La Papesse Jeanne est film de Sönke Wortmann (Le miracle de Berne) sortit en Direct-To-DVD le 2 novembre 2010 et distribué par M6.

A l’occasion de l’arrivée en France du film, Cinétrafic m’a proposé de me l’envoyer pour le tester. Le film est produit par Neue Constantin Film qui ont produit entre autres Le Nom de la Rose et l’Histoire sans Fin.

La Papesse Jeanne est tiré du best-seller de Donna Cross “Pope Joan” et du mythe historique de 857 où le pape Jean VIII aurait été pris de douleurs avant de s’écrouler et de tomber de sa mule durant une procession… les douleurs des contractions mais ni l’enfant ni la mère n’aurait survécu à causes des lapidations et il ne resterait pas de preuves écrites pour l’Eglise et les historiens ne le considèrent que comme une légende.

Le film a attiré plus de 2,5 millions de spectateurs en Allemagne.

Synopsis: Europe du IXème siècle. Jeanne est la fille d’un pasteur qui refuse l’idée d’une femme éduquée. Elle se bat alors pour apprendre à lire et écrire, appelée par la foi elle cachera sa féminité pour entrer dans un monastère et s’élever dans les rangs de l’Eglise, craignant toujours que son identité soit révélée.

Casting: Johanna Wokalek, David Wenham, John Goodman

Au départ je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre, le titre ne m’attirait pas et l’histoire me paraissait un peu bizarre.

Dès le début du film on est lancé dedans, l’enfance de Jeanne (le film retrace ça vie) à commencer par sa naissance et surtout la personnalité violente de son père. Là j’ai été étonnée, ce n’est pas un film avec des décors en cartons et des acteurs de seconde zone, bien au contraires les enfants comme les adultes sont plutôt bons et on y croit à ce village des année 800.

L’histoire se déroule et on alterne avec des scènes violentes, douces, romantiques, sentimentales et ça repart. Un bon film pour découvrir l’étrange Johanna Wokalek, pas vraiment belle mais pas moche, une force dans le visage et dans ses yeux assez indescriptible.

Tout au long de l’histoire, qu’on soit croyant ou pas, on s’allie à elle, surtout quand on est une fille. Le droit à l’éducation, le combat homme/femme sur l’infériorité des sexes et les bêtises de ceux qui délivrent la religion… pas mal de sujet assez bien maitrisés.

Le petit défaut du film c’est ça longueur, un peu plus de 2h, parfois on aimerait que l’histoire se déroule un peu plus vite mais le scénario est très précis et nous montre beaucoup de choses.

J’ai été étonnée par ce film, je m’attendais à un nanar, un truc bizarre à ranger dans un coin mais non, c’est un film qui se regarde, qui fait ressentir des choses (j’ai eu du mal avec le papa au départ).

Il est loin d’être parfait, mais je suis contente de l’avoir vu et de ne pas être passée à coté! Et je pense que l’histoire peut être vrai, une femme pape

Ma note: 7/10

Public : a partir de 12 ans

Bande Annonce:

Author

Blogueuse spécialisée dans les écrans. Partage son temps entre les bouquins, les jeux vidéo, les séries TV, le cinéma et les podcasts.

5 Comments

  1. Oui, c’est un très bon film crédible et convaincant. La réconstitution est très bonne, les acteurs superbes, et je n’ai pas vu le temps passer. Pourquoi on a rien vu en salle en France ? Ce n’est pas un téléfilm, c’est une super production à l’italienne avec une histoire intéressante. A voir et à garder.

  2. Malgré ses 2h20, le récit en demande au moins 3h. Outre certains passages zappés, le seul gros écart par rapport au livre et à l’histoire généralement donnée, est de faire succéder Jeanne à Serge, alors qu’elle succède à Léon.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :