Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > Culture > Cinéma > Critique de film > Critique Cinéma : The Curse (DVD)

Critique Cinéma : The Curse (DVD)

The Curse (Needle) est un film de John V. Soto sorti en DVD le mercredi 3 avril 2013.

Synopsis Ben hérite d’une mystérieuse boîte du 18ème siècle laissée par son père. Alors que les morts se multiplient, Ben réalise que les ténèbres se referment autour de lui : l’esprit enfermé dans la boîte a décidé de se venger.

Casting : Jane Badler, Ben Mendelsohn, Jessica Marais

The Curse est le deuxième film de John V. Soto après Prey (qu’il avait co-réalisé). Ce film australien oscille entre le thriller et le gore/horreur. Il raconte l’histoire de Ben et de ses amis, confrontés à un tueur les éliminant un par un après que la mystérieuse boîte dont Ben a hérité ait disparu.

The Curse s’intitule Needle en version anglaise. Ne me demandez pourquoi cela a été changé, il n’est que vaguement question de malédiction (curse) dans le film et 99% de sa durée et de son contenu n’a rien à voir avec ça. Le film se base sur un concept intéressant, l’assassin à distance, invisible et inconnu. Le traitement des scènes de suspense ressemble à celui d’un slasher, ce qui enlève une grosse partie de l’angoisse. La scène de la piscine particulièrement, où la jeune fille paniquée demande dans le noir si « il y a quelqu’un ? » pendant que la caméra tourne autour d’elle en se rapprochant, aurait été bien plus réussie si elle n’était entrecoupée de scènes montrant les mêmes scènes dans lesquelles il a tué d’autres personnes à des kilomètres de distance. On sait qu’il n’y a personne autour de la piscine. Cette manière de tuer nuit ainsi au suspense, on attend juste de voir de quelle façon ils vont mourir. La dernière partie dans la maison est plus réussie. A la recherche du tueur, celui-ci n’étant plus à distance, l’angoisse peut se construire et évoluer.

Le deuxième élément qui nuit au film est le jeu des acteurs, surtout celui du frère de Ben. L’acteur sourit constamment, paraît totalement détaché, n’esquisse pas un regard d’étonnement, d’horreur ou une quelconque trace de nervosité ou de tension, y compris quand il jette un œil aux cadavres sanguinolents ou qu’il apprend à Ben la mort d’un de ses amis.

Un bon point cependant, l’absence d’utilisation des jump scares, un seul recensé dans le film.

Note : 4/10 Le concept du tueur à distance et le jeu d’acteur du frère de Ben tuent une grande partie du suspense et de la tension durant le film. La dernière partie est bien plus angoissante.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.