Après le formidable E Volo Love, François & the Atlas Mountains revient avec Piano Ombre. Un album aussi poétique et mystérieux que le présageait son titre.
Depuis qu’on a écouté La Vérité on avait qu’une hâte : découvrir le reste de l’album. Il faut dire que dans le paysage musical français les petits gars de François & The Atlas Mountains ont réussi à frapper un grand coup grâce à une identité musicale bien marquée. Première écoute et première claque, Piano Ombre est sans aucun doute la plus belle chose que nos oreilles aient eu la chance d’écouter…

Si le collectif ne savait jusqu’alors pas trop choisir entre Shakespeare et Molière, il semblerait qu’une nouvelle direction soit prise. Et même si deux morceaux sont en anglais (plutôt franglais) l’album est en français. Et si vous ne vous laissez pas happer par leurs mélodies enchanteresse vous pourrez  profiter d’une merveilleuse plume. Ici, il sera question d’amour, de solitude, de réflexion, du temps qui passe et de la vie qui s’emmêle inéluctablement. N’allez pas croire que ce Piano Ombre est hanté par des blessures, non car là où il détonne c’est dans sa capacité à baigner dans la lumière. Cet album s’il n’en est pas moins beau est peut être plus joyeux que E Volo Love. Souvent solaire, on s’imagine danser sur Summer of the heart ou  déclarer notre flamme sur Fancy Foresight.

Même si dans la globalité cet album ouvre plus d’espoir que le précédent, il y aura dans celui-ci quelques pépites prêtent à enterrer Bail Éternel. La grâce folle de l’album résidant dans sa capacité à varier les thèmes et les émotions en 10 chansons toutes plus magnifiques les unes que les autres. Tels des chats agiles, François et sa bande nous font passer par toutes les montagnes en finissant toujours pas retomber sur leurs pattes. Chez nous le sentiment est similaire, comme si les ballades du collectif résumaient à elles seules la vie dans laquelle nous baignons…

Difficile alors de rester objectif tant ce Piano Ombre parvient à nous toucher. Un petit bouleversement dans les oreilles et dans la tête qui vous rendront incapable de décrocher de l’album. François & The Atlas Mountain a lancé ses filets, à vous d’y échapper !

Author

Cinéphile aux lacunes exemplaires, mon coeur bat aussi pour la musique, les chaussures léopard et les romans de Bret Easton Ellis. Maman de 2muchponey.com, niçoise d'origine, parisienne de coeur, je nage en eaux troubles avec la rage de l’ère moderne et la poésie fragile d'un autre temps. Si tu me parles de Jacques Demy je pourrais bien t'épouser.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :