Présenté au dernier festival de Cannes, Valley Of love avait reçu un accueil mitigé. Fascinés par la bande annonce et obligés de venir assister aux retrouvailles entre Huppert et Depardieu, nous avions hâte de découvrir le film de Guillaume Nicloux.

Valley_Of_love

Une valise en guise de premier plan du film et nous voici embarqués pour ce voyage en Californie. Isabelle et Gerard, deux anciens amants, ont rendez-vous à la demande de leur fils Mickael dans la vallée de la mort. Avant de se suicider il leur a écrit à chacun une lettre leur demandant de venir passer une semaine ensemble ici. Un parcours programmé devrait permettre à Mickael de retrouver ses parents…

Sur le papier, quelle drôle d’histoire. Des fantômes qui reviendraient, très peu pour nous. Pourtant, à force d’accompagner Isabelle et Gerard on va nous aussi croire aux fantômes. Et si Mickael revenait vraiment ? Sous quelle forme ? On attend ces retrouvailles presque autant que les deux protagonistes du film. On l’espère et on se désole au fur et à mesure où on comprend l’histoire de Mickael et de ses parents. Le voyage est alors aussi bien physique que sensoriel. Avec eux, on a chaud, on espère et on craint main dans la main.

Valley_Of_Love_1

Difficile d’expliquer vraiment ce voyage vécu de l’intérieur tant Valley of Love est une expérience à vivre soi-même. La mise en scène maîtrisée et poétique en fait à chaque minute un film un peu plus grand. On vous met au défi de ne pas être hantés par la musique de Charles Ives une fois quitté la salle de cinéma.

Difficile aussi de ne pas être totalement happé par la performance de ces deux monstres du cinéma ! Isabelle Huppert et Gerard Depardieu dans leur presque rôle sont une bénédiction. D’ailleurs le réalisateur expliquera après que ce n’est pas les personnages qui l’intéressaient mais plutôt les personnes derrière. En abattant les barrières de la comédie, Guillaume Nicloux nous livre un film à la force brute presque plus documentaire que fiction écrite. Chaque réplique est un enchantement au point ou on se dit que Gerard manque cruellement au cinéma français…

On manquera d’adjectifs et de mots pour vous dire combien on a aimé Valley Of Love. Une histoire personnelle bouleversante à la puissance universelle.

Valley_Of_Love_2

Author

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It