Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > Culture > Cinéma > Critique de film > [Critique Cinéma] Un Début Prometteur

[Critique Cinéma] Un Début Prometteur

050294.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxUn début prometteur est un long métrage d’Emma Luchini (Sweet Valentine, La Femme de Rio)

Date de sortie : 30 septembre 2015

Casting : Manu Payet, Veerle Baetens, Zacharie Chasseriaud, Fabrice Luchini, Jean-Michel Balthazar

Synopsis : Martin, désabusé pour avoir trop aimé et trop vécu, retourne chez son père, un horticulteur romantique en fin de course. Il y retrouve Gabriel, son jeune frère de 16 ans, exalté et idéaliste, qu’il va tenter de dégoûter de l’amour, sans relâche. Mais c’est sans compter sur Mathilde, jeune femme flamboyante et joueuse, qui va bousculer tous leurs repères…

Le film est l’adaptation libre du roman de Nicolas Rey, l’auteur a aussi participé à l’écriture du scénario. Le roman est très différent et plus sombre que le film, il a une part d’autobiographie qui rend plus logique l’implication de Nicolas Rey dans le film (sans parler du fait qu’il est l’ex d’Emma Luchini et qu’il a eu un César du Meilleur court métrage avec elle pour La Femme de Rio en 2015).

359445.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le film parle de 3 hommes et d’une femme, une femme qui va croiser leurs chemins et leur redonner espoir dans la vie. On a Gabriel le jeune amoureux encore idéaliste, Martin le grand frère alcoolique qui sort de cure et le père qui se plonge sans ses fleurs pour tenir le coup. Face à ce trio, il y a Mathilde, la fraîcheur, l’insouciance, le sourire et la lumière dans leurs vies. Elle va y pénétrer doucement et pour quelques jours. Le temps d’aimer.

Quand on parle d’un film avec Manu Payet et Luchini on s’imagine vite une comédie pleine d’hystérie et tordante, pourtant c’est bien autre chose qu’ils offrent ensemble à l’écran. Père et fils qui dans la douleur de leurs vies vont poursuivre leurs chemins. Le film est très mélancolique, un peu triste mais surtout doux. Quand on sort de la salle on a encore la tête dedans, à se demander ce qu’on a pensé de ce film. De très belles scènes, de la douceur mais aussi de la dureté et des soucis, un rythme un peu inégal, pas de grande scène qui fasse rire ou pleurer. Pas de grands effets.

Mais le film est là, il est bon, il est doux, surprenant.

Mis à part les deux acteurs connus, on (re)découvre Zacharie Chasseriaud sur le point de devenir homme mais surtout on a le plaisir de revoir au cinéma la belle Veerle Baetens dont on était tombé amoureux dans Alabama Monroe. Sa fraîcheur, son accent et son sourire illuminent le côté sombre et triste de Martin.

297560.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Élégant et mélancolique, ce film ne dit pas tout sur ses personnages, gardant une part de mystère et de réflexion pour notre esprit. Le personnage de Martin se retrouve rapidement être plus profond qu’on ne le pense et on finit par l’aimer autant que le jeune et amoureux Gabriel.

J’ai passé un bon moment mais il m’aura fallu quelques heures pour y repenser, pour analyser dans ma tête cette histoire, pour me rendre compte des effets qu’elle a eu sur moi.

Un film qui ne paye pas de mine mais qui réussit à surprendre en douceur. Triste, doux, fort et parfois féérique.

Petit bonus du film, Veerle qui chante du Barbara avec « Mes hommes » à voir ici.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.