment impressionné par cette transposition du film animé à la performance théâtrale. Déjà, parce que l’univers de Disney est totalement respecté et surtout parce que les créateurs y ont inséré leur patte et propose leur version du conte légendaire. Là où on craignait une certaine staticité due aux contraintes théâtrales, on assiste ici à un mouvement permanent. Des décors qui bougent, des tableaux qui s’enchaînent parfaitement et des scènes que l’on pensait très difficile à recréer en un seul décor surprennent par leur efficacité (la scène dans les bois, l’attaque du château…). On est enchanté et on ne s’ennuie pas une seconde devant cette très réussie comédie musicale. Magique on vous dit !

Si l’ensemble du casting nous aura fait une très belle impression (mention spéciale à Alexis Loizon interprétant un Gaston plus vrai que vrai) seule la bête (Yoni Amar) nous aura déçu. Manquant clairement de charisme et n’ayant pas la carrure (ni la voix) pour interpréter la Bête, Yoni Amar nous aura laissé bien indifférent. Une erreur de casting d’autant plus frappante lorsqu’on compare sa performance à l’ensemble du casting !

On doit aussi avouer que certaines chansons nous auront quelque peu déçu. Si on comprend bien que 7 chansons originales ne peuvent pas peupler tout un musical, on est un peu surpris par la faiblesse des chansons additionnelles. Bien sur quelques unes se dégageront du lot mais la majorité nous surprendra par sa médiocrité. La faute à des paroles en français un peu caricaturales et à des mélodies pas franchement inspirées. Fort heureusement on se souviendra des magnifiques tableaux de C’est la fête, Gaston ou encore Histoire Eternelle plutôt que des “Je deviens ce que je suis” ou autre “on est pas comme les autres, on s’en moque”

Grâce à son double langage (très cartoonesque mais parfois coquin) La Belle et la Bête s’adresse à tous les publics et est clairement la sortie obligatoire en famille. Et même si on aurait aimé parfois plus de rigueur, on ait quand même, le temps d’une soirée, retomber en enfance. Et on vous met au défi de ne pas écouter en boucle la BO du Disney derrière ou de ne pas insérer dans les jours qui viennent La Belle et la Bête dans votre lecteur DVD !!

Author

Cinéphile aux lacunes exemplaires, mon coeur bat aussi pour la musique, les chaussures léopard et les romans de Bret Easton Ellis. Maman de 2muchponey.com, niçoise d'origine, parisienne de coeur, je nage en eaux troubles avec la rage de l’ère moderne et la poésie fragile d'un autre temps. Si tu me parles de Jacques Demy je pourrais bien t'épouser.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :