Après Fauteuils d’orchestre et Le Code a Changé, Danièle Thompson est de retour dans un registre qu’elle connait bien : le film choral. Avec un casting aussi curieux qu’intriguant (Elmosino, de Laage, Bonneton d’un coté, Merad, Bellucci, Boublib de l’autre) et vu le passé de la réalisatrice on avait vraiment envie de découvrir qui embrassait qui …

Ça tombe mal l’enterrement de la femme de Zef pendant que Roni marie sa fille ! Cet événement inattendu aggrave les conflits entre les deux frères que tout sépare déjà : métiers, femmes, austérité religieuse de l’un, joie de vivre de l’autre, tout, à part leur vieux père au cerveau en vadrouille et leurs deux filles qui s’adorent. Entre Londres, Paris, Saint-Tropez et New York, affrontements, malentendus, trahisons, vont exploser le paysage de la famille, mais grâce à ces disputes, à ces réconciliations chaotiques, vont naître une grande histoire d’amour… et peut-être deux.

Oh qu’on aurait voulu l’aimer celui-ci. Il faut dire que dans la famille du cinéma français, Danièle Thompson fait figure de grande dame. Sa sympathie et sa carrière incroyable (bonjour Madame qui a écrit La Grande Vadrouille) nous obligeraient presque à défendre ce film. Presque.

Il faut dire que tout ne commençait pas si mal. Portrait de personnages entre Paris, Londres et New – York, une jeune adulte qui récite du Aragon et cite Cyrano de Bergerac pour déclarer sa flame, on se dit que des Gens qui s’embrassent devraient fonctionner ou du moins nous parler. Et même si on doit avouer qu’on a pas forcément passer un mauvais moment dû à des touches d’humour bien pensées ici et là, des Gens qui s’embrassent est loin d’être une réussite. Loin de là.

Des_Gens_Qui_Sembrassent

Le plus gros problème du film résidera dans ses trop nombreux clichés qui nous empêcheront de vraiment de rentrer dans le film. Rien est alors fait dans la demi-mesure. On passe du jeune frère juif ultra-croyant forcément musicien professionnel à l’ainé bling bling qui a fait fortune dans les diamants et qui ne croit en rien sauf en son argent. On croise également la belle italienne qui pense uniquement à son ensemble hors de prix pour l’enterrement, les cousines que tout oppose, le gendre qui ne supporte plus le costume qu’on lui a imposé …  Chaque personnage semblant être un cliché à lui tout seul. On se dit que niveau écriture, là c’est quand même limite tant à la vue des acteurs il y avait matière à travailler.

Si on sourit devant quelques astuces d’écriture, on reste quand même très sceptique face à la légèreté du scénario qui se devine dès les premières minutes. Danielle Thompson ayant fait le choix des évidences et de la facilité manifestement nous déçoit carrément ! Le mieux alors est pour vous occuper pendant le film, de parler à votre voisin pour faire avec lui des paris sur la suite de l’histoire … Si votre voisin vous dit “Non, tu penses ?” changez d’ami.

Des_Gens_Qui_Sembrassent_2

Vu comment tout le film est grotesque, on se demandera quelques fois si ce n’est pas une stratégie de la réalisatrice d’exagérer tout pour mieux montrer les différences de vie entre ses protagonistes et pour finalement se moquer de tout et de tout le monde … Dans ce cas on pourrait excuser aussi une très mauvaise direction d’acteurs (si votre voisin de ciné trouve que Max Boublil est crédible en acteur fuyez définitivement) qui voit s’enfoncer à peu près tout le casting à mesure où le film avance. Seuls Lou de Laâge et le fabuleux Ivry Gitlis s’en tireront avec les honneurs.

Vous l’aurez compris, Des Gens qui s’embrassent n’est manifestement pas le film de l’année. Si on passe un moment pas désagréable on attendait quand même bien mieux de la part de Danièle Thompson. Des gens peuvent bien s’embrasser, nous en tout cas on s’en fout.

Des_Gens_Qui_Sembrassent_3

Author

Cinéphile aux lacunes exemplaires, mon coeur bat aussi pour la musique, les chaussures léopard et les romans de Bret Easton Ellis. Maman de 2muchponey.com, niçoise d'origine, parisienne de coeur, je nage en eaux troubles avec la rage de l’ère moderne et la poésie fragile d'un autre temps. Si tu me parles de Jacques Demy je pourrais bien t'épouser.

Comments

  1. Svetlina SalParadise Reply

    Je n’ai pas pu allé à la projection presse, et je ne regrette pas à la lecture de ton article …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :