Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > Culture > Cinéma > Critique de film > [Critique Cinéma] Sils Maria

[Critique Cinéma] Sils Maria

205966.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxSils Maria est un film réalisé par Olivier Assayas (Carlos, Après Mai).

Date de sortie : 20 août 2014

Casting : Juliette Binoche, Kristen Stewart, Chloë Grace Moretz

Synopsis : À dix-huit ans, Maria Enders a connu le succès au théâtre en incarnant Sigrid, jeune fille ambitieuse et au charme trouble qui conduit au suicide une femme plus mûre, Helena. Vingt ans plus tard on lui propose de reprendre cette pièce, mais cette fois de l’autre côté du miroir, dans le rôle d’Helena…

Sils Maria était présenté au Festival de Cannes cette année, mais n’a rien remporté lors de cette 67ème édition.

549282.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Ce nouveau film d’Assayas raconte l’histoire d’une actrice qui a connu le succès à 18ans avec un rôle de jeune femme et à qui on propose maintenant un rôle dans cette même pièce mais pour un personnage plus mâture. Cette actrice est accompagnée d’une jeune assistante, elles ont une relation très spéciale qu’on ne cesse de lier aux répétitions de cette pièce.

Le casting est superbe, l’immense Juliette Binoche  forme un duo fusionnel avec Kristen Stewart. Les deux actrices ont vraiment un énorme talent et ensemble forment un couple improbable. On a l’impression que Juliette est le futur de Kristen… Au casting on retrouve aussi la miss destroy :  Chloë Grace Moretz, elle endosse le rôle de la jeune actrice trash qui tente de se redorer une image.

Malgré un montage un peu trop brusque, j’ai beaucoup aimé le film. Une tonne de réflexions nous poursuit après être sorti de la salle. On recherche la signification de nombreux éléments car on sent que certaines choses ne sont pas là par hasard.

192785.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

L’histoire, l’ambiance, l’univers sont vraiment bien maîtrisés, le décor de la Suisse et le phénomène du Maloja Snake poussent le film vers plus de mystères avec une ambiance presque mystique. J’ai aimé les sessions de randonnées dans les sommets, j’ai adoré les échanges entre Binoche et Stewart lors des répétitions, c’est vraiment bien fait de façon à ce que l’on puisse faire le parallèle avec l’histoire et pour qu’on se perde à savoir ce qui est écrit dans le texte et ce qui ne l’est pas.

En sortant de la salle, je savais que j’avais aimé le film même si le départ m’avait un peu perdue par son découpage. Mais j’ai vraiment eu besoin de temps pour poser certains détails dans ma tête et y réfléchir, j’aime ce genre de film qui ne laisse pas indifférent en sortant de la salle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.