Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > Life > [ Lifestyle ] Les conseils pour bien démarrer avec le minimalisme

[ Lifestyle ] Les conseils pour bien démarrer avec le minimalisme

Le minimalisme est une tendance qui devient de plus en plus populaire. Sans devenir une vraie minimaliste extrême, j’ai changé plusieurs choses dans ma vie qui m’ont permis de “faire le vide” et de me faire du bien (et même un peu d’argent). Je vous partage des petits conseils et astuces pour ceux qui voudraient tenter l’aventure !

Le minimalisme c’est quoi ?

Lorsque l’on pense minimalisme, on pense désormais à la méthode de rangement de Marie Kondo. Si certains l’ont découvert sur Netflix, d’autres via son livre ou même sa chaîne YouTube et son manga, le minimalisme est un véritable mode de vie qui a des racines bien plus profondes que ça.

De mon côté, avant Marie, c’est en découvrant le documentaire Netflix “Minimalism” que j’ai eu un premier déclic. Voir ces hommes et femmes qui, sur le papier avaient tout pour être heureux avec leur opulence d’argent et d’objets en tous genres, tomber en dépression, vous fait prendre conscience que la société de consommation nous enferme parfois dans un cycle infernal.

Se libérer du consumérisme, c’est se retrouver soi-même. Sans compter le fait que cela fait de la place chez vous et vous fait faire de véritables économies. Je pense également que j’ai découvert ce documentaire à un moment où je faisais un changement dans ma vie pour suivre un quotidien plus écologique et donc plus proche du zéro déchet que de la société de consommation.

Le minimalisme suit naturellement cette tendance écologique et vie pratique. Car si j’ai vraiment commencé à franchir le pas devant la série de Marie Kondo, c’est aussi parce que je vivais dans un petit studio et que je commençais à m’y sentir à l’étroit. J’ai eu d’un coup un besoin vital et une envie de tout jeter pour respirer. J’ai eu comme une angoisse de me retrouver entourée de tant d’objets qui débordaient de partout. Pourtant, je ne suis pas du genre ultra dépensière, car je n’ai jamais eu de gros moyens…

Toutefois, hors de question de devenir minimaliste “intégrale” on va dire. Je déteste les intérieurs complètement vides et blancs que je trouve sans vie. Ça m’angoisse aussi dans l’autre sens ça ! L’idée pour moi au départ était simplement de gagner de la place. Finalement, on y gagne encore plus que ça : on gagne de la sérénité et même…de l’argent ! Je vous explique ce que j’ai fait pour ça.

Minimalisme dans l’armoire à vêtements/chaussures

J’ai commencé par ce que je pensais être le plus simple pour moi. Je n’ai jamais été fan de mode ou apprécié m’habiller. Comme j’ai longtemps moi-même eu besoin de friperies ou de braderies pour avoir les moyens de me vêtir, j’ai toujours gardé l’habitude de donner régulièrement mes vêtements pour la bonne cause.

Je pensais donc me séparer de peu de choses dans ce domaine. Finalement, j’ai dit adieu à 3 énormes sacs-poubelles bien remplis. Les minimalistes utilisent la règle des 333 lorsqu’ils trient : ne garder pour porter que 33 articles (sacs, accessoires, vêtements et chaussures confondus) pendant 3 mois. Je m’en suis inspiré sans descendre aussi bas dans le nombre d’articles de ma garde-robe. Par contre, j’ai en effet remarqué que je mets toujours les mêmes fringues… Et qu’il faut donc savoir dire adieu à ceux que l’on a mis qu’une seule fois par an (et encore) ou qu’on espère remettre une fois pour une occasion dans l’année qui vient.

J’ai gardé les vêtements que je mets vraiment tout le temps, même s’ils sont vieux et abîmés et surtout, ceux dans lesquels je me sens bien et qui passent avec tout. J’ai enlevé tout le reste, y compris dans les paires de chaussures. Je n’ai jeté que de rares pièces vraiment abîmées et non réparables selon moi.

Le reste, j’ai séparé ça entre ce que je suis allé mettre dans des conteneurs Le Relais et ce que j’ai ramené chez Emmaüs et la Croix-Rouge pour leur revente, don ou la réutilisation. Pour ce qui est des plaids et couvertures, je suis directement descendue dans la rue pour les donner aux SDF autour de chez moi.

Je n’ai pas de vêtements de marques ou qui ont vraiment de la valeur. Si vous en avez, vous pouvez bien entendu tenter de mettre tout ça sur des appli comme Vinted pour vous faire un peu d’argent. Et bien entendu, une fois qu’on fait le tri… on ne rachète pas sans cesse de nouveaux vêtements ! Si vraiment vous en voulez, privilégiez les vêtements d’occasion justement pour ne pas pousser à refabriquer des vêtements de fast fashion !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par A MODERN MINIMALIST (@amodernminimalist_) le

Le bilan : et bien aucune des pièces dont je me suis séparée ne me manque… Je n’en ai pas eu besoin et j’ai gagné une place folle dans mes placards. Désormais, je refais un tri à chaque changement de saison pour voir si je dois me séparer de nouveau de quelque chose ou non.

Pour trouver les récupérateurs et associations pour donner vos vêtements autour de chez vous, direction La Fibre du tri !

Le tri sur mes étagères

Étant fan de ciné et de séries et à l’origine étant blogueuse cinéma, j’avais accumulé un très grand nombre de goodies, mais surtout de livres, DVD et Blu-ray sur mes étagères. Je me jetais sur toutes les offres type 5 DVD pour 30€ et j’étais vraiment heureuse avec cette large médiathèque. Attaquer cette partie allait pour moi être compliqué, je le savais.

C’est pour ça qu’il est important de commencer le tri par des choses faciles pour vous. Et de le faire en plusieurs fois. Cela vous laisse le temps de vous habituer, ne créé pas de “manque” tout de suite et finit par vous donner envie de trier toujours plus quand vous voyez ce que vous y gagnez !

Pour trier mes livres et DVD, j’ai eu un peu la même technique que pour les vêtements. J’ai directement mis de côté ceux que je n’ai en réalité regardé qu’une seule fois ou pire, qui étaient toujours sous blister tellement je n’avais jamais vraiment eu envie de les revoir après leur sortie cinéma.

Puis j’ai aussi directement mis de côté ceux qu’au contraire je voulais garder parce que je les regarde sans cesse, parce que ce sont mes films préférés, les super beaux coffrets collector, etc. Finalement, il y en a eu peu donc c’était très bien.

Entre les deux, ça a été plus dur. Et là j’ai fait la méthode Marie Kondo. J’ai d’abord gardé ceux où je me disais que potentiellement j’avais envie de les revoir ou qui m’avaient marqué d’une façon ou d’une autre en me provoquant des émotions. Les autres, je les ai mis avec le premier lot de ceux que je ne regardais pas/plus.

J’ai fait la même chose avec mes livres et les jeux vidéo. Les livres qui font joli sur une étagère pour montrer qu’on lit, ça ne sert pas à grand-chose. Si je ne vais pas les relire, s’ils ne font pas partie de mon histoire culturelle ou s’ils n’ont pas une édition incroyable, je m’en sépare.

Qu’est-ce que j’en fais ? Et bien majoritairement je les revends. Comme je n’ai pas envie de m’embêter à trouver des acheteurs, j’ai découvert l’appli Momox. Je scanne mes livres, jeux vidéo, DVD, CD et même jeux de société et ça me dit combien ça me les rachète. Ça va de 0,15cts à plusieurs dizaines d’euros. Quand mon panier de vente est bien rempli, je finalise ma vente. Je n’ai plus qu’à mettre tout ça dans un carton et envoyer le tout à Momox gratuitement via Mondial Relay. Dès qu’ils reçoivent le carton, ils me virent l’argent sur le compte.

Avec tout ça, j’ai fait un gros tri, et j’ai gagné plusieurs centaines d’euros. Car finalement je me suis rendu compte que j’en avais gardé la première fois certains que je ne regardais vraiment pas. Donc j’ai refait du tri. Désormais, dès que j’achète un livre ou un DVD, si je ne pense pas le revoir/relire plusieurs fois par an, je revends et ne laisse plus rien s’accumuler chez moi.

Pour les articles non repris, j’ai dispatché entre ce qui pouvait être revendu dans des magasins d’occasion ou en braderie et des dons dans les Boîtes à Lire, les médiathèques et chez Emmaüs. Résultat, je n’ai plus qu’une seule petite armoire pour tous mes livres, séries, films et jeux vidéo réunis et je continue de diminuer le tas sans cesse, car je n’ai finalement même plus envie d’avoir cette armoire…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par LET THAT SHIT GO | ⁣Sara Brigz (@letthatshit__go) le

En parlant d’armoire, j’ai également vidé une autre remplie de “goodies” de cinéma, de figurines, de posters, porte-clés et autres bougies ou objets qu’on entasse. Sauf élément que je pensais pouvoir avoir de la valeur et que je revendais sur Leboncoin ou Marketplace de Facebook (hyper efficace), pour le reste, j’ai tout donné sur Geev, une appli gratuite et pratique pour donner des objets autour de chez vous ou bien en récupérer gratuitement. Plus tu donnes, plus tu as le droit d’en récupérer. J’ai même récupéré des meubles gratuitement comme ça et j’ai fait des heureux !

Le vide dans ma salle de bain

En voilà bien une pièce qu’on néglige sans réaliser tout ce qu’on laisse là-dedans à s’entasser ! Déjà, commencez par faire un tri de vos médicaments. Notre armoire à pharmacie cumule souvent nombre de médicaments périmés ou dont nous n’avons plus besoin.

Enlevez les boites que vous mettez au recyclage et emmenez tous ces médocs chez votre pharmacien qui les récupère soit pour donner à des associations, soit pour les recycler/incinérer correctement. Dans tous les cas, des médicaments périmés chez vous, cela peut être dangereux donc autant s’en débarrasser régulièrement.

Ensuite, attaquons-nous aux produits… Personnellement j’ai fait un grand tri lorsque avec mon appli QuelCosmetic j’ai scanné ma salle de bain du dentifrice au gel douche et j’ai découvert tous ces perturbateurs endocriniens que je ne voulais plus. Il y a donc une partie des produits entamés que j’ai jetés spontanément, ce qui m’a fait gagner encore plus de place.

Que faire de ces 40 échantillons de gel douche ou crème visage que vous avez eu dans des magazines ou des chambres d’hôtels et que vous gardez “au cas où ça pourrait servir en voyage” alors que vous utilisez tout le temps les mêmes ? Que faire de cette crème qui ne vous convient plus, le gel douche d’une marque que vous ne voulez plus, ces sels de bains reçus en cadeau alors que vous n’avez pas de baignoire ?

Et bien donnez-les à des associations ! J’ai découvert Bulles solidaires, pour qui je suis devenue bénévole, qui organise régulièrement des collectes un peu partout des produits d’hygiène. Ils sont ensuite redistribués aux SDF lors de maraudes ou bien à des personnes en situation de précarité après avoir été triés par les bénévoles. Plusieurs autres associations du genre existent, renseignez-vous près de chez vous !

Là encore, j’y suis allée à fond minimalisme et j’ai vidé plusieurs sacs de produits d’hygiène, parfums et cosmétiques et maquillage. Ça plus les plusieurs sacs de médicaments périmés plus les produits entamés périmés jetés également, je peux vous dire que ma salle de bain est devenue minimaliste et ça fait un bien fou en plus d’être pratique pour le ménage !

Minimalisme chez soi : le bilan

Je regrette un peu de ne pas avoir pesé tous les sacs dont je me suis débarrassée au fur et à mesure pour me rendre compte de toutes ces choses inutiles qu’on accumule, même dans de petits espaces. Quoi qu’il en soit, je sais que ça représente plusieurs dizaines de kilos.

Grâce à ça, j’ai donc récupéré plusieurs centaines d’euros avec la vente de mes objets. J’ai également récupéré plusieurs mètres carrés de rangements. Mais surtout, j’ai retrouvé un appartement moins encombré, plus zen” ou “feng shui”. Cela m’a vraiment apaisé et m’a aidé à supporter mes derniers mois dans un tout petit appartement.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @essencedecoracao le

Et puis surtout, cela m’a apporté de nouvelles bonnes habitudes et un meilleur état d’esprit, plus écologique. Je n’achète plus ce qui ne m’est pas utile. J’écume d’abord les applis de seconde main avant de chercher du neuf. Je revends ou je donne systématiquement ce qui ne me sert plus et je garde ce dont j’ai besoin au niveau minimum.

Résultat : pas besoin d’acheter des meubles de rangements, on peut même en supprimer. Je n’ai aucun meuble dans ma chambre par exemple. Juste mon lit et je dors comme un chef. J’ai l’impression que cela m’a apaisé aussi, je sais où tout est rangé et je ne m’encombre plus l’esprit avec tout ça. Et puis un intérieur moins encombré c’est aussi tout simplement plus joli et bien plus pratique pour nettoyer !

En résumé : opter pour plus de minimalisme, je ne pourrai que le conseiller. Il faut simplement y aller étape par étape et ne pas tomber dans l’excès, comme pour tout ! De mon côté, j’ai remplacé les objets par… les plantes ! Je les accumule aussi, mais ça au moins, ça ne me fait que du bien et à la planète aussi :)

Et vous, avez-vous envie de désencombrer votre lieu de vie et tester le minimalisme?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.