Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > Culture > Cinéma > Notre avis sur 90’s, le premier film de Jonah Hill

Notre avis sur 90’s, le premier film de Jonah Hill

Pour des raisons indépendantes de notre volonté, on avait raté 90’s lors de sa sortie en salle en avril 2019. Grâce à Diaphana Edition Video, on a pu rattraper ce très joli premier film de Jonah Hill. Et on vous dit pourquoi vous devez le voir sans plus attendre.

Synopsis

Dans le Los Angeles des années 90, Stevie, 13 ans, a du mal à trouver sa place entre sa mère souvent absente et un grand frère caractériel. Quand une bande de skateurs le prend sous son aile, il se prépare à passer l’été de sa vie…

L’apprentissage et la fin de l’enfance

Quand on vous dit Jonah Hill vous pensez forcément à cet Américain rigolo inoubliable Donnie Azoff dans Le Loup de Wall Street ou fidèle compère de Judd Apatow. On l’aurait jamais cru capable de réaliser un film. Encore moins un film aussi doux/amère. Avec 90’s il réussit à changer son image en proposant un film très réussi sur l’apprentissage et la fin de l’enfance.

D’abord très solide dans sa reconstitution des années 90, 90’s se révèle petit à petit comme un film référence sur le skate. Les séquences de sessions sont saisissantes et on sent derrière chaque image l’époque rugueuse et le désir de liberté et de révolte de ces jeunes garçons. Sans aucune volonté de le sublimer, le skate est présenté ici comme un mode de vie à part. Sans glamour ni Tony Hawk. Un sport de rue pour des garçons qui ont du mal à trouver leur place.

90’s est une vraie réussite

Sur cette partie là, 90’s est une vraie réussite qui vient placer le film au panthéon des films de skate. Les Seigneurs de Dogtown ne sont pas loin. L’autre réussite résidera dans son humanité cachée sous les trains d’un jeune acteur formidable : Sunny Suljic. Bien qu’assez sombre, le film est traversé d’une belle lumière à la fin porteuse d’espoir quant à l’avenir de Stevie qui semble enfin avoir trouvé sa place.

Le seul bémol à émettre se trouve du côté du scénario. Un scénario un peu trop prévisible, un peu trop écrit qui ne laisse pas sa chance à la surprise ou à l’étonnement. Un scénario un peu gros qui nuit à l’émotion générale de 90’s.


Mis à jour le

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.