Thérèse Desqueyroux est le dernier film de Claude Miller (décédé le 4 avril à Paris). La sortie du film est prévue pour le 21 novembre 2012.

Le film est présenté à Cannes, en clôture du Festival 2012. Hors Compétition.

Synopsis : Dans les landes, on arrange les mariages pour réunir les terrains et allier les familles. Thérèse Larroque devient Madame Desqueyroux, mais cette impose jeune femme aux idées avant-gardistes ne respecte pas les conventions ancrées dans la région. Pour se libérer du destin qu’on lui impose, elle tentera tout pour vivre pleinement sa vie…

Casting : Audrey Tautou, Gilles Lellouche, Anaïs Demoustier

Le film Thérèse Desqueyroux est une adaptation du roman de François Mauriac, il a déjà été adapté par Georges Franju avec Emmanuelle Riva et Philippe Noiret en 1962.

Thérèse est une jeune femme ayant eu une enfance heureuse et mariée par convention à Bernard. Tout pourrait bien aller mais Thérèse n’est pas comme les autres, elle a des idées plein la tête et réfléchis trop.

L’adaptation ne reprend pas la forme du roman qui présente l’histoire comme des souvenirs de Thérèse au moment où elle sort du tribunal et qu’elle cherche une explication à ses actes. Le film déroule l’histoire depuis la jeunesse du personnage, nous n’avons pas de voix off ou de souvenir.

Dans le rôle de Thérèse on retrouve Audrey Tautou qui a réussi à reproduire le personnage du roman, cette femme agnostique, réfléchie et stoïque qui bascule dans une sorte de folie. Bernard, le mari de Thérèse, est joué par Gilles Lellouche et la soeur de Bernard est interprétée par la jeune Anaïs Demoustier. Le casting est très bon et s’adapte très bien aux personnages très forts du roman.

Thérèse la réfléchie, Thérèse la vulnérable, Thérèse la trahie. On retrouve toutes les facettes de la jeune femme jouées à la perfection. On aperçoit même ses rêves de folies où le pire arrive. Le film est très réussi quand on connait le roman et quand on sait à quoi s’attendre, pour ce que j’ai vu du public qui ne connaissait pas l’histoire … le résultat ne plait pas tellement. Il est vrai que le film n’est pas très rythmé et que l’histoire peut être ennuyeuse si elle ne nous intéresse pas.

Claude Miller nous présente son dernier film, une oeuvre posthume qui nous rappelle le talent de ce grand réalisateur. Le film reprend très bien le roman, on y retrouve l’ambiance sombre et le cynisme. Thérèse Desqueyroux restera dans les mémoires comme le dernier film de Claude Miller mais aussi comme une très belle adaptation d’une histoire si noire.

Ma note : 8/10

Film de clôture du Festival de Cannes 2012.

Bande Annonce :

 

 

 

 

Author

Blogueuse spécialisée dans les écrans. Partage son temps entre les bouquins, les jeux vidéo, les séries TV, le cinéma et les podcasts.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It