Attendu par certains fans depuis 10 voire 20 ans, Mad Max : Fury Road a été LE grand rendez-vous de ce début de festival de Cannes. Et on a rencontré l’équipe du film (si, si !). Retour sur la journée complètement folle du jeudi 14 mai 2015.

6h du matin : debout. Un petit déjeuner vite avalé pour filer au Palais des festivals où la projection presse de Mad Max a lieu. Avec un badge de newbie, je suis pas sûre de rentrer mais j’y crois et je suis au taquet dans les rues désertes de la ville. Je croise même des fêtards qui rentrent de soirée.

 

Mad-Max-Fury-Road-600x450

7h15 : je suis dans la file d’attente en bonne position. J’ai choisi une file alternative du balcon, où il y a moins de journalistes. Les rumeurs disent que les places sont limitées, mais je garde espoir. Une collègue blogueuse me rejoint et on compare nos cernes pour passer le temps.

8h : les gardes nous vont signe de rentrer. L’excitation est à son combe : on monte les marches matinales et on entre dans la salle. On ne réalise pas encore qu’on va voir le film de l’année. L’attente est interminable, on compte les minutes

8h30 : les lumières s’éteignent, quelques journalistes y vont de leurs petits cris d’enthousiasme. Je prends sur moi de ne pas faire la même chose.

a-mad-max-fury-road-imagea4

10h30 : les lumières se rallument et j’ai l’impression d’avoir vécu un truc très fort. Un film que l’on ne peut comparer avec aucun autre : pendant deux heures, on ne reprend son souffle que 3 fois lors des coupes de quelques secondes entre deux scènes d’actions de folie. Il y a 157 idées à la seconde et les personnages principaux (Furiosa quoi ! ) sont tellement emblématiques qu’ils nous parlent instantanément. Dans cette course poursuite d’anthologie, on en prend littéralement plein les yeux, plein la tronche et on aime ça. Mention spéciale au dernier quart d’heure, climax de légende où l’émotion m’a complètement submergée. Si le charisme de Charlize Theron impressionne avec son interprétation de l’impératrice Furiosa, Tom Hardy n’est pas en reste. Son Max est un ermite traumatisé en quête de liberté. Pas bavard, ses actes en disent pourtant long sur son implication et sa générosité. Les deux personnages offrent un duo parfaitement parfait, très bien assorti qui se complètent à merveille. En bref, 14/10.

madmaxfuryroadtomhardy871413

11h30 : Je n’ai toujours pas repris mes esprits mais j’en redemande. Direction la conférence de presse du film qui a lieu à 13h. On m’a prévenue que ça serait difficile d’y accéder, encore une question de badge. Je décide de me mettre en position assez tôt. Je suis la première dans la fil d’attente à vrai dire, mais ca sera la file qui entrera en dernier. J’ai de la lecture, attendons.

12h15 : Quelques badges bleus m’ont rejoint. Les caméramans commencent à enter dans la salle sous mes yeux. Le type de la sécurité a peur que ça manque de place. Je bouillonne intérieurement. Je passe par tous les états d’esprits “allez c’est mort je laisse tomber et je me casse”, “si ça se trouve, j’ai pas le bon badge”, “au pire, je prendrai des photos floues de Tom au photocall”, “quelque chose me dit que ça va le faire, on y croit”, “allez, j’essaie de faire du charme au mec de la sécu”.

12h45 : Les badges roses sont entrés, en théorie c’est à notre tour. Le mec ouvre notre file et demande aux badges au bleus de passer (j’en ai un jaune).

12h50 : Ils font encore passer 5 bleus. Je meurs d’impatience et fais les yeux doux au gentil monsieur SECU

12h55 : Il reste trois places, il n’y a plus de badges bleus. J’ai le droit de rentrer. Je meurs une seconde fois

13h : That happend

Sans titre 3

13h01 : Photo floue, je suis au fond de la salle à côté de journalistes qui ont l’air d’avoir l’habitude. Je prends sur moi et j’écoute en me retenant de monter sur l’estrade pour un hug. La majorité des questions sont pour George Miller, normal, il a l’air tellement content d’avoir réussi à faire ce film. On peut le comprendre quand on sait qu’il travaille dessus depuis la fin des années 90.

13h10 : Putain, Charlize est trop belle.

13h15 : Tom Hardy parle. Je suis morte et je suis au paradis

13h20 : Mon voisin pose une question à Tom. Nos regards se croisent, j’essaie d’avoir l’air busy. Il est reconnaissant à George et s’excuse auprès de lui pour ne pas avoir réalisé au combien le film était dingue, avant de le voir sur grand écran. Cette humblitude me tue une 4è fois.

pp

13h40 : Ca se termine, les gens se lèvent mais les acteurs continuent à répondre aux questions. Quelques journalistes se rapprochent, je suis le mouvement. Nicholas Hoult est choupi, il remonte dans mon estime. Charlize est encore plus belle de près. Cette fille n’est pas humaine.

13h45 : La conférence est finie mais quelques journalistes appellent Tom pour lui poser des dernières question. Il s’approche et s’accroupie pour leur répondre. A 2 mètres de moi. Biensûr j’ai gardé toute dignité mais deux jours après, je m’en suis toujours pas remise.

Sans titre 2

 

Une putain de journée avec un film majestueux et une conférence de presse dont je me souviens à peine. J’avais le cerveau en purée, comprenez bien, j’ai été déconcentrée par Mr Hardy. Prochaine étape, revoir Mad Max : Fury Road en IMAX

Author

Maman de Films-horreur.com, et cinéphile contradictoire. Aime Tom Hardy et le Roi Lion. Dans la vie, s’enflamme très vite pour tout et rien, caractérielle à plein temps et parisienne de coeur. Aime le vernis à ongles et les labradors

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :