Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > Culture > Cinéma > Critique de film > Critique cinéma: Chatroom

Critique cinéma: Chatroom

Chatroom est le dernier film de Hideo Nakata (Ring 1/2). Il sortira le 11 aout 2010 dans vos salles.

Synopsis : William, un ado un peu perturbé passe son temps sur internet et décide de créer une salle de discussion pour les ado de sa ville (Chelsea). Il est rejoins par 4 autres jeunes qui racontent leurs problèmes. William écoute, conseille… mais personne ne se connait vraiment et personne ne sait ce qui l’attend…

Casting: Aaron Johnson (Kick-Ass), Hannah Murray (Skins), Imogen Poots (28 semaines plus tard), Matthew Beard (une Education), Daniel Kaluuya (Skins)

Dans ce film il a plusieurs choses qui m’ont bien plu : Aaron Johnson qui change totalement de Kick-ass (Méconnaissable réellement) pour revenir un rôle plus pervers plus adulte un acteur vraiment bon, Hannah Murray que j’avais adorée pour son rôle de Cassie dans Skins et qui nous refait un peu un truc dans le même genre (ado un peu paumée), la perversité de la chose de l’histoire de tout et pour finir la représentation des chatrooms comme un couloir d’hotel avec des chambres de chaque côté où son espace est personnalisable, sécurisable.

Je n’ai pas trouvé le film “anti-internet”, ni “anti-chat” car pour moi l’histoire est concentrée sur une sphère bien précise du web : le chat et on voit bien dans les “couloirs” du chat qu’on y trouve de tout, des gens normaux, du sexe, de la pédophilie, de la violence… de tout et faut pas se voiler là face y a vraiment tout ça dans les chat. La concentration de mauvaise chose est plus forte dans le film mais en même temps le personnage principal est pervers et ne risque pas de se balader dans un chat dédié aux Bisounours!

J’ai pas mal aimé l’histoire, le côté pervers de William, l’innocence de certains, la peur des autres, la représentation assez réelle de ce qu’il se passe : On raconte plus facilement sa vie à ceux qu’on ne voit pas.

Malgré des petits moments de mou, particulièrement aux moments où ça discute, ou ceux où ont est dans la vie réelle (je pense que c’est pour justement nous montrer à quel point pour les personnages le virtuel est mieux), le reste est bon. J’ai aussi bien aimé les moments où on voit les oeuvres de William, ses petites animations qui font un peu mal.

Pour moi ce film est bon malgré quelques petits mous. J’ai accroché dès le départ avec une BO qui collait bien à l’univers.

Ma note: 7/10

Public: Plus de 12ans

Bande annonce:

5 Responses

  1. Marc

    Il y a un point avec lequel je ne suis vraiment pas d’accord : on n’y voit pas de gens normaux, dans les chatrooms. On voit des GNistes, des pervers, des pedos, des dingues déguisés en lapins, des dépressifs, etc…
    Mais pas de gens normaux.

    Les seuls “gens normaux” dans le film sont les parents de William : le père qui prive son fils de son ordinateur et la mère qui est … écrivain !

    Super la représentation.

    1. Nivrae

      Ah pourtant mes yeux ont vu des gens normaux dans les couloirs, aux milieux des pervers et autres :)

      Et pour ce qui est des parents bah c’est comme beaucoup de parents, sa veut protéger son gamin suicidaire… rien d’anormal :)

    2. Nivrae

      Pour moi dans les personnages de la Chatroom, à part William les autres sont presque normaux quand meme

  2. Marc

    Euh…
    Entre celui qui veut se taper la soeur de son pote qui a 11 ans, la fille coincée qui veut sortir du carcan de ses parents, et le suicidaire.
    La plus normale reste la jeune fille mannequin dont on ne sait finalement pas grand chose.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :