Enfin ! Cela faisait près de six mois que nous attendions la venue de ce premier album ! Il faut dire qu’en lâchant quelques tracks par-ci par-là, les deux frères de Disclosure n’ont jamais vraiment fait retomber la pression avec leur électro que l’on pourrait qualifier à la fois de garage, pop, r’n’b et aux sonorités avant tout très house. Nous avions également eu la chance de les voir à leurs débuts au festival Pitchfork puis le temps d’une virée à Brooklyn, pour des performances à chaque fois impressionnantes d’efficacité et de contrôle.

Originaires du Surrey en Angleterre, les frères Lawrence seulement âgés de 18 et 21 ans ont déjà un bagage de taille. Ils commencent petit à petit à se faire connaître en 2010 après un premier EP “Carnival”, une tournée aux côtés de SBTRKT et Hot Chip et surtout lors d’une rencontre avec leur compatriote Jessie Ware qui donnera lieu à un de leurs premiers tubes en remixant Running. La machine est alors lancée, rien ne semble plus les arrêter et la succession de leurs titres émergent alors sur les ondes comme des petites bombes en puissance.

“Settle” est ainsi un condensé de ces titres, on y retrouvera Latch, leur premier immense succès, l’incroyable White Noise en collaboration avec l’autre valeur montante du moment AlunaGeorge, F For You aux accents très house et leur dernier titre en date When a Fire Start to Burn venant ouvrir l’album sous forme d’immense coup de massue.

Nous mettant K.O. d’entrée, “Settle” enchaîne les titres sans que l’on ait jamais vraiment le temps de se relever. C’est un impressionnant recueil de tubes en puissance, où Guy et Howard derrières leurs claviers et percussions électroniques envoient leurs sons cosmiques toujours accompagnés de collaborations de choix (Sam Smith, Jamie Woon, Eliza Doolittle, Sasha Keable…).

Cette capacité à créer des morceaux à la frontière entre grand public et exigence d’une musique se voulant underground est assez prodigieuse. Prêt à conquérir la planète électro et house, le duo reste pour le moment assez discret, du moins dans notre hexagone, encré dans une scène plutôt hype et amateur de musique ; ce qui n’est pas pour nous déplaire. Mais une chose est sûre, “Settle” est taillé pour les dancefloors et est bien parti pour être le disque référence lors de vos soirées d’été… et d’hiver aussi remarque. Renversant !

Author

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :