Capture d’écran 2014-12-30 à 14.59.42

Le film :

Comme lors du Voyage Inattendu, la première réflexion qu’on se fait c’est qu’on est heureux de retrouver l’univers de Tolkien ! Très heureux même de revoir notre hobbit préféré, nos nains et le grand Gandalf. Dès qu’on voit l’anneau on repense à cette trilogie qui nous a marqué à vie grâce à la musique qui sert de lien infaillible entre le Hobbit et le Seigneur des Anneaux. Un immense plaisir alors de prendre part à cette quête et de nous retrouver à nouveau en Terre du Milieu !

Et petit à petit, on va apprécier découvrir les liens entre les deux trilogies. Un anneau qui commence à faire son petit effet, une flamme qui laisse apparaître Sauron, une armée d’orques qui s’étoffe… On prend un plaisir immense à établir des liens et à comprendre enfin les origines du Seigneur des Anneaux. Si bien, qu’une fois qu’on sort du cinéma on ne souhaite qu’une chose : enchaîner les 9 heures du Seigneur des Anneaux !

The-Hobbit-image-the-hobbit-36194607-4896-3264

Si on regrettait dans Un Voyage Inattendu le peu d’action, la désolation de Smaug ravira tous nos espoirs. De minutes en minutes, l’histoire se déroule et avance entremêlée de petites péripéties qui nous scotchent à notre siège. La fuite dans les tonneaux des prisons elfiques resteront longtemps en mémoire comme l’attaque des orques du village humain de Bourg-du-Lac. Et si on a retrouvé l’action, on a aussi retrouvé l’âme du Seigneur des Anneaux, un discours de Thorin sous la neige pour rassembler les troupes n’étant pas sans rappeler un certain discours d’Aragorn…

Qui dit désolation de Smaug dit Smaug et un vrai challenge de rendre le Dragon vivant. L’entrée dans le Royaume sous la Montage est d’une beauté sans pareil. Tout cet or nous fascine pendant que nous rencontrons Smaug. Là, Benedict Cumberbatch en impose par son charisme et la refonte du couple Sherlock / Watson nous fait gentiment sourire ! Visuellement on prend une sacré claque (alors que jusque là on était pas vraiment emballé) au détriment d’une action qui tarde à arriver réellement.

S’il fallait émettre quelques réserves à ce deuxième volet des aventures de Bilbon il faudrait soulever son gros problème de rythme (2h41 à tenir s’il vous plait…) et son côté assez enfantin qui fait de cette désolation de Smaug seulement un bon divertissement. Ici, pas trop de noirceur, pas vraiment d’intensité dramatique et rien qui ne prend vraiment aux tripes comme le faisait si bien son ainé. Même si on comprend que l’esprit du livre est ainsi, on aurait aimé plus de consistance et un ton moins enfantin pour vraiment marquer. Là, on ressort conquis mais pas franchement transporté et fasciné ! Dommage !

THE HOBBIT: THE DESOLATION OF SMAUG

Blu-Ray et Bonus :

Difficile d’émettre des réserves à cette version longue du second volet du Hobbit ! Si les scènes ajoutées feront le bonheur de tous les fans des aventures de Peter Jackson en Terre du Milieu, on retiendra surtout un rendu HD absolument saisissant. Aucun défaut à l’image, aucun défaut non plus côté son puisque cette édition s’offre une piste VF en HD. De quoi ravir les fans et pas seulement les cinéphiles qui ne jurent que par la VO.

Au delà de l’aspect technique exemplaire, la qualité et le nombre impressionnant de bonus font de cette édition une évidence. En tout, nous avons sous les yeux plus de 10 heures de bonus répartis en 2 disques histoire d’avoir fait totalement le tour du film ! Préproduction, casting, coulisses, tournage, interviews, plongée dans les effets spéciaux… Il ne manque absolument rien ! Des bonus qui viennent apporter au film encore plus de consistance et qui rende la saga du hobbit plus passionnante encore !

the_hobbit_the_desolation_of_smaug_1920x1080_by_sachso74-d7sr1wl

Disponible depuis le 12 Novembre chez Warner Bros. 

 

Author

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :