Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > Culture > Cinéma > Critique de film > Critique cinéma : La Clé des Champs

Critique cinéma : La Clé des Champs

La Clé des Champs est le nouveau film du duo Claude Nuridsany et Marie Pérennou, duo rendu célèbre pour le film Microcosmos. Le film sortira le 21 décembre 2011.

Synopsis: Une mare abandonnée. Deux enfants solitaires tombent sous le charme de ce lieu sauvage qui les rapproche peu à peu l’un de l’autre et les aide à apprivoiser la vie. À travers leur regard, leur imaginaire, la mare devient un royaume secret à la fois merveilleux et inquiétant, peuplé de créatures de rêve ou de cauchemar. Une expérience initiatique, brève et intense, dont ils sortiront transformés.

Casting : Simon Delagnes, Lindsey Henocque, Jean-Claude Ayrinhac, Denis Podalydès

Durée :1h20

Distributeur : The Walt Disney Company France

Après 4 ans de travail, ceux qui nous avaient offert un merveilleux voyage microscopique sont de retour. Ce coup ci ils mélangent fiction et documentaire pour un voyage dans la mare de leur enfance.

L’histoire raconte les vacances d’été d’un jeune garçon, il est à la campagne chez les cousins de ses parents, seul. Il va alors découvrir une mare un peu cachée de tous où il va passer 90% de son temps. Il finit par se rendre compte qu’il n’est pas le seul à y venir, une petite fille vient aussi dans cet univers.

Les deux enfants ont une vision différente des choses, on a le garçon un peu admiratif qui en touche à rien et qui regarde, et de l’autre côté la petite fille qui joue avec la nature qui si c’était un autre de ces jouets.

Au milieu de ces scènes d’enfants muettes et pas forcement bien jouées (acteurs débutants, l’air mal à l’aise, un peu coincés) on plonge dans la partie documentaire.

Ce documentaire se compose de scènes en surface de la mare mais aussi dans la mare. On va croiser toute la vie autant végétale qu’animale. On va croiser la route d’un ballet amoureux de libellules, des gerris (araignées d’eau) en plein surf sur l’eau, des rainettes chantantes et grimpantes, des têtards, des tritons, des larves, des poissons, des traine-bûches… une foule d’habitant de la mare.

Les images des bestioles sont impressionnantes,  les qualités des détails est bluffante autant hors de l’eau que dedans. Les scènes avec les insectes sont mises en comparaison avec la vie humaine, par exemple les libellules avec les avions, les têtards avec les enfants la cours de récréation … ces mélanges sont très drôles et plutôt bien trouvé. C’est une très bonne idée d’avoir ajouté cette touche d’humour sonore.

En parlant de sonore, la BO est de Bruno Coulais avec du Nosfell dedans (pendant tout le film je trouvais que ça y ressemblait et en fait il est crédité au générique !). Une BO qui aide le spectateur à naviguer dans cet univers silencieux et parfois si calme.

Le film mélange le monde de l’enfance et son imaginaire, les sentiments face à la nature, l’univers merveilleux que cache la mare. J’ai vécu près  d’une mare et revoir toutes ces petites bestioles m’a rappelé mon enfance, par contre les parties avec les enfants ne m’ont pas du tout touchée. J’ai pas vraiment aimé cette partie fiction où la voix off raconte son enfance, j’aurais préféré une aventure plus documentaire et en apprendre plus sur ce monde caché.

Ce film n’est pas mauvais, d’autant qu’il ne dure pas longtemps et que la partie sur les enfants est courte mais j’aurais aimé plus de ces belles images qu’ils ont su nous montrer.

Ma note : 6/10

Public : Enfants et adultes

Bande Annonce :

Mis à jour le

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.