Voyage, beauté, ciné, jeux vidéo et lifestyle
Home > Culture > Musique > [Musique] Drake – Nothing was the same

[Musique] Drake – Nothing was the same

Après ceux de Jay-Z et de Kanye West, l’album de Drake était sans doute le plus attendu de cette année. L’artiste qu’on attendait depuis 3 ans où il nous avait tellement séduit avec son « Take Care  » n’a désormais plus rien à prouver, ni à la critique, ni au public. Entre temps, il a gagné un Grammy, pécho Rihanna et a réussi à passer sur NRJ, bref, il est devenu crédible. La prochette de l’album est peut être super kitsh, mais le contenu vaut le détour, on vous le garantie.

082213-music-drake-album-covers-nothing-was-the-same

Avec Nothing was the same, Drake revient aux origines, un album mélancolique donc qui revient sur le jeune homme qu’il était. Pas de révolution ici, mais une identité plus affirmée pour le rappeur qui a sorti 3 albums en 3 ans sans compter les featurings. A la fois très urbain et complètement soul, l’album est à l’image de son interprète, un savoureux mélange de gangsta et de lover. Tucsan Leather, le premier titre de ce nouvel opus montre que le rappeur ne fait pas dans la facilité : une chanson de 7 minutes sans aucun refrain et qui pourrait difficilement passer à la radio, c’est comme ça que Drake débute son album en montrant au monde entier que même si on l’attend au tournant, il tient à surprendre son public malgré tout.

Drizzy nous montre qu’il sait chanter et prouve que sa voix se fait de plus en plus délicate notamment dans Wu-Tang Forever ou Furthest Thing.  Côté lyrics, le rappeur est toujours torturé par ses exs, connues ou pas, et semble amorcer une introspection en expliquant où il pense en être, et où il voudrait aller. Son petit coeur de lover est bien caché par sa hargne, qu’il déverse dans ses raps, et par son assurance qu’il affiche dans complexe.  Started From The Bottom est bien à l’image de cette idée : le premier single parle de fierté du jeune homme d’en être arrivé là où il est et arrive par la même à symboliser le droit d’inventaire qu’il s’impose à lui-même.

Hold on we’re going home, le second single commence à avoir son petit succès dans les classements depuis quelques jours. Véritable pépite tout droit inspirée des années 80, on se surprend même à reconnaître Marvin Gaye dans certains intonations de Drake. Il y a donc de tout dans cet album, mais surtout de la poésie moderne, mais surtout un gros du au coeur tendre. On retiendra la punchline « Next time we fuck, I don’t wanna fuck, I wanna make love. Next time we talk, I don’t wanna just talk, I wanna trust ».

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.