Dans un mois de Septembre propice aux sorties françaises (Du Vent dans mes mollets, Camille Redouble) Pascal Bonitzer cherche Hortense.

Damien, professeur de civilisation chinoise, vit avec sa femme, Iva, metteur en scène de théâtre, et leur fils Noé. Leur histoire d’amour s’est enlisée dans une routine empreinte de lassitude. Pour éviter à une certaine Zorica d’être expulsée, Damien se trouve un jour piégé par Iva, qui le somme de demander l’aide de son père, conseiller d’État, avec lequel il entretient une relation plus que distante. Cette mission hasardeuse plonge Damien dans une spirale qui va bouleverser sa vie…

Pour sa nouvelle comédie, Pascal Bonitzer a opté pour un casting de taille en réunissant l’actrice franco-britannique Kristin Scott Thomas, Jean-Pierre Bacri et Isabelle Carré. Alors forcément avec un casting pareil, Cherchez Hortense ne pouvait pas passer inaperçu. D’autant plus que son sujet principal (les sans papiers) occupe une place prépondérante dans notre actualité. Après Welcome il y aura Cherchez Hortense, en moins dur, moins bouleversant mais tout autant bien traité.

Cherchez Hortense réussit le pari hasardeux de traiter du “problème” des sans papiers en l’intégrant dans une toute autre histoire. Zorica n’est pas l’attraction principale et le film ne tournera pas autour d’elle. C’est à Damien qu’on va s’intéresser. Damien, cinquantenaire, qui apprend tour à tour que sa femme le trompe, que son père a ou a eu des amants, et qui voit son fils grandir de jour en jour. Damien, face à ses problèmes, à sa vie. Zorica en sera que l’un des déclencheurs.

La relation père fils sera sans doute le point le plus intéressant du film. Ayant un père haut placé, Damien se refuse de lui demander quoi que se soit devant sa froideur et sa constante distance. Par fierté sans doute, et surtout face à un personnage haut en couleur (interprété par l’éternel Claude Rich), le fils se retrouve devant son père comme un petit garçon, incapable de parler et d’argumenter. Une preuve que même à cinquante ans, on a peur face à son père et qu’on le craint quelque part. Cherchez Hortense met alors le doigt sur la difficulté d’exister face à être si charismatique qui vous aura toujours fait de l’ombre. Le père, pire ennemi de l’Homme lorsqu’il veut s’émanciper. Tout le rapport de force père/fils est alors exposé ici et d’une bien belle manière.


Pascal Bonitzer parvient à installer son schéma narratif très facilement en proposant une histoire simple mais terriblement efficace qui voit ses péripéties arriver et un dénouement se dessiner petit à petit. Les thèmes de l’infidélité, de la fin du couple, de la séparation des parents, de l’amour du bonheur, du désir, de la mort, du temps qui passe seront alors exploités dans ce mégi-mélo exquis. Bien sur le thème des sans papiers et de leur régularisation servira de fil conducteur tout au long du film. Pascal Bonitzer prenant clairement le parti qu’un être qui a vécu toute sa vie en France doit être régularisé ! Dans Cherchez Hortense (dont le titre du film vous paraitra plus clair après l’avoir vu…) le réalisateur tourne en dérision un système qui ne sait pas s’adapter et des hauts fonctionnaires qui se moquent à peu près de tout et de tout le monde. A la fin du film, une petite flamme s’éveille en nous quand Jean Pierre Bacri refuse de présenter ses papiers symbole de non soumission à un système abscons. Satire social sur fond de crise identitaire c’est le pari pleinement réussi de ce Cherchez Hortense.


Loin de la gravité et la lourdeur de certain film sur le sujet, Cherchez Hortense se révèle sévèrement drôle et incroyablement bien écrit. Jean Pierre Bacri est impeccable dans ce rôle taillé sur mesure, de même qu’Isabelle Carré (qu’on commence à remarquer sérieusement après Du Vent dans Mes Mollets) et Kristin Scott Thomas dont le calme et la froideur qui s’effritent pourront à eux seuls vous donner des frissons. La révélation du film restera Marin Orcand Tourres qui interprète le jeune Noé et séduit par son franc parlé et son bagou. Une vraie bouffée d’air frai qui vient inscrire Cherchez Hortense dans l’air du temps.

Drôle, intelligent, simple et efficace, Cherchez Hortense aura tout pour vous séduire. Un casting cinq étoiles pour un joli petit film qui en dit pourtant beaucoup.

M.

Author

Cinéphile aux lacunes exemplaires, mon coeur bat aussi pour la musique, les chaussures léopard et les romans de Bret Easton Ellis. Maman de 2muchponey.com, niçoise d'origine, parisienne de coeur, je nage en eaux troubles avec la rage de l’ère moderne et la poésie fragile d'un autre temps. Si tu me parles de Jacques Demy je pourrais bien t'épouser.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It